Newsletter
Pour connaître d'actualité du blog par mail, abonnez-vous!
Journal d'un passionné de la rive droite

Journal d'un passionné de la rive droite

Dégustations de vins, visites de domaines, et accords mets/vins


Bordeaux
Bordeaux Rive Droite
Bordeaux Rive Gauche
Les vins d'Alsace
Les vins de Loire
Les Vins du Sud-Ouest
Primeurs 2004
Primeurs 2005
Primeurs 2006
Rhône Nord
Rhône Sud
Vins de Bourgogne
Vins du Languedoc-Roussillon

23 juillet 2019

Dégustation à l'aveugle de quelques Rieslings alsaciens du millésime 2010 : fin

Les vins ont été regoûtés 24 heures plus tard, après avoir été conservés en carafe bouchées au réfrigérateur.

D'une façon générale, le millésime 2010 offre des acidités très présentes souvent dès l'attaque ou dès le milieu de bouche, elle peuvent être pour, certains vins, vives en finale, lorsque les vins ne sont pas suffisemment charnus avec des milieux de bouche bien dotés. Ce style de vin blanc plait à certains dégustateurs, comme nous le constatons lors de ces dégustations à l'aveugle. Pour ma part je préfère un peu plus de maturité qui donne des finales plus harmonieuses sans manquer de fraîcheur. 

Nous n'avons pas observé d'évolution notable entre cette séance de dégustation à l'aveugle et celle du lendemain "étiquettes découvertes". 

Le Rosacker 2010 du Domaine de l'Agapé est un vin mûr, d'une belle tenue, avec une séduisante empreinte calcaire en finale, il n'a pas encore la séduction de l'Osterberg du même domaine qui lui est à son meilleur stade de dégustation.

Le Rosacker 2010 de la Cave de Ribeauvillé a moins de profondeur que celui de l'Agapé, avec une acidité un peu vive en finale.

Le Sommerberg 2010 du Domaine Boxler a joué au caméléon lors de cette dégustation : mûr, mais manquant un peu de relief lors de la dégustation à l'aveugle, plus fringant un peu plus aéré avant le début du repas, et à nouveau un peu plus renfrogné le lendemain. A revoir sur une autre bouteille.

Le Riesling Brand 2010 du Domaine Josmeyer offre des arômes un peu résineux, et une acidité un peu vive en finale qui limite en partie ses qualités globales.

 

Le Riesling Vendanges Tardives 1998 du Domaine Hugel a acompagné avec brio le melon au Grand Marnier et espuma à l'amande et à la fleur d'oranger

 IMG_20190718_224741

Domaine Josmeyer : Riesling Grand Cru Brand 2010

IMG_20190718_224807

 

 

La robe or un peu soutenu est brillante. Le nez assez expressif évoque les agrumes, un léger terpène, des épices orientales (léger curry) avec une pointe de résine et de caramel. La bouche est souple en attaque un peu plus dense et plus ample dans un centre fruité. La finale est droite, tendue, tenue par une acidité un peu vive (sans excès), aromatique , avec une légère amertume (peau d'agrumes). Noté 16, moyenne du groupe 15,83

 

Domaine de l'Agapé : Riesling Grand Cru Osterberg 2010

IMG_20190718_224811

La robe offre une teinte or légèrement soutenu. L'olfaction est bien ouvert avec des arômes d'orange mûre, de fines épices ( girofle dominante) , nuancées de notes de prunes jaunes, de roses, et d'une touche de naphte. La bouche est bien en chair, veloutée , sphérique, pleine dotée de fruits avenants. La finale est longue, soutenue, d'une impeccable fraîcheur expressive, persistante, et assez complexe. Noté 17, moyenne du groupe 17

 

Domaine Hugel : Riesling Vendanges Tardives 1988

IMG_20190718_224817

La robe dorée est brillante. Le bouquet est intense avec des parfums d'oranges confites, de mirabelles, d'épices orientales, de fruits secs, de biscuit, et une très légère note naphtée. La bouche est généreuse, délicatement charnue, concentrée avec élégance, occupant bien le palais, agrémentée de fruits épicés éloquents. La finale est allongée, harmonieuse ( fraîcheur de bon aloi), soutenue, complexe et persistante. Noté 17,5, même note plaisir

 

 


21 juillet 2019

Dégustation à l'aveugle de quelques rieslings alsaciens du millésime 2010 : première partie

Une nouvelle petite réunion entre amateurs de Rieslings alsaciens s'est tenue à notre domicile jeudi 18 juillet en soirée.

Les vins ont été dégustés à l' aveugle. Chaque participant a apporté sa bouteille fraîche et l'a mise en carafe, avec ses initiales sous la carafe, puis les carafes de forme quasiment identique ont été numérotées, au hasard par Isabelle, servies et dégustées dans l'ordre croissant des chiffres.

Les vins ont été aérés une bonne demi-heure, puis dégustés une première fois, puis regoûtés une deuxième fois avant le rendu des évaluations des dégustateurs.

Ils ont ensuite accompagné le dîner, spécialement élaboré par Isabelle pour s'accorder avec ce type de vins.

 

 

 

IMG_20190718_224727

 

 

 

 Le menu est le suivant : verrines printanières : asperges craquantes et herbes aromatiques

Pastèque et tomate au thym et basilic

Gelée de concombre à la menthe, espuma de sariette et hysope

IMG_20190718_203140

Carpaccio de homard

IMG_20190718_204542_1

 

Dos de bar sauvage à l'unilatéral, et beurre monté au jus d'huître

IMG_20190718_211050_1

Chaource et Saint Nectaire

Melon au Grand marnier, et espuma à l'amande et à la fleur d'oranger.

 

 

 

 

Voici les premiers commentaires de cette dégustation.

 

Domaine de l'Agapé : Riesling Grand Cru Rosacker 2010

IMG_20190718_224800

La robe or clair à reflets dorés est brillante. Le bouquet intense évoque les agrumes (citron et orange), les fruits jaunes ( prunes), les épices orientales, les infusions avec des notes naphtées. La bouche offre une chair bien formée et veloutée, le vin se développe dense, et plein dans un corps oblong et fruité. La finale est longue, fraîche, dynamique, expressive avec une séduisante empreinte calcaire et saline. Noté 17, moyenne du groupe 16

 

Cave de Ribeauvillé : Riesling Grand Cru Rosacker 2010

 

IMG_20190718_224802

 

 

 

 

La robe brillante offre une teinte or vif. Le nez est ouvert sans être intense avec des arômes de terpènes, d'épices variées (canelle et très léger curry) , de fruits exotiques ( agrumes dominants) et de foin. La bouche est très fraîche dès l'attaque, de construction allongée avec une matière assez compacte , très finement charnue, et dotée de fruits frais. La finale est tendue , étirée par une acidité gustative un peu vive, très agrumée (citron dominant) , terpénique, avec une légère amertume de peau de fruits. Noté 16, moyenne du groupe 16,30

 

Domaine Boxler : Riesling Grand Cru Sommerberg 2010

IMG_20190718_224804

 

La robe or vif à reflets dorés est brillante. L'agitation accentue des arômes d'oranges mûres, de mandarine, de pain d'épices, de fleurs sauvages, et une pointe de miel. La bouche est élégante, tonique, d'une bonne densité, longiforme, rehaussée de fruits mûrs et charnus. La finale est aérienne, d'une juste fraîcheur, dotée d'une palette aromatique variée et expressive, avec une allonge pas complètement épanouie. Noté 16, moyenne du groupe 15,33

 

 

18 juillet 2019

Visite-Dégustation à la maison de Champagne Lallier à Aÿ

Nous avons profité de notre séjour à Aÿ pour visiter la maison Lallier située sur cette commune. Francis Tribaut, oenologue de formation et propriétaire avec son frère de la société de Champagne éponyme a acheté en 2004 à René-James Lallier cette entreprise, après plusieurs années de collaboration fructueuse entre eux. Le vignoble d'une superficie de 15 hectares ( cépages Chardonnay et Pinot noir) est situé pour la plus grande partie en appellation Grand Cru sur la commune d'Aÿ. Il représente 40% des approvisionnements, le reste est en achat de raisins sélectionnés en fonction de la qualité recherchée. La production totale annuelle est de 400.000 bouteilles, toutes cuvées confondues. 

IMG_20190531_104907

Nous n'avions goûté que la cuvée Brut Nature avant cette visite où nous avons dégusté des vins qualitatifs, et pu constater le travail de fond fait par le nouveau propriétaire. 

Voici les principales cuvées produites : 

Collection Permanente 

Lallier R.015 en Brut ( par exemple ) est la cuvée annuelle dominante ( ici 2015), comme avant R.014, R.013 etc.

Lallier Brut Nature : Champagne non dosé

Lallier Extra Dosage : Dosage : 18 g/l

Lallier Blanc de Blanc : 100% Chardonnay dosé à 9 g/l

Lallier Grand Rosé Grand Cru : Pinot noir 65%, Chardonnay 35% dosé à 8 g/l

 

IMG_20190531_104855

IMG_20190531_104858

IMG_20190531_104904

Collection Mémoire( Champagne millésimé ) 

Lallier 2010 actuellement en vente voir détail dans le commentaires

 

Collection Icônes 

Lallier Ouvrage : voir le commentaires

Lallier Loridon ( sélection parcellaire) : Chardonnay 100% dosé à 3 g/l

Lallier Les Sous (sélection parcellaire) : Pinot noir 100% dosé à 6g/l

 

Nous avons fait une très belle dégustation dans les locaux de la maison Lallier à Aÿ (voir les commentaires ci-dessous) . Le panel des vins proposés est large tant en termes d'assemblage , de vieillissement avant dégorgement, et de dosage, et nous avons particulièrement apprécié les vins blancs dont le dosage est inférieur à 8 g/l , ce qui n'exclut pas d'autres préférences pour certains dégustateurs . La cuvée Ouvrage est superbe à notre goût.

Nous sommes intéressés pour goûter dans le futur les deux sélections parcellaires qui ne sont produites qu'en petite quantité (4000 bouteilles / an).

 

 IMG_20190531_105915

Champagne Lallier : R.015

cépages: Chardonnay 39%, Pinot noir 61%, crus principaux (Aÿ, Verzenay, Bouzy, Ambonnay, Avize, Cramant, Oger) ;assemblage : 80% vins de l'année 2015, 20% vins de réserve ( 2008,2009,et 2012), fermentation malo-lactique partielle, dosage 7g/l 

La robe jaune pale est traversée par un cordon de bulles fines et actives. Des arômes de fruits blancs (poire), d'agrumes (oranges) nuancées de notes florales (fleurs mauves) et de fines amandes et noisettes soulignent une olfaction avenante et expressive. La bouche associe avec élégance tension et vinosité dans un milieu de bouche fruité. La finale est dynamique, étirée par une fraîcheur de bon aloi, expressive (très fruitée) avec une délicate empreinte calcaire et saline. Noté 16/16,5

 

Champagne Lallier : Blanc de blancs Brut

100% Chardonnay, assemblage de Grands Crus (Aÿ, Avize, Cramant et Oger; fermentation malo-lactique partielle, élevage sur lies 36 à 48 mois en cave; dosage 9 g/l

Des bulles fines se perçoivent dans une robe jaune pale. Des parfums d'agrumes, de fleurs champêtres, nuancés de notes de prunes jaunes, et d'une pointe d'épices soulignent une olfaction ouverte. La bouche est fine, élégante, ample et plus dense dans un centre fruité. La finale est élancée, tendue, aromatique avec une élégante effervescence qui participe à équilibrer la très légère sensation sucrée. Noté 16

 IMG_20190531_104843

 

Champagne Lallier : Grand Rosé

IMG_20190531_105620

cépages : Chardonnay 35%, Pinot noir 65%, Grands Crus ( Oger, Cramant, Aÿ, Verzenay) fermentation malo-lactique partielle, élevage sur lies 3 ans minimum en cave; dosage : 8g/l 

La robe, dotée de bulles fines, offre une couleur rose à finement tuilée au bord du verre. Le nez est séduisant et intense avec une belle dominante de fruits rouges ( fraises des bois, framboises, groseilles), nuancées de notes florales (roses et pivoines) avec une pointe d'agrumes. La bouche est délicate, veloutée sous la fine effervescence , plus dense dans un centre rehaussé de fruits éloquents. La finale est allongée , fraîche, aromatique ( dominante de fruits rouges) avec une pointe saline. Noté 17

 

IMG_20190531_105919

Champagne Lallier : Millésime 2010

Cépages : Chardonnay 45%, Pinot noir 55%, crus principaux ( Grands Crus de la Cote des Blancs, et Pinots noirs d'Aÿ et de Verzenay: fermentation malo-lactique partielle, élevages sur lies plus de 60 mois en cave; dosage 7 g/l

Le robe offre couleur or fin avec des bulles fines à l'allure tempéré. Le bouquet séduisant et expressif évoque les fruits jaunes ( prunes et abricot), la poire , l'orange, avec des notes de giroffle et muscade. La bouche est crémeuse avec une chair délicate sosu-jacente, pleine, corsé , fruitée, tonifiée par un délicate effervescence. La finale est longue, intense, fraîche, complexe, avec de subtils arômes d'évolution , et saline. Noté 16,5/17

 

Champagne Lallier : Ouvrage Extra-Brut : Tiré liège agraphe

IMG_20190531_110001

Cépages : Chardonnay 30%, Pinot noir 70%, crus principaux ( Grands Crus : Avize, Cramant, Aÿ et Verzenay) , fermentation malo-lactique partielle; élevage sur lies 5 ans en cave, dosage < 6 g/l

La robe or fin à dorée est traversée par un cordon de belles fines à l'activté tempérée. Le nez est intense, avec d'élégants arômes de viennoiseries, de pain grillé, de fruits jaunes (abricots et oranges), d'épices orientales et de fruits secs. La bouche est riche, intense, bien en chair, ample , fruitée, vineuse, tonifié avec élégance par la juste effervescence. La longue finale est fraîche, avec une texture veloutée, très aromatique, complexe, et persistante. Noté 17,5

 

IMG_20190531_110001

 

 

16 juillet 2019

Dégustation à l'aveugle de vins de Saint Emilion du millésime 2004 : fin

Je commente dans ce billet les trois vins qui cloturent cette dégustation à l'aveugle.

Le restant des vins en carafe est stoké en cave fraîche ( 13°C) puis redégusté 24 heures plus tard.

Lynsolence 2004 offre une meilleur fondu des tannins, notamment dans la finale, avec une accentuation de son caractère sanguin ( ferrugineux) qui participe à l'équilibre.

La Gaffelière 2004 confirme hélas son caractère déviant accentué ( ethyl-phénols) qui déséquilibre totalement le vin. Je rappelle qu'un défaut de bouteille n'implique pas la totalité de la production ( il faudrait connaître les conditions préalables à la mise en bouteille ).

La Mondotte 2004 a conservé toute sa superbe, et sa qualité de fruits, avec un très élégant soyeux de texture.

Canon La Gaffelière 2004 s'est maintenu à un même niveau avec ses qualités observées lors de la dégustation à l'aveugle.

Larcis Ducasse 2004 s'est amélioré; l'élevage s'est estompé, le fruit est plus "frais", la finale a retrouvé un velouté de texture, sans les légères sensations de sécheresse et d'amertume.

Fleur Cardinale 2004 a mieux intégré son élevage ( il n' y a plus d'astringence) , avec en contre partie des arômes tertiaires un peu plus développés, et un élevage encore légèrement sensible en finale.

 

Voici les trois vins préférés par les dégustateurs .

 

  1. La Mondotte 2004 : 17/20

  2. Canon la Gaffelière : 16,40

  3. Fleur Cardinale : 15,55

 

IMG_20190715_172203

Saint Emilion : Canon La Gaffelière 2004

IMG_20190704_185815

La robe est assez profonde de teinte grenat qui évolue vers des teintes orangées au bord du verre. Le bouquet intense évoque les feuilles mortes, l'humus, l'encens, de fruits rouges et noirs encore assez "frais", de rose séchées, et de thé fumé. La bouche est délicatement charnue, soyeuse, de construction allongée, d'une bonne densité,avec des fruits un peu plus expressifs. La finale est élancée et allongée, fraîche, soyeuse, aromatique complexe et persistante. Noté 16,5, moyenne du groupe 16,4

 

Saint Emilion : Larcis Ducasse 2004

IMG_20190704_173013

La robe est assez profonde rubis , très légèrement évoluée au bord du verre. L'agitation amplifie des arômes de cerises, de légères baies noires, de truffes noires , avec des notes florales et un élevage de qualité pas encore complètement fondu. La bouche est bien construite dans le contexte du millésime avec une chair bien formée et veloutée, avec de la présence dans un milieu de bouche fruité. La finale est fraîche expressive, d'un bon maintien, avec une légère sécheresse tannique et de petites notes d'amertume dues à un élevage pas encore complètement fondu. Noté 15,5, moyenne du groupe 15,35

 

Saint Emilion : Fleur Cardinale 2004

IMG_20190704_190025

La robe assez profonde de couleur rubis est très légèrement évoluée au bord du verre. Le nez est ouvert avec des arômes de cerises fraîches, de cassis, de fines épices, et des notes de café et d'élevage pas encore totalement fondu . La bouche est énergique, corsée avec une chair veloutée qui enrobe les tannins mûrs, et rehaussé de fruits éloquents. La finale est allongée, fraîche, soutenue, veloutée, aromatique, avec une pointe d'astringence et d'élevage. Noté 16, moyenne du groupe 15,55

 IMG_20190715_172208

14 juillet 2019

Dégustation à l'aveugle de vins de Saint Emilion du millésime 2004 : première partie

Nous nous sommes réunis début juillet à notre domicile après la période chaude de la fin juin, sans être caniculaire en Gironde (si l'on de réfère à la définition du mot canicule) pour une dégustation de vins de Saint Emilion (rive droite) du millésime 2004.

Cette dégustation a été préparée par Isabelle qui a réuni les apports des dégustateurs et a procédé à une mise en carafe des vins deux heures avant la première dégustation.

Les vins ont été goûtés à l'aveugle, un première fois, puis regoûtés à l'aveugle une deuxième fois après le premier tour de dégustation, puis les évaluations ont été enregistrées par Isabelle, qui a dévoilé dans un deuxième temps le nom des vins .

Les vins ont ensuite accompagné le repas suivant : pressé de poularde et foie gras avec une réduction de fumet à la grecque,

filet mignon de porc noir à la sauge et menthe, girolles et confit d'oignons aux myrtilles, déclinaison de violettes et ganache au chocolat .

Voici les commentaires des premières bouteilles dégustées dans l'ordre de présentation.

 

IMG_20190704_221849

Saint Emilion : Lynsolence 2004

IMG_20190704_172722

La robe est assez profonde grenat à orangée au bord du verre. L'aération accentue des arômes de cerises, d'épices (muscade), de légère réglisse, et de léger café et de sous bois. La bouche est souple, les tannins son fondus, avec une texture veloutée, plus ronde et un peu plus haute dans un centre fruité. La finale est étirée par une fraîcheur de bon aloi, avec des tannins un peu plus fermes (sans excès) d'une bonne expression aromatique. Noté 15,5, moyenne du groupe 14,8



Saint Emilion : La Gaffelière 2004

IMG_20190704_172859

La robe est profonde de couleur rubis. Le nez est assez éloquent et assez tertiaire ( humus, truffes noires) avec des arômes de cerises un peu mates (fruits et noyaux) et des notes animales qui s'accentuent lors de la deuxième dégustation tant à l'olfaction qu'en bouche qui est terne, sèche et assez courte. Non noté. Deux participants ont noté (leur moyenne 14,5).



Saint Emilion : La Mondotte 2004

IMG_20190704_172824

La robe est assez profonde pourpre à sanguine, très légèrement décolorée sur le disque. Le bouquet est intense avec des fruits encore frais ( cerise et cassis), de fines épices, de roses, avec des notes de violettes, de fève de cacao, et d'élevage élégant et intégré. La bouche est généreuse, ample et assez sphérique et d'une bonne densité dans le contexte du millésime, charnue, velouté , et fruitée. La finale est allongée, fraîche, d'un bon maintien, expressive et persistante. Noté 17, moyenne du groupe 17

 

Grille de lecture( corrélation notation sur 100 points- notation sur 20 points)

Vin défectueux : non noté. 10-12/79-84 : vins sans défauts majeurs, mais sans intérêt, 12,5-13/85-86 : vin moyen, 13,5-14/ 87-88 : assez bon vin, 14,5-15/89-90 : bon vin  15,5-16/91-92 : très bon vin, 16,5-17/93-94 : excellent vin, 17,5-18/95-96 : grand vin, 18,5/97 : très grand vin, 19-19,5/98-99 : vin exceptionnel




11 juillet 2019

Givry blanc : Joblot cuvée Mademoiselle 2016, Mader : Riesling Muhlforst 2017, Côte de Bourg : Le Garagiste Deluxe 2016

De retour du Médoc, André qui m'apportait mes quelques bouteilles de Clos Manou 2017 a passé la soirée, accompagné de son fils Solal autour d'un dîner sans chichi préparé par Isabelle.

Dips variés (tapenade, guacamole, etc.), langoustines à l'anis et risotto, smoothie aux fruits rouges composaient ce menu. Trois vins accompagnaient ce dîner. Deux vins blancs que j'ai présentés à l'aveugle à nos hôtes et un vin rouge proposé par André à l'aveugle pour Isabelle et moi.

Les vins ont été servis en bouteille et aérés seulement dans les verres sans qu'ils souffrent de ce traitement.

IMG_20190711_150157

Le Givry blanc cuvée Mademoiselle 2016 du Domaine Joblot s'est très bien goûté sans aucune scorie : aromatique, bien construit, allongé, frais et précis. Une garde supplémentaire l'épanouira un peu plus.

Le Riesling Muhlforst 2017 de Mader est un excellent vin avec un caractère affirmé dans ce grand millésime alsacien. Certains dégusteurs le préfèreront avec une garde supplémentaire; pour ma part je lui trouve beaucoup de qualités même en terme de plaisir actuellement.

Le Château La Grande Etouble en appellation Côte de Bourg est situé sur la commune de Saint Ciers de Canesse. Cette propriété de 2,2 hectares appartient à Gill et Ben Hall qui la travaille sans aucune aide. Ben Hall fait partie d'un groupe de vignerons bordelais appelés Les Garagistes (une assocation de vignerons bordelais élaborant des vins de garage) . Les vins fait par Ben Hall (environ 8000 bouteilles par millésime) sont produits sous l'étiquette "Le Garagiste" avec une sous rubrique que l'on évoquera.

Les vignes âgés de 50 ans sont plantées sur des sols et sous-sols calcaires et argilo-calcaires avec les cépages Merlot et Cabernet franc.

Trois cuvées (millésime 2016) sont élaborées dans cette petite propriété :



Le Garagiste Gran Tourismo : 100% % Merlot

Le Garagiste Deluxe : 90% cabernet franc et 10% Merlot : cuvée commentée ici

Le Garagiste Classic : 60% Merlot et 40% Cabernet franc



Bourgogne : Givry blanc : domaine Joblot : Premier cru : Mademoiselle 2016

assemblage des climats La Servoisine et des vieilles vignes d'En Veau

La robe or léger est brillante. L'agitation accentue des arômes de poire, de légers agrumes, de fleurs blanches, d'une touche de verveine avec des notes grillées. L'attque est bien en chair et veloutée, le vin se développe dans un corps oblong , dense, bien rempli, doté de fruits éloquents. La finale allongée conservant une texture veloutée est fraîche, aromatique, persistante et saline. Note potentielle 16/16,5, note plaisir 15,5

IMG_20190711_150201

Alsace : Domaine Mader : Riesling : Muhlforst 2017

La robe or très fin est brillante. Le nez expressif et séduisant évoque les fruits exotiques (oranges et fruits de la passion), les fines épices douces, les infusions avec des notes fumées. La bouche est intense, avec une chair bien formée et veloutée, les sensations sont ascendantes vers un centre dense, et ample, et très fruité. La finale est longue, expressive , précise fraîche, avec une délicate empreinte calcaire et saline en ultime sensation. Noté 16,5,   note plaisir 16

IMG_20190711_150204

Côtes de Bourg : Château la Grande Etouble : Cuvée Le Garagiste De-Luxe 2016

IMG_20190711_150223

La robe est assez profonde violine au bord du verre. L'olfaction est bien ouverte avec des arômes de petites baies noires (cassis et baies de sureau) d'épices douces, de réglisse, et des notes de prunes et d'élevage net en arrière plan. La bouche offre des tannins bien enrobés par une chair délicate et veloutée qui se trament dans un corps dense et assez profond , dans l'allonge et fruité. La finale est étirée par une fraîcheur de bon aloi, tenue par des tannins un peu plus fermes, d'une bonne expression aromatique, avec une petite pointe d'amertume ( élevage à fondre) . Noté 15,5, note plaisir 15



09 juillet 2019

Vaucluse : Ad Fines : Gracchus 2010, Côte Rôtie : Rostaing : Ampodium 2009, et Hermitage : Faurie : Greffieux-Bessards 2009

Le déjeuner se poursuit autour d'une côte de boeuf cuite sur des ceps de vignes, des fromages (tommes diverses), et dessert.

Trois vins sont servis successivement à l'aveugle, ils sont commentés dans l'ordre d'apparition.

Ad Fines Gracchus 2010 est un vin du pays du Vaucluses. Cette petite propriété (2,8 hectares) a été crée par Michel Rocher en 1994 sur le versant sud du massif du Lubéron près du village de Ménerbes. Les premiers vins produits sont ceux du millésime 2001.

Le vignoble se décompose en trois parcelles de moins d'un hectare plantées en Syrah, Cabernet Sauvignon, et Serine issue de sélections massales en Côte Rôtie.

Les sols sont de nature argilo-calcaire (éboulis) et sableux, ils reposent sur un substrat de molasse calcaire (Burdigalien) composée de grès cimentés par des calcaires argileux friables.

La cuvée Gracchus est considérée comme un second vin.

La Côte Rôtie Ampodium de René Rostaing possède de la tonicité et de la fraîcheur qui atténuent le côté solaire du millésime. Les fruits n'ont pas tout à fait l'éclat de ceux d'un millésime plus classique, mais le vin est, à mon avis, excellent.

Avec l'Hermitage Les Greffieux-Les Bessards 2009 de Bernard Faurie nous avons affaire à un vin complet : expressif, corsé, dense, long et équilibré. Nous sommes aux portes du grand vin.

IMG_20190622_155917



Vin du Pays de Vaucluse : Ad Fines Gracchus 2010

IMG_20190622_155807

assemblage : Syrah dominante et Cabernet Sauvignon

La robe est profonde avec un liseré de teinte sanguine. Le nez net et intense évoque les cerises, les petites baies noires, les épices variées, avec des notes réglissées de chocolat et de léger café. La bouche est riche, charnue veloutée, presque pulpeuse, fruitée, ample, et concentrée sans ostentation. La finale est allongée très veloutée, soutenue, expressive avec une légère sécheresse tannique. Noté 16

Côte Rôtie : René Rostaing : Ampodium 2009

IMG_20190622_155814

La robe est assez profonde, sanguine au bord du verre. L'olfaction est bien ouverte avec des arômes de fruits noirs dominants, d'épices variées (dont le poivre) avec des notes sanguines et de lard fumé, et une touche d'encens. La bouche est dynamique, avec des tannins structurants, un rien fermes et une texture qui reste néanmoins veloutée, et dotée de fruits expressifs. La finale, d'une bonne allonge est énergique, tonique, et aromatique (fruits un peu mats). Noté 16,5



Hermitage : Faurie : Les Greffieux-Les Bessards 2009

IMG_20190622_155820

La robe est assez profonde, sanguine sur le disque. Le bouquet est intense avec des arômes de cassis, de mûres, d'épices douces ( plus cannelle que poivre) avec des notes fumées, de légère réglisse et d'encens. La bouche offre un très élégant velouté de texture, le milieu de bouche est dense, délicatement charnu, plein , concentré et rehaussé de fruits noirs éloquents. La finale est longue, veloutée, fraîche (dans le contexte du millésime), appuyée, expressive et persistante. Noté 17


IMG_20190622_155907

07 juillet 2019

Champagne R.Pouillon brut Réserve, Mathieu Deiss : Un Instant sur Terre 2017, Louis Sipp : Gewurztraminer Osterberg 2011

Philippe nous a conviés avec quelques amis communs à son repas d'anniversaire dans sa résidence périgourdine autour d'un déjeuner.

J'évoque dans ce billet la première partie du repas. Pour accompagner les mises en bouche (billes de melon, verrine de crevettes, et saumon fumé) puis la terrine de foie gras, trois vins blancs ont été servis. Ils sont dégustés à l'aveugle.

Nous débutons par le Champagne R. Pouillon (R étant l'initial de Roger créateur de cette propriété) situé à Mareuil /Ay . Le vignoble d'une superficie de 6,5 hectares est réparti en 36 parcelles sur les communes prestigieuses d'Aÿ, Mareuil/Aÿ, Epernay entre autres.

La cuvée Brut Réserve est élaborée avec 65% de Pinot noir, 15% de Chardonnay, et 20% de Pinot Meunier, il est dosé à environ 7g/litre, et les fermentation malolactiques sont faites. Le vin s'est bien goûté dans la première partie de bouche, hélas la finale manquait un peu de tonicité.

Un Instant sur Terre blanc 2017 de Mathieu Deiss, créateur du Vignoble du Rêveur est un vin orange, sans soufre ajouté, avec une macération de 6 mois en amphore et élaboré à partir des cépages gewurztraminer et pinot gris plantés sur des sols alluvionnaires du quaternaire. Le vin ne présente pas de défaut, mais cette sensation nettement tannique en finale n'est pas ce que je recherche dans un vin blanc. Pour information, il coûte 30 euros chez le caviste de Périgueux où il a été acheté.

IMG_20190622_155751

Le Gewurztraminer Osterberg 2011 de Louis Sipp est un vin net, aromatique, équilibré, précis, et bien construit, il a plu globalement à l'ensemble des présents.

 

 

Champagne : R.Pouillon Brut Réserve

La robe or assez vif est traversée par des bulles fines à l'allure modérée. Le nez évoque les fruits blancs et jaunes, les viennoiseries, avec des notes d'amande, et une pointe d'épice douces. La bouche est mûre, vineuse, centrée, fruitée avec une effervescence émoustillante dans sa première partie. La finale est dotée d'une palette aromatique assez expressive, mais une léger manque de tonicité limite son épanouissement. Noté 15

IMG_20190622_155832

Alsace : Mathieu Deiss : Un Instant sur Terre 2017

La robe orange est un peu mate. L'agitation met en exergue des arômes de roses, de fruits exotiques, avec des notes de litchis. La bouche est bien construite, assez consistante, assez velouté dans sa première partie, fruitée. La finale est fraîche avec une sensation nettement tannique, d'une bonne expression aromatique.

A réserver aux amateurs de ce type de vin.



Alsace : Louis Sipp : Gewurztraminer Osterberg 2011

IMG_20190622_155803

La robe or clair est brillante. L'olfaction est expressive avec des arômes de poires, de mirabelles, d'épices orientales, nuancés de notes florales (roses dominantes) , et légèrement fumées. La bouche est élégante, charnue, veloutée, d'une bonne densité dans un corps oblong et fruité. La finale est élancée, délicatement moelleuse, fraîche, et expressive. Note potentielle 15,5/16



04 juillet 2019

Pomerol : Château Bel-Air 2015, et Saint Emilion : Château Berliquet 2010

Deux bouteilles de vin de la rive droite de Bordeaux sont commentées dans le billet de ce jour : Château Bel-Air 2015 (Pomerol) a été acheté en foire aux vins et Berliquet 2010 (Saint Emilion) a été acquis en "primeurs" .

Le château Bel-Air appartient à la famille Sudrat-Melet. Il est situé sur la commune de Pomerol sur la retombée ouest, nord-ouest du plateau à une centaine de mètres avant la D 1089 (ex N 89 ). Le vignoble de 13 hectares est planté avec les cépages Merlot (95%) et Cabernet Sauvignon (5%) sur des sols sablonneux et graveleux reposant sur un substrat de crasse de fer (alios) et d'argiles verte.

Les sols sont travaillés par labours (sans désherbage), les vignes sont cultivées en agriculture conventionnelle raisonnée en limitant les traitements fongicides (produits CMR exclus). Les vignes sont ébourgeonnées, effeuillées, avec des vendanges vertes s'il y a lieu. Les vendanges sont manuelles, avec table de tri. L'encuvage se fait par gravité en baies entières (sans foulage), et les extractions sont menées par pigeage. L'élevage est conduit en barriques renouvelées par tiers chaque année. Il dure 12 à 18 mois selon le millésime.

Je n'avais pas regoûté Berliquet 2010, depuis plus de cinq ans, et j'ai souhaité connaître son évolution. Il se patine lentement sous verre, et ne donne pas encore tout son potentiel, il faudra envisager de l'attendre encore trois ou quatre ans pour commencer à l'aborder.



Conditions de dégustation

Les vins ont été goûtés, comme d'habitude, en deux fois : une première dégustation après avoir ouvert et épaulé la bouteille une heure auparavant (sauf exception précisée dans le texte ) et une deuxième 24 heures plus tard, après conservation en cave fraîche (bouteille rebouchée).

Les vins se sont goûtés à leur meilleur niveau lors de la deuxième dégustation.

 

IMG_20190704_152900

Pomerol : Château Bel-Air 2015

IMG_20190704_152912

La robe est assez profonde de teinte sanguine sur le disque . L'olfaction bien ouverte évoque les cerises noires , les mûres, les épice douces, avec une pointe de réglisse et un élevage élégant en arrière plan. La bouche est délicatement charnue et veloutée, le vin se développe dans un milieu de bouche aux rondeurs avenantes et bien rempli (effet millésime) rehaussé de fruits éloquents. La finale est allongée, d' une bonne fraîcheur, un rien plus ferme dans les tannins, et aromatique. Noté 16, note plaisir 15,5. A attendre trois à quatre ans de plus pour un début de dégustation.



Saint Emilion : Château Berliquet 2010

IMG_20190704_152909

La robe est profonde avec un liseré de couleur sanguine à rubis au bord de verre. Le nez expressif évoque les cerises, le cassis, les fines épices, nuancés de notes de réglisse, de fleurs mauves et un élevage distingué en retrait. La bouche offre une séduisante finesse des tannins , enrobés par une chair bien formée et très veloutée. Ils se trament dans un corps oblong, dense et fruité. La finale d'une bonne fraîcheur, dotée d'une texture veloutée est expressive, mais pas encore totalement épanouie. Note potentielle 16/16,5, note plaisir 15,5



02 juillet 2019

Degustation à l'aveugle de vins du millésime 2009 de l'appellation Cornas, et Zind-Humbrecht : Clos Windsbulh Riesling V.T 2004

Cette deuxième et dernière série est un peu moins qualitative que la première.

Si l'on reprend de façon plus détaillée l'ensemble des vins du millésime 2009 de cette dégustation, nous pouvons observer :

Granite 60 de Vincent Paris est un vin construit mais restant souple et fruité dans sa première partie de bouche. La finale n'a pas l' harmonie, que l'on attendait, elle un peu trop acide, avec une touche végétale. Une petite maturité supplémentaire des raisins aurait été plus favorable.

Les deux vins du Domaine du Tunnel sont très réussis, complets équilibrés et aromatiques, avec encore plus de matière dans la cuvée "Vin Noir", l'élevage n'est pas encore entièrement fondu. Dans trois ou quatre ans, les vins seront à leur meilleur niveau.

Les Vieilles Vignes 2009 de Tardieu Laurent est encore un peu marqué par son élevage, et n'a pas la surplus de puissance que confère le millésime. La finale est à la fois assez tannique, et dotée d'une fraîcheur un peu vive. C'est globalement un bon vin. Sera-t-il meilleur dans 4 à 5 ans?

Les Ruchets 2009 de Colombo est d'une belle jeunesse. Très expressif, avec un superbe enrobage des tannins, très velouté, concentré, long, frais. La petite amertume due à un élévage pas encore fondu n'a rien de rédhibitoire.

La cuvée Les Vires de Cuillerons'appelle aujourd'hui la Cuvée "Les Côtes". Ce vin est globalement bien fait avec quelques nuances : élevage un peu soutenu, et des tannins un peu granuleux et poudreux en finale.

Cette dégustation a été plaisante et de belle qualité. Ce millésime solaire 2009 a bien convenu à cette appellation qui présente assez souvent une légère rusticité tannique et beaucoup d'énergie dans les jeunes vins ce qui nécessite une garde assez longue pour en profiter pleinement.

Les trois meilleurs vins : 

1) Domaine du tunnel :  Cornas Vin Noir 2009 : 17,25/20

2) Domaine Colombo : Cornas : Les Ruchets 2009 : 16,81

3) Domaine du Tunnel  : Cornas 2009 : 16,75



 

 

 

IMG_20190613_205341

 



Cornas : Tardieu Laurent : vieilles vignes 2009

La robe est assez profonde de couleur pourpre légèrement décolorée sur le bord du verre. L'aération dissipe un élevage légèrement au premier plan, et fait place à des arômes floraux ( violettes et roses) , de fruits rouges et noirs et d'épices. La bouche est souple et délicate, le milieu de bouche est plus plein, fruité, avec une chair fine et veloutée enrobant les tannins. La finale est tenue par des tannins assez granuleux, et dotée d'une acidité un peu vive qui l'étire, avec une palette aromatique expressive, et des notes légèrement amères pour la ponctuer. Noté 15,5, moyenne du groupe 15,62

IMG_20190613_205331

Cornas : Domaine Colombo : Les Ruchets 2009

La robe est assez profonde sanguine à violine, d'une insolente jeunesse. Le bouquet expressif évoque les petites baies noires (cassis et myrtille), les épices variées ( dont le poivre de Setchouan ), les violettes, avec des notes de graphite, de léger café et de cacao fin ( élevage distingué en train de se fondre). La bouche est généreuse, intense, bien en chair, très veloutée à soyeuse, corsée, ample, d'une élégante concentration, rehaussée d'éloquents fruits épicés. La finale est longue, d'un très bon maintien, tout en conservant une texture veloutée, très aromatique et persistante, avec une petite pointe d' amertume ( élevage pas encore fondu). Noté 17, moyenne du groupe 16,81


IMG_20190613_205325

Cornas : Yves Cuilleron : Les Vires 2009

la robe est assez profonde, pourpre légèrement évoluée sur le disque. L'olfaction est bien ouverte avec des arômes de baies de cassis et sureau, de muscade , de poivre fin , nuancés de notes florales, avec un élevage perceptible mais qui s'estompe en partie à l'agitation. La bouche dans sa première partie est charnue, veloutée, puissante, ample et fruitée. La finale d'une bonne allonge, est bien tenue par des tannins grenus et poudreux qui devront se fondre, fraîche, et expressive. Noté 16, moyenne du groupe 16,12

IMG_20190613_221616IMG_20190613_221620IMG_20190613_215724

Avec le dessert, un Zind-Humbrecht VT

Alsace : Zind-Humbrecht : Clos Windsbulh : Riesling vendanges tardives 2004

La robe dorée est brillante. Le bouquet est séduisant et intense avec des arômes d'oranges, d'ananas, de pamplemousse, d'épices orientales, de fruits secs, de miel fin, et des notes naphtées. La bouche est intense, fraîche dès l'attaque, dotée d'une chair délicate et veloutée, dense, bien remplie, et très fruitée. La finale est longue, tonique, dynamique, fraîche, agrémentée de fruits confits, d'épices (dont le cumbawa) avec des notes florales, et une touche terpénique et saline. Noté 17, 5

 

IMG_20190613_205452