Newsletter
Pour connaître d'actualité du blog par mail, abonnez-vous!
Journal d'un passionné de la rive droite

Journal d'un passionné de la rive droite

Dégustations de vins, visites de domaines, et accords mets/vins


Bordeaux
Bordeaux Rive Droite
Bordeaux Rive Gauche
Les vins d'Alsace
Les vins de Loire
Les Vins du Sud-Ouest
Primeurs 2004
Primeurs 2005
Primeurs 2006
Rhône Nord
Rhône Sud
Vins de Bourgogne
Vins du Languedoc-Roussillon

28 février 2021

Alsace : Domaine Paul Ginglinger : Riesling Drei Exa 2017, Castillon-Côtes de Bordeaux : Clos Louie 2016

Nous avons ouvert une nouvelle bouteille de Riesling Drei Exa 2017 du Domaine Paul Ginglinger pour accompagner avec justesse et plaisir des huitres et des noix de Saint Jacques. Le grand millésime 2017 lui donne une palette aromatique luxuriante, beaucoup de présence, une finale longue et minérale et une excellente tenu à l'air.

Cette cuvée est un assemblage de trois belles parcelles très calcaires exposées à l’Est / Sud-Est et jouxtant le Grand Cru Pfersigberg, sur les lieux-dits Wettolsheimerweg, Dreistein et Sundgass.

Nous avons débouché une première bouteille de Clos Louie 2016 (Castillon-Côtes de Bordeaux) pour apprécier l'évolution du vin après une première phase de vieillissement sous verre dans une cave fraîche. Le vin s'est très bien goûté la première fois et excellement le lendemain. Voici quelques rappels sur cette propriété.

Cette petite propriété d' à peine trois hectares appartient à Pascal Lucin et Sophie Lucin-Douteau. Pascal exerce son activité principale au Château Grand Pontet (Saint Emilion Grand Cru Classé) comme directeur.

Ces trois hectares sont répartis inégalement en deux secteurs distincts :



Secteur de Saint Philippe d'Aiguilhe

Une parcelle de 45 ares de vieilles vignes ( appartenant déjà au grand-père de Pascal ) dont certains pieds sont préphylloxériques, complantée de cinq cépages (Merlot, Cabernet franc, Cabernet Sauvignon, Malbec, et Carmenère). Tous ces cépages sont vendangés et vinifiés en même temps, après un tri rigoureux

Une deuxième parcelle plantée en 1985 constituée de Merlot (50 %) et Malbec (50%) complète ce petit vignoble.

Les vignes sont plantées sur un plateau calcaire doté d'un sol peu épais constitué d'argiles ferriques rouges.

 

 

 

IMG_20210228_115707



Secteur de Belvès de Castillon

Deux hectares et une maison d'habitation ont été acquis en 2012. Ils sont situés à moins d'un kilomètres de l'appellation Saint Emilion à l'ouest notamment des Châteaux Valandraud et Fleur Cardinale. Le vignoble planté sur des argiles blanches dans la partie basse, et des calcaires en montant vers le côteau est encépagé essentiellement en Cabernet franc dominant et Merlot.



Les vins ont été goûtés, comme d'habitude, en deux fois : une première dégustation après avoir ouvert et épaulé la bouteille deux heures auparavant (sauf exception précisée dans le texte ) et une deuxième 24 heures plus tard (ou plus alors indiqué dans le texte introductif), après conservation en cave fraîche ou réfrigérateur pour les vins liquoreux (bouteille rebouchée).

 

Alsace : Paul Ginglinger : Riesling Drei Exa 2017

IMG_20210228_115453

La robe or fin est brillante. Le nez expressif évoque les citrons mûrs, la peau d'oranges, les fines épices (dont le cumbawa et le gingembre ) avec des notes de fleurs séchées, de fruits de la passion et une pointe de naphte. La bouche est riche, veloutée, charnue, avec de l'énergie et de la densité dans un milieu de bouche très fruité. La finale est longue, droite, dynamique, fraîche, avec une fine mâche calcaire, aromatique et saline. Note potentielle 16,5, note plaisir 15,5

 

Castillon-Côtes de Bordeaux : Clos Louie 2016

IMG_20210228_115503

 

La robe est profonde sanguine à violine au bord du disque. L'olfcation est bien ouverte avec des arômes de fruits variés (cerises, cassis, baies de sureau), d'épices douces, avec des notes de violettes et un élevage élégant au deuxième plan. La bouche est bien en chair et veloutée, bien construite par des tannins fins, mûrs, tramés avec densité dans un milieu de bouche très fruité. La finale est longue, intense, d'un bon maintien (un rien plus ferme), fraîche et très aromatique. Noté 16,5, note plaisir 16

IMG_20210228_115701


25 février 2021

Francs-Cotes de Bordeaux : Puygueraud blanc 2017, Saint Joseph : Coursodon : La Sensonne 2009

Nous avons ouvert une nouvelle bouteille de Puygueraud blanc 2017 (Francs -Côtes de Bordeaux). Ce vin est issu de plusieurs parcelles représentant un total de 5 hectares plantés avec les cépages Sauvignon blanc et Sauvignon gris sur des côteaux calcaires et argilo-calcaires sur la commune de Saint Cibard. La première production de cette cuvée a été faite avec le millésime 2013. Les vins gagnent en étoffe au fur et à mesure du vieillissement des vignes.

Le vin s'est bien goûté dès la première dégustation, et un ton au-dessus le lendemain.

Nous avons débouché une nouvelle bouteille de La Sensonne 2009 de Coursodon. Le vin évolue positivement avec le vieillissement sous verre, les tannins se fondent harmonieusement sans sécher. Cette cuvée est issue de l'ensemble des vignobles de la propriété exposés sud sur des coteaux très pentus avec des rendements autour de 34 hectolitres à l'hectare. Les vignes sont plantées sur des sols peu épais reposant sur un substrat très granitique. Tous les travaux agricoles sont manuels, et les vins sont élevés sur lies en barriques neuves (100%).

 

Les vins ont été goûtés, comme d'habitude, en deux fois : une première dégustation après avoir ouvert et épaulé la bouteille deux heures auparavant (sauf exception précisée dans le texte ) et une deuxième 24 heures plus tard (ou plus alors indiqué dans le texte introductif), après conservation en cave fraîche ou réfrigérateur pour les vins liquoreux (bouteille rebouchée).

 

 

IMG_20210225_172558

 

 

 

Francs-Côtes de Bordeaux: Puygueraud blanc 2017

IMG_20210225_172601

 

assemblage : Sauvignon blanc 85%, Sauvignon gris 15%

La robe jaune pale est brillante. Le nez est bien expressif avec des arômes d'agrumes ( citron dominant) de fleurs blanches, de verveine, et des notes de chèvrefeuille et de très léger bourgeon de cassis qui s'estompent lors de la deuxième dégustation. La bouche est nette droite longiforme d'une bonne densité, rehaussée de fruits expressifs. La finale est élancée, cristalline, fraîche, dotée d'une délicate mâche calcaire, aromatique et saline. Noté 16, note plaisir 15,5



Saint Joseph : Coursodon : La Sensonne 2009

IMG_20210225_172604

 

100% Syrah

La robe est profonde sanguine au bord du verre. Le bouquet est net et bien ouvert avec des arômes de petites baies noires (cassis dominant), de légères cerises, d'épices variées (dont un poivre fin) nuancés de notes d'âtre, et d'une pointe de réglisse. La bouche est dotée d'une chair très veloutée, les sensations sont ascendantes vers un milieu de bouche d'un bon volume, concentrée avec élégance (effet millésime), agrémenté de fruits éloquents, finement épicés. La finale est longue, très bien tenue par des tannins serrés qui se fondent avec harmonie et au contour velouté; elle est très expressive, avec une fraîcheur perceptible qui participe à l'équilibre. Noté 16,5, note plaisir 16+


IMG_20210225_172609

23 février 2021

Des vins de l'Hermitage du millésime 1999 : Marc Sorrel Le Gréal, Jaboulet La Chapelle, et Jean-Louis Chave

Les vins commentés ce jour sont ceux qui ont été placés sur le plat principal. Nous avons apprécié un agneau de lait, absolument merveilleux et la cuisson était parfaite! Ces mêmes vins ont ensuite pu être appréciés sur les fromages, et le choix de certains affinages correspondait complètement à la complexité des vins du Rhône. 

Nous invitons les lecteurs à lire bientôt un autre compte rendu de cette dégustation ICI

 IMG_20210218_135935

Les vins ont été mis en carafe une heure et demie avant le service et sont dégustés à l'aveugle.

 

Le dessert était une mince pie ou mince meat. C'est une spécialité anglaise et notre hôte est britannique. Hormis chez elle, nous n'avons jamais mangé de tarte meringuée au citron aussi délicieuse et aujourd'hui nous pouvons donc ajouter que la mince meat restera dans notre mémoire un dessert d'anthologie. Son époux a placé sur ce dessert un Beaumes de Venise : il n'est pas possible de rêver mieux! Bravo pour toute l'excellence de ce repas!

 

IMG_20210218_145109IMG_20210218_150147



Hermitage : Marc Sorrel : Le Gréal 1999

IMG_20210218_135920

La robe est assez soutenue de couleur grenat à orangée. Le nez est ouvert avec un léger voile animal qui laisse percevoir des arômes de fruits noirs et d'épices. La bouche est souple en attaque, plus structuré dans un milieu de bouche aux arômes evolués. La finale fraîche est de plus en plus marquée par les éthyl-phénols avec l'augmentation de la durée d'aération. Non Noté



Hermitage : Jaboulet : La Chapelle 1999

IMG_20210218_135913

 

La robe est soutenue orangée sur le disque. L'olfaction expressive évoque les fruits noirs des bois, les épices variées, avec des notes de réglisse, de sous-bois et empyreumatiques. La bouche est élégante, veloutée, avec un corps bien formé et rempli, agrémentée de léger fruits épicés. La finale d'une très bonne allonge dotée d'une texture veloutée est fraîche avec une palette aromatique faisant la part belle aux arômes tertiaires. Noté 16,5



Hermitage : Jean-Louis Chave 1999

IMG_20210218_135906

 

La robe est soutenue rubis à orangée au bord du verre. Le bouquet est intense avec des arômes de fruits variés (cassis, cerises, et framboises) , de boites à épices dont un léger poivre, et des notes florales (roses), finement réglissées et sanguines. La bouche est avenante, les tannins fins sont enrobés par une chair bien formée et soyeuse, le vin s'étoffe avec une élégante concentration et densité dans un milieu de bouche rehaussé de fruits éloquents. La bouche est longue , intense, bien tenue par des tannins encore un rien fermes, très aromatique et complexe.Noté 17,5. Un vin aux arômes encore d'une belle jeunesse.



Grille de lecture ( corrélation notation sur 100 points- notation sur 20 points) établie en 2003

Vin défectueux : non noté. 10-12/79-84 : vins sans défauts majeurs, mais sans intérêt, 12,5-13/85-86 : vin moyen, 13,5-14/ 87-88 : assez bon vin, 14,5-15/89-90 : bon vin  15,5-16/91-92 : très bon vin, 16,5-17/93-94 : excellent vin, 17,5-18/95-96 : grand vin, 18,5/97 : très grand vin, 19-19,5/98-99 : vin exceptionnel

21 février 2021

Lustau : Almacenista : Manzanilla : Amontillado, Meursault Goutte d'Or 2009 : Bouchard Père et fils et Buisson-Charles

Nous sommes invités chez des amis habitant un magnifique pavillon en plein centre ville de Bordeaux, et avons donc le plaisir des lieux et de la rencontre d'autres convives avant de passer à celui des plats.

Nos deux amis sont friands de bons vins et de gastronomie et ont à coeur de nous régaler de leurs coups de coeur du moment.

Nous avons la possibilité de nous tenir éloignés les uns des autres, car nous ne serons que six et leur salle de réception est vaste.

Les vins commentés ce  jour ont été appréciés avec les mises en bouche et l'entrée. Nos hôtes aiment les bons produits et ils aiment flâner au marché des Capucins, qu'à l'instar de Zola, les bordelais aiment appeler "Le Ventre de Bordeaux". 

Les meilleurs détaillants s'y retrouvent et c'est un régal que de pouvoir bénéficier de leurs produits lorsque nous nous rendons chez nos amis.

Les mises en bouche se composent de jambon de Serrano, et d'olives variées. L'entrée décline de délicieuses Saint-Jacques sur une fondue de poireau. 

L'accord avec les deux Goutted'Or fonctionne très bien. Les discussions révèlent que la tension du Bouchard est plus adapté avec le coquillage. 

Le Lustau est un invite originale et tout à fait dans le ton des mises en bouche méditerranéenne. Nous sommes donc comblés et ravis.

 

 

 

IMG_20210218_130412

 

 

Tous les vins sont dégustés à l'aveugle sauf l'Amontillado de Lustau

Espagne : Lustau : Almacenista : Manzanilla : Amontillado

IMG_20210218_130348

La robe est assez soutenue avec des teintes orangées à caramel. Le nez expressif évoque l'orange, les'épices douces, la noix fraîche, le pralin, et les fruits secs. La bouche est tonique, structurée, puissante, agrémentée d'agrumes confits. La finale est longue, appuyée, avec une fraîcheur de bon aloi qui tempère avec succès la richesse en alcool, elle est dotée d'une palette aromatique expressive et complexe.Noté 16,5

IMG_20210218_130356

Les deux vins suivants ont été mis en carafe une heure avant le service.

Meursault : Bouchard Père et fils : Goutte d'Or 2009

La robe jaune pale est brillante. L'olfaction est un peu retenue ( note soufrée) , l'aération libère des arômes de fleurs blanches, de fruits jaunes et blancs, de fines épices, et d'élevage plus sensible avec l'augmentation de la température. La bouche est droite, dense, un peu plus haute dans un milieu de bouche, veloutée , et fruité. La finale est allongée, tendue, fraîche, avec une expression aromatique ( fruitée, florale, et légèrement épicée) plus impressive que nettement suggestive. Noté 15,5. Un vin encore trop sous l'emprise du soufre pour nous offrir toute sa plénitude.

IMG_20210218_132034

Meursault : Buisson-Charles : Goutte d'Or 2009

La robe montre des symptômes de nette évolution avec une robe dorée soutenue à très soutenue. Le bouquet est complexe avec des arômes de fruits jaunes (dont la pêche), d'épices orientales (dont le gingembre), et des notes de chèvrefeuille, d'amande, et de légère truffes blanches. La bouche est riche, très charnue et très veloutée, ample, large, volumineuse, rehaussée d'intenses fruits épicés. La finale est luxuriante, avec une persistance aromatique complexe mais une acidité gustative un peu basse. Noté 16. Un vin très évolué, mais pas encore à un stade oxydé.

IMG_20210218_132025

18 février 2021

Sancerre : Lucien Crochet millésime 2017, Pauillac : Domaine Les Sadons 2015

Nous avons acquis chez notre caviste libournais une bouteille de Sancerre 2017 du Domaine Lucien Crochet. Cette propriété de 35 hectares qui se répartissent en 26 hectares en sauvignon blanc et 9 hectares en pinot noir est située à Bué. Les différentes parcelles appartiennent aux communes de Bué, Sancerre, Crézancy et Vinon.

La cuvée que nous avons goûtée et que nous commentons aujourd'hui est la cuvée générique. Un très bon vin, expressif, frais, bien construit dans l'allonge.

 

Nous avons dégusté une nouvelle bouteille du Domaine Les Sadons 2015 (Pauillac). Le Domaine Les Sadons est une propriété lilliputienne dans le Médoc (moins de un hectare ), elle est travaillée comme un jardin par son propriétaire Alain Albistur qui recherche depuis une petite dizaine d'années à élaborer le meilleur vin possible en affinant notamment son choix de date de vendanges. Les vins gagnent en précision et en puissance régulièrement comme le montrent les dégustation en "primeurs" et en bouteille des millésime récents.

Ce vin est issu d'un millésime solaire, hélas affecté par un important épisode très pluvieux d'une huitaine de jours à la mi-septembre qui a limité l'aboutissement total de la maturité des Cabernet Sauvignon. Ce vin est très bon : aromatique, sans note végétale, corsé, mais avec une acidité légèrement vive en finale.

Les vins ont été goûtés , comme d'habitude, en deux fois : une première dégustation après avoir ouvert et épaulé la bouteille deux heures auparavant (sauf exception précisée dans le texte ) et une deuxième 24 heures plus tard (ou plus alors indiqué dans le texte introductif), après conservation en cave fraîche ou réfrigérateur pour les vins liquoreux (bouteille rebouchée).

 

 

IMG_20210218_104710

 



Sancerre : Lucien Crochet millésime 2017

IMG_20210218_104653

La robe jaune pale est brillante. Le nez expressif évoque les fruits exotiques (dont le citron et l'orange) , les fleurs blanches avec des notes fumées et d'anis. La bouche est mûre , très veloutée, charnue, avec du volume et des rondeurs avenantes, et dotée de fruits expressifs. La finale est allongée, fraîche, avec une texture veloutée, expressive et légèrement saline. Note potentielle 16, note plaisir 15,5



Pauillac : Domaine Les Sadons 2015

IMG_20210218_104658

La robe est assez profonde sanguine près du disque. L'olfaction est bien ouverte et élégante avec des arômes de cassis, d'épices douces, de cèdre, et des notes de cerises et de réglisse. L'attaque est veloutée avec une chair délicate enrobant les tannins, les sensations sont ascendantes vers un milieu de bouche bien constitué, d'une bonne densité et fruité. La finale est très fraîche, allongée, tenue par des tannins restant enrobés, tonique et aromatique. Noté 16, note plaisir 15,5

IMG_20210218_104714


16 février 2021

Alsace : Mader : Riesling Muhlforst 2017, Espagne : Rioja : Remelluri Gran Reserva 2010

Nous avons ouvert une nouvelle bouteille du Riesling Muhlforst 2017 du Domaine Mader pour accompagner harmonieusement des huîtres et des noix de Saint Jacques. Ce vignoble est situé sur un sous-sols de marnes du Trias. Ce vin s'est remarquablement goûté dès l'ouverture de la bouteille : très aromatique, ample, dense, long, frais et salin. Il a fort bien tenu à l'air, avec une même brillance le lendemain et le surlendemain. 

Avant de commenter la très bonne bouteille du Domaine Remelluri Gran Reserva 2010 (Rioja) , j'évoque rapidement ci-dessous le parcours de Telmo Rodriguez qui élabore les vins du Domaine Remelluri depuis 2010. 

Telmo Rogriguez est diplômé de la faculté d'oenologie de Bordeaux. Il fait au cours de ses études puis après des stages à Cos d'Estournel, chez Gérard Chave (Hermitage), et à Trévallon ( Eloi Durrbach); Il rentre en Espagne, et travaille au domaine Remelluri (Rioja Alavesa) qui appartient à son père Jaime Rodriguez.

En désaccord avec le mode d'élaboration des vins de La Rioja que continue à pratiquer son père, il quitte le domaine pour créer avec Pablo Eguzkiza "La Compagnia de Vinos Telmo Rodrigez". Leur objectif : reprendre des parcelles de grands vignobles abandonnés plantés en cépages indigènes. Il sont désormais présents dans neuf régions : Rioja, Ribera del Duero, Toro, Rueda, Cigalès, Valdeorras, Cebreros, Alicante, et Malaga.

Il rejoint le Domaine familial Remelluri en 2010 à la demande de ses frères et soeurs, et élabore des vins qui sont désormais reconnus par la critique internationale.

 

 

IMG_20210216_154045



Alsace : Mader : Riesling Muhlforst 2017

IMG_20210216_153603

La robe or clair avec des reflets légèrement rosés est brillante. Le nez est intense et séduisant avec des arômes de fleurs d'orangers, de citrons, de prunes jaunes, de bergamotte, avec des notes légèrement épicées et d'infusions. La bouche est délicatement charnue, veloutée, dense, cylindrique, remplie, rehaussée de fruits éloquents. La finale est longue, pure, droite, dynamique, très aromatique et saline. Noté 17, même note plaisir.

 

Espagne : Rioja : Remelluri Gran Reserva 2010


IMG_20210216_153607

Larobe est profonde sanguine au bord du verre. L'olfaction bien ouverte évoque les cerises, les épices douces, les roses, avec des notes sanguines, de léger tabac, et un élevage net en train de se fondre. La bouche est concentrée avec élégance, pleine dotée d'une chair velouté, agrémentée de fruits expressifs. La finale est allongée, fraîche, conservant une texture veloutée et expressive. Noté 16,5, même note plaisir



 

14 février 2021

Saint Emilion : Mangot Cuvée Todeschini 2010, Liban : Musar 2003, Saint Estèphe : Meyney 2005

Lors d'un déjeuner rapide chez Joseph à Puisseguin, j'ai dégusté à l'aveugle deux vins ( Smith Haut Lafitte et Trévallon 2001 ) nettement contaminés par les phénols volatils (existant sous les formes : 4-éthyl-phénol ou 4-éthyl-gaïacol). Devant les difficultés de Joseph à appréhender ce défaut, je lui ai proposé de faire une dégustation chez nous dédiée à étudier ce sujet. André s'est chargé de faire un exposé préalable à partir de son billet publié sur son blog : http://vitineraires.blogspot.com/2015/08/brett-ou-pas-brett-la-est-la-question.html .

Nous avons ensuite goûté trois vins contaminés par les éthyl-phénols ( Antoine Sanzay : Les Poyeux 2012, Roc d'Anglade : Réserva Espécial n°5, et Le Vin de mon Père 2012 : Vin de France) . Nous avons pu ainsi balayer un large spectre d'arômes déviants tant au nez qu'en bouche (écurie, fiente de volatiles, gouache, produits pharmaceutiques, camphre, entre autres ) qui se sont avérés être didactiques pour Joseph.

Après cet éloquent pensum, nous nous sommes rincé la bouche avec un excellent Riesling Mulhforst 2017 du Domaine Mader, que j'évoquerai ultérieurement, avant le déjeuner .

Pour accompagner un coq au vin, quelques fromages et une mousse au chocolat nous avons ouvert les vins suivants :

Château Mangot Cuvée Todeschini 2010 apporté par André ( donc à l'aveugle pour Joseph et moi) mis en carafe une bonne heure avant la dégustation, a été très apprécié : aromatique, velouté, charpenté et long

Château Musar 2003 (Liban) proposé par Joseph ( une heure et demie en carafe ), à l'aveugle pour André et moi est un grand vin : complexe, très expressif, dense, long, intense, et harmonieux

J'ai fait goûter à mes compères également à l'aveugle Château Meyney 2005 (Saint Estèphe) mis deux heures en carafe qui a bien montré un profil, plein, ample, fruité, velouté, et allongé, mais un peu moins précis que les vins précédents. Un vin également apprécié par nous trois.

IMG_20210213_143446

Saint Emilion : Château Mangot : Cuvée Todeschini 2010

La robe est profonde rubis à grenat près du disque. Le nez est expressif et avenant avec des arômes de petires baies noires (cassis et baies de sureau dominants) d'épices douces, avec des notes de réglisse, et empyreumatiques. La bouche est généréreuse, veloutée, charnue, concentrée, dense et fruitée. La finale est longue, intense, tout en restant veloutée, fraîche et aromatique. Noté 16,5, même note plaisir.

 

 

 

IMG_20210213_143453



Liban : Château Musar 2003

IMG_20210213_143449

La robe est soutenue, grenat à orangée au bord du verre. Le bouquet intense et complexe évoque le cassis mûr, les épices orientales, le tabac blond, avec des notes de pruneau, de réglisse, et d'oranges sanguines. La bouche offre une chair bien formée et très veloutée enrobant des tannins fins, elle est corsée, profonde, consistante, agrémentée d'éloquents fruits épicés. La finale est longue, soyeuse, impactante tout en restant élégante, harmonieuse, très expressive et complexe. Noté 17,5, même note plaisir

 



Saint Estèphe : Château Meyney 2005

IMG_20210213_143451

La robe est profonde, rubis à grenat sur le disque. L'olfaction est bien ouverte avec des arômes de cassis, de boite à épices, d'humus , de tabac, et des notes de réglisse et sanguines. La bouche est énergique, puissante, avec des tannins bien enrobées par une chair de bon aloi et veloutée, rehaussée de fruits mûrs. La finale est allongée, d'un bon maintien, fraîche, appuyée, veloutée, avec une palette aromatique suggestive. Noté 16, même note plaisir





11 février 2021

Alsace : Domaine de l'Agapé : Riesling Grand Cru Osterberg 2014, Castillon-Côtes de Bordeaux : Alcée 2016

Une bouteille orpheline de Riesling Grand Cru Osterberg 2014 du domaine de l'Agapé a été ouverte pour accompagner des huitres et des noix de Saint Jacques Le grand Cru Osterberg sur la commune de Ribeauvillé est situé entre 250 et 350 mètres d'altitude et exposé sud, sud-est sa compostion lithologique est assez variable ( marnes, calcaire, grès), mais avec ,semble-t-il, une dominante marneuse, parfois surmontée de limons et de sables.

Cette bouteille est très bonne à excellente : aromatique, droite, veloutée et allongée, dès la première dégustation et plus intense le lendemain.

Nous avons débouché une bouteille d'Alcée 2016 pour en analyser l'évolution. Le vin commence à aborder une période de léger sommeil perceptible lors de la première dégustation. Il est un peu plus épanoui le lendemain. Il sera préférable de l'attendre cinq ans de plus en cave pour l'appécier allègrement dès la première dégustation.

Le château Alcée (appellation Castillon-Côtes de Bordeaux) appartenant à Nicolas Thienpont est désormais élaboré depuis 2014 avec 6,5 hectares de vignes représentées par 86% de Merlot, et 14% de Cabernet Franc. Le vignoble est issu de deux secteurs distincts : Monbadon et Saint Philippe d' Aiguilhe. Les vignes sont plantées sur un socle de calcaire à astéries recouvert par des argiles rouges ou d'argiles brunes compactes

Les vins ont été goûtés , comme d'habitude, en deux fois : une première dégustation après avoir ouvert et épaulé la bouteille deux heures auparavant (sauf exception précisée dans le texte ) et une deuxième 24 heures plus tard (ou plus alors indiqué dans le texte introductif), après conservation en cave fraîche ou réfrigérateur pour les vins liquoreux (bouteille rebouchée).

IMG_20210211_172547

 

 

 



Alsace : Domaine de l' Agapé : Riesling Grand Cru Osterberg 2014

IMG_20210211_172550

La robe or clair est brillante . Le nez expressif évoque les agrumes mûrs ( citrons et oranges) , les fleurs blanches, les légères infusions, avec une pointe d'épices douces. La bouche est droite , veloutée, délicatement charnue, plus dense dans un milieu de bouche fruitée. La finale longue, tendue, fraîche, élancée, très aromatique et saline. Note potentielle 16,5, note plaisir 16



Castillon-Côtes de Bordeaux : Alcée 2016

IMG_20210211_172552

La robe est profonde, sanguine au bord du verre. L'olfaction est bien ouverte avec des arômes de cerises mûres, de léger cassis, de fines épices, de violettes avec une pointe de réglisse, et un élevage élégant au deuxième plan . La bouche est énergique, charpentée, avec une chair délicate enrobant les tannins, rehaussée de fruits avenants. La finale tenue par des tannins plus fermes est allongée, fraîche, et expressive. Noté 16, voire un peu plus dans 5 à 10 ans, note plaisir 15,5

IMG_20210211_172548_1

09 février 2021

Entre-Deux-Mers : Château Turcaud blanc 2019, Lalande de Pomerol : Château Bourseau 2017

Le Château Turcaud (vignobles Robert ) situé à la Sauve Majeure est un vignoble de 50 ha avec 26 ha de vignes blanches et 24 ha de vignes rouges.Il est exploité depuis 2009 par Isabelle Robert et son mari Stéphane Le May. Les vins sont produits en trois couleurs (blanc , rosé , rouge) dans les appellations Entre-Deux-Mers, Bordeaux rouge, Bordeaux Rosé, Bordeaux Clairet, Bordeaux Supérieur, avec en plus un Crémant de Bordeaux. Le vignoble est situé sur des coteaux (altitude 100 mêtres) avec des sols de limons souvent graveleux et parfois argileux.

Nous avons ouvert une bouteille de Chateau Turcaud blanc 2019 (élevage en cuve), il a été goûté pour lui-même et servi avec des huitres. Le vin se goûte bien dès l'ouverture, avec les caractéristiques que nous lui connaissons et une acidité un peu moins vive que celle des millésimes moins solaires (pour les amateurs préférant les millésimes frais ). C'est un très bon rapport qualité/prix pour accompagner les coquillages ou un simple apéritif.

 

Le Château Bourseau appartenant à Madame Gaboriaud-Bernard est situé à Lalande de Pomerol, il est actuellement exploité par ses fils Jérôme et François-Xavier Gaboriaud. Le vignobles de 15 hectares est planté sur des sols graveleux à sablo-graveleux avec les cépage Merlot ( 75%), et Cabernet franc (25%). Les vins sont élevés en barriques renouvelées chaque année par tiers.

La bouteille du millésime 2017 s'est bien approchée dès la première dégustation après une légère aération d'une demi-heure, et le vin a offert son meilleur profil 24 heures plus tard (toujours en bouteille . Ce vin peut être attendu pour les amateurs de garde jusqu' à son dizième anniversaire dans ce millésime.

IMG_20210206_151340

 

 



Entre-Deux-Mers : Château Turcaud 2019

IMG_20210206_151351

Assemblage : 40% Sauvignon 45% sémillon, 15% muscadelle.

La robe jaune clair est brillante. Le nez bien ouvert évoque les agrumes mûrs (pamplemousse et citron ) avec des notes de menthe fraîche, et de camomille. La bouche est souple avec une chair délicate et veloutée , plus ronde dans un milieu de bouche fruité. La finale d'une allonge normale conserve une texture veloutée, avec une fraîcheur perceptible, et une palette aromatique à dominante fruitée. Noté 14, même note plaisir



Lalande de Pomerol : Château Bourseau 2017

IMG_20210206_151346

La robe est assez profonde de teinte rubis à grenat. L'olfaction est expressive avec des arômes de fruits mûrs et frais (cerises et framboises), de fleurs mauves, avec des notes de légères épices et d'élevage net en arrière plan (léger moka). La bouche est délicatement charnue et veloutée, un peu plus haute et plus pleine (dans le contexte du millésime ) dans un centre fruité. La finale est élancée, fraîche, élégante, expressive ( fruitée et florale). Noté 15, note plaisir 14,5






07 février 2021

Sancerre : Gérard Boulay : La Côte 2014, Castillon-Côtes de Bordeaux : Domaine de l'A 2017

Nous avons ouvert une bouteille de Sancerre "La Côte 2014" de Gérard Boulay pour avoir une idée de son évolution. Cette cuvée produite seulement depuis le millésime 2010, est issue d’une petite parcelle située sur la fameuse « Grande Côte » de Chavignol, un terroir qualitatif avec un sol de terres blanches, très peu profond, reposant sur des marnes kimméridgiennes. Les vignes sont encore assez jeunes (une bonne vingtaine d’années tout de même), les vins sont élevés en fûts de plusieurs vins, puis passés à nouveau en cuve avant la mise en bouteille.

Le vin a été dégusté en bouteille, une première fois après une aération d'une heure, puis régouté 24 heures, 48 heures et 72 heures plus tard avec une conservation au réfrigérateur entre chaque dégustation. Le nez est très marqué par une réduction soufrée lors de la premiere dégustation, elle diminue petit à petit lors des dégustations suivantes, sans disparaître totalement lors de la dernière. Il faudra patienter 6 à 7 ans de plus en cave pour obtenir une olfaction avenante ce que recherche aussi le dégustateur.

Le Domaine de l'A 2017 est un vin, souple, gourmand et juteux, c'est ainsi qu'il apparait en première dégustation, une demi-heure après l'ouverture de la bouteille. En réalité c'est un faux maigre, 24 heures plus tard, il s'est sérieusement étoffé avec un milieu de bouche bien rempli, et de l'allonge. Une belle réussite dans ce millésime.

Le millésime 2017 a été marqué par un gel sévère les nuits du 27 et 28 avril. Les propriétés qui n'ont été gelées que partiellement ou/et qui ont fait une sélection sévère des raisins ont produits des vins fins, élégants, frais, fruités, et assez bien à bien charpentés voire plus longiformes pour certains.

IMG_20210206_151329

 

 



Sancerre : Gérard Boulay : La Côte 2014

IMG_20210206_151332

La robe jaune pale à or léger est brillante. Derrière une réduction soufrée qui n' a pas entièrement disparue après 72 heures d'ouverture, se perçoivent des arômes de fruits blancs, d'agrumes nuancés de notes florales. La bouche est veloutée, charnue, dense et pleine rehaussée de fruits mûrs plus expressifs. La finale s'allonge, tendue, avec une acidité intégrée et bien dosée, veloutée, d'une bonne expression aromatique, et saline. Note potentielle 16,5, note plaisir 15,5



Castillon-Côtes de Bordeaux : Domaine de l'A 2017

IMG_20210206_151335

La robe est assez profonde, sanguine au bord du verre. Le nez expressif évoque les cerises, un léger cassis, nuancés de notes florales (violettes), de fines notes épicées et de thé fumé. La bouche offre une chair à la texture veloutée à soyeuse, avec un corps aux rondeurs avenantes dense et bien rempli (dans le contexte du millésime) rehaussé de fruits éloquents. La finale est allongée, expressive, d'un élégant maintien, avec la fraîcheur inhérente au millésime, bien intégrée à la matière et qui contribue à l'harmonie du vin. Noté 16, voire un peu plus, note plaisir 15,5