Newsletter
Pour connaître d'actualité du blog par mail, abonnez-vous!
Journal d'un passionné de la rive droite

Journal d'un passionné de la rive droite

Dégustations de vins, visites de domaines, et accords mets/vins


Bordeaux
Bordeaux Rive Droite
Bordeaux Rive Gauche
Les vins d'Alsace
Les vins de Loire
Les Vins du Sud-Ouest
Primeurs 2004
Primeurs 2005
Primeurs 2006
Rhône Nord
Rhône Sud
Vins de Bourgogne
Vins du Languedoc-Roussillon

22 septembre 2020

Alsace : Domaine de l'Agapé : Riesling Grand Cru Rosacker 2012, Pauillac : Règes des Sadons 2018

Nous avons débouché une bouteille du Grand Cru Rosacker 2012 du Domaine de l'Agapé (Alsace) . Nous apprécions particulièrement les vins issus de ce Grand Cru. Ce coteau exposé est-sud-est porte des vignes situées entre les altitudes 260 à 330 mètres. Les vignes sont plantées sur les calcaires coquilliers du Muschelkalk supérieur (Trias germanique) avec des blocs calcaires affleurants. Le vins sont longs, tendus, frais, dense, expressifs, et très salins. La bouteille ouverte répond fort bien à ces critères, avec une excellente tenue à l'air le lendemain avec un vin un peu plus épanoui.

Je me suis rendu aux portes ouvertes du Médoc dimanche matin 13 septembre pour faire l'acquisition de quelques bouteilles chez mes producteurs habituels : le Domaine Les Sadons à Pauillac ( Alain Albistur) et le Château de Cassana ( Fabien Autet ) en appellation Haut-Médoc.

Alain Albistur a décidé de produire un second vin dans le millésime 2018 avec pour objectifs d'avoir un vin plus abordable dans sa jeunesse, et de donner plus de corps et de puissance à son premier vin. C'est bien ce que j'ai pu remarquer lors de la dégustation sur place. J'ai ouvert quelques jours plus tard une bouteille du second vin Règes des Sadons 2018 pour en apprécier les nuances, il a été dégusté sur 24 heures comme d' habitude : le vin est conforme à mes attentes avec de la tenue lors de la deuxième dégustation (voir le commentaires ).

Les vins ont été goûtés, comme d'habitude, en deux fois : une première dégustation après avoir ouvert et épaulé la bouteille deux heures auparavant (sauf exception précisée dans le texte ) et une deuxième 24 heures plus tard (ou plus alors indiqué dans le texte introductif), après conservation en cave fraîche ou réfrigérateur pour les vins liquoreux (bouteille rebouchée).

IMG_20200922_170142

 

 

 

Alsace : Domaine de L'Agapé : Riesling Grand Cru Rosacker 2012

IMG_20200922_170136

La robe or clair est brillante. Le nez expressif évoque l'orange, le citron mûr, les fleurs sauvages, les légères infusions avec des notes épicées. La bouche est droite, dotée d'une texture veloutée dans sa première partie, dense et fruitée. La finale est allongée, tonique, bien tenue par un léger grip calcaire, aromatique et saline . Noté 16,5, note plaisir 16

 

 

 

 

Pauillac : Règes des Sadons 2018

IMG_20200922_170132

 

deuxième vin du Domaine Les Sadons

La robe est assez profonde sanguine au bord du verre. L'olfaction ets bien ouverte avec des arômes de cassis au premier plan, de fines épices, avec des notes de cerises et de cèdre. La bouche est construite avec élégance, les tannins fins se trament dans un corps oblong , finement charnu , velouté et fruité. La finale est élancée, fraîche, tonique et expressive. Noté 15/15,5, note plaisir 15


20 septembre 2020

Priorat : Alvaro Palacios : Camins del Priorat 2017, Saint Estèphe : Les Ormes de Pez 2000

Lors de la venue de mon beau frère et de ma belle soeur, j'ai souhaité leur faire goûter unne bouteille de Camins del Priorat 2017 d'Alvaro Palacios. Nous avions bu avec beaucoup de plaisir une bouteille de ce même vin début mars de cette année. Nous nous sommes régalés encore une fois ainsi que nos hôtes.

Ce vin est issu des plusieurs communes de la DOC Priorat (Gratallops, Torrojas, Les Vilelles, Blemunt, El Lloar). Les vignes avec un encépagement varié ( grenache, carignan, cabernet sauvignon, syrah, merlot) sont situées à des altitudes et expositions différentes. Les fermentations alcooliques et malolactiques sont réalisées en cuves (ciment, inox, bois) et l'élevage dure 8 mois en fûts et en cuves de chêne français.

J'ai fait l'acquisition de quelques bouteilles du château Les Ormes de Pez 2000 dès leur mise sur le marché. J'avais déjà bien gouté une bouteille de ce vin, il y a trois ans, et j'étais optimiste pour une évolution positive. Le vin a très bien vieille et me parait désormais prêt à boire après une légère aération en bouteille. Il offre une très bonne tenue lors de la deuxième dégustation 24 heures plus tard. Il peut être ouvert dès maintenant ou conservé quatre à cinq années de plus dans une bonne cave.

 

 

 

IMG_20200920_115413 - Copie

Priorat : Alvaro Palacios : Camins del Priorat 2017

IMG_20200920_115401 - Copie

 

 

La bouteille a été ouverte et mise en carafe une heure avant le service

La robe est soutenue à assez profonde, sanguine au bord du verre. Le nez est bien ouvert et avenant avec des arômes de cerises mûres, de cassis, de fines épices, d'herbes aromatiques, et de fleurs mauves. La bouche est élégante, veloutée à sensuelle, bien en chair, dense, concentrée sans ostentation et fruitée. La finale est allongée, très expressive, veloutée, d'un bon maintien, avec une acidité perceptible bien intégrée à la matière. Noté16, même note plaisir.



Saint Estèphe : Les Ormes de Pez 2000

IMG_20200920_115406 - Copie

La robe est assez profonde rubis à grenat au bord du disque. Le bouquet intense évoque les fruits rouges (cerises) et les petites baies noires (dont le cassis), les épices douces, le tabac bond, avec des notes florales et de léger poivron rouge. La bouche est veloutée à soyeuse, une chair délicate enrobe des tannins fins, le milieu de bouche est corsé et ample rehaussé de fruits encore "frais". La finale qui conserve une texture veloutée, d'un bon maintien est allongée, fraîche, et dotée d'une palette aromatique expressive et persistante.Noté 16,5, même note plaisir

17 septembre 2020

Vin du Pays de l'Hérault : La Terrasse d'Elise : Le Pigeonnier 2018, Saint Emilion : La Rose Côtes Rol 2015

Nous avons un caviste à Libourne qui distribue les vins de La Terrasse d'Elise de Xavier Braujou, ce qui nous a permis de goûter plusieurs cuvées de cette propriété. Nous avons acquis récemment la cuvée Le Pigeonnier du millésime 2018. Le vin s'est très bien dégusté, et nous a offert son meilleur profil, après 24 heures d'ouverture (aromatique, corsée, charnu, et bonne allonge). Deux à trois années de garde supplémentaire permettront une approche plus immédiate.

Le Château La Rose Cotes Rol est exploité par Pierre Mirande ( première vinification en solo en 1994 ) qui a pris la succession de son père Yves . Le vignoble se divise en deux entitées , un petite dizaine d'hectares sur l'appellation Saint Emilion , et 4 hectares en appellation Montagne Saint Emilion. Les vignes de l'appellation Saint Emilion se trouvent en très grande majorité sur la retombée nord du plateau calcaire sur des sols sableux reposant sur un substrat d'argiles bleues et crasse de fer. Une parcelle est située sur le terroir argilo-calcaire de Saint Christophe des Bardes. L'encépagement est constitué de Merlot (75%) de Cabernet franc (15%), Cabernet Sauvignon (8%) et Malbec (2%). L'élevage dure 12 mois en fûts de chêne français renouvelés par tiers. La mise en bouteille intervient 20 mois après la récolte.

IMG_20200917_173211

 

Les vins sont bien élaborés : frais, avec des touchers de bouche élégants et ronds, et des allonges bien équilibrées et persistantes. Très bon rapport qualité/prix. A déguster après 10 ans de garde.

Les vins ont été goûtés , comme d'habitude, en deux fois : une première dégustation après avoir ouvert et épaulé la bouteille deux heures auparavant (sauf exception précisée dans le texte ) et une deuxième 24 heures plus tard (ou plus alors indiqué dans le texte introductif), après conservation en cave fraîche ou réfrigérateur pour les vins liquoreux (bouteille rebouchée).

 

Vin du Pays de l'Hérault : La Terrasse d'Elise : Le Pigeonnier 2018

IMG_20200917_173219

100% Carignan

La robe est assez profonde de teinte sanguine. Le nez bien ouvert et élégant évoque les petites baies noires sauvages, la boite à épices, les violettes avec des notes fumées et de garrigue. La bouche est bien en chair et veloutée, dense d'une élégante concentration, et fruitée. La finale est allongée, tenue par des tannins un peu plus fermes mais au contour arrondi, d'une bonne fraîcheur et aromatique. Noté 16, voire un peu plus, note plaisir 15,5

IMG_20200917_173215

 

 

 

 

Saint Emilion : La Rose Côtes Rol 2015

La robe est assez profonde sanguine à rubis sur le disque. Le nez s'ouvre à l'aération sur des arômes de cerises et cassis à l'expression un peu tempérée, d'épices , de réglisse, nuancés de notes florales et légèrement fumées, avec un élevage net et discret. La bouche est dotée d'une chair délicate et veloutée, avec un corps bien dessinée, d'une bonne consistance et fruité. La finale est fraîche, élancée, avec des tannins un plus fermes et finement enrobés, et une palette aromatique d'une bonne expression (fruits noirs et épices).Noté 15/15,5 , note plaisir 14,5

 

IMG_20200917_173226

15 septembre 2020

Pommard : Vaudoisey-Creusefond : Les Poutures 2005, CDP : La Janasse Chaupin 2006, Puisseguin : Fleur de Roques 2018

Les vins commentés ce jour sont ceux qui ont été placé sur la thonine et le veau.

La thonine et son crumble de chorizo sont un exemple de ce qui se fait le mieux dans les alliances terre/mer pouvant aller avec les vins rouges.

La cuisson est al dente, parfaite, rendant la chair du poisson fondante, et le goût marin est subtilement marié au jus du homard et au chorizo

118725736_789076275170823_5618561112614591100_n

 

 

118619991_643126919918315_7819170146008146017_nIMG_20200902_201340_1

 

 

118764304_2709431462604867_6459423729171626047_n

 

118766114_641150129871322_8316387521344876956_n

 

118766070_312864563143807_6981349234515491775_n (1)

 

118764067_1774324079387558_433179065918303547_n

118771166_736542803861637_1841886874897219816_n

IMG_20200902_220754

 

Le Fleur de Roques 2018 a été servi pour être placé sur le dessert. Incongru mais excellent! Car le vin respire l'eucalyptus, la menthe, le fruit croquant et au final la réponse donnée par le dessert n'en a été que plus généreuse en saveurs!

Un grand dîner! dans un restaurant digne d'un étoilé.

 

 

Pommard : Vaudoisey-Creusefond : Premier Cru : Les Poutures 2005

La robe est très soutenue à assez profonde de couleur rubis à grenat. Le bouquet évoque les cerises associées à de petites baies noires, les épices douces, avec des notes florales et légèrement réglissées. La bouche est puissante, avec un enrobage des tannins par une chair fine, énergique dans un milieu de bouche fruitée. La finale est allongée avec une sensation de tannins fermes et impactants, fraîche, d'une bonne expression aromatique. Noté 15,5 voir un peu plus, compte tenu de la jeunesse de cette bouteille, note plaisir 14.



Châteauneuf du Pape : La Janasse : cuvée Chaupin 2006

La robe est profonde de teinte sanguine. L'olfaction est expressive avec des arômes de cerises légèrement kirschées et de petits fruits noirs associés, d'épices variées, de fines réglisses, et d'élevage élégant pas encore entièrement fondu en arrière plan. L'attaque offre une chair délicate et veloutée, le vin se développe dans un centre plein d'une bonne densité rehaussé de fruits finement épicés et avenants. La finale est soutenue, d'un bon équilibre et d'un bon maintien, avec une très légère astringence et amertume en ultime sensation. Noté 16 voire un peu plus, même note plaisir. Une bouteille très peu évoluée sortie de la cave de notre hôte.



Pour remplacer une bouteille de Léoville Poyferré 2001 nettement contaminée par les ethyl-phénols, nous dégustons encore à l'aveugle



Puisseguin : Château Fleur de Roques 2018

bouteille issue d'une tête de mise, conservée par Joseph et bien aérée

La robe est profonde, sanguine au bord du verre. Le nez est intense avec des arômes de cerises "burlat", de mûres sauvages, de fines épices douces, des notes florales (roses et violettes) et un élevage distingué bien en retrait. La bouche est dense, d'une élégante concentration naturelle (argiles) bien en chair veloutée et fruitée. La finale est longue, d'un bon maintien, fraîche, avec une texture restant veloutée, expressive et persistante. Noté 16,5, même note plaisir

13 septembre 2020

Alsace : Vincent Sipp : Riesling Grand Cru Osterberg 2012, Chassagne-Montrachet : Marc Colin :Premier Cru : Les Caillerets 2011

Nous sommes conviés à La Table de Margot par Joseph, le propriétaire du Château Fleur de Roques. Pour ceux qui n'y sont jamais allés, c'est impératif, il faut s'y rendre. La table est tenue par un cuisinier, inventif, précis. Et les accords mets vins sont toujours solides, sans erreur aucune, grâce aux connaissances de Joseph.

Les déjeuners ou les dîners sont toujours de grands moments de plaisir. Les menus sont des surprises agréables et toujours renouvelés et nous devons à Joseph la recherche de l'idéal quant à l'accord mets/vins.  Les vins commentés dans ce billet sont ceux qui ont été placés sur les mises en bouche et l'entrée : 

118676060_352559116116902_6339739240896756682_n

 

 

118782022_633045714302452_2645931192590880423_n

 

 

 

118767906_455128648795480_5322739114147163344_n

 

 

 

118775240_319292256064563_6891653242185043001_n

 

 

Les vins sont servis à l'aveugle, ils proviennent de la cave souterraine de notre hôte creusée dans le calcaire à astéries. Ils sont d'évolution lente à très lente.

Alsace : Vincent Sipp : Riesling Grand Cru Osterberg 2012

La robe or clair est brillante. Le nez est élégant et expressif avec des arômes de citrons, d'oranges, de fleurs champêtres, et des notes de fruits blancs . La bouche est droite, délicatement charnue et veloutée, avec un profil un peu plus rond dans un milieu de bouche fruité. La finale est allongée, tendue, tonique, fraîche, aromatique et saline. Noté 16,5, note plaisir 16

118729505_239060184050201_2879142497059398775_n

Chassagne- Montrachet : Marc Colin : Premier Cru : Les Caillerets 2011

La robe jaune clair à or léger est brillante. L'olfaction accentue à l'aération des arômes de poire, de légères infusions, d'agumes ( dont le citron) avec une pointe d'épices, et de léger champignons. La bouche offre une chair délicate et veloutée, le vin prend de la consistance et un peu plus d'amplitude dans un centre fruité. La finale est étirée par une nette fraîcheur, avec une légère sensation de fermeté, elle est expressive ( dominante citronnée) et saline. Noté 16, note plaisir 15,5 ( un vin qui paraît très jeune)


10 septembre 2020

Chablis : Vincent Dauvissat : Premier Cru Vaillons 2010, Côte Rôtie : Domaine Jamet 2012

J'avais ouvert fin juillet une bouteille de Chablis Premier Cru La Forest 2010 du Domaine Vinvent Dauvissat, le vin était dominé par un élevage très appuyé qui oblitérait en grande partie la palette aromatique. Cet élevage ne s'est jamais estompé (même en partie lors de la dernière dégustation, après 72 heures d'ouverture). Je me suis posé la question de savoir si les autres crus du même millésime de ce propriétaire étaient également marqués par un élevage excessif.

Quinze jours plus tard, j'ai débouché une bouteille de Premier Cru Vaillons 2010 du même vigneron. Le vin lors de la première dégustation (deux heures après l'ouverture de la bouteille) présentait les mêmes symptômes, le lendemain ce n'était qu' à peine un peu mieux. Après 48 heures l'élevage s'était estompé et bien intégré pour faire place à la belle qualité de la matière première (voir le commentaire).

 

Ma belle soeur et mon beau frère qui passent leurs vacances dans les Landes viennent aussi quelques jours chez nous. Ils sont amateurs des vins de la Côte Rôtie. J'ai ouvert et mis en carafe (une bonne heure) une Côte Rotie 2012 du Domaine Jamet. Ce millésime a produit des vins gourmands et accessibles plus jeunes pour ceux qui n'ont pas vendangé trop tôt, et même plus étoffés et bien construits pour les meilleurs. Cette Côte Rotîe 2012 s'est très bien goûtée et a bien accompagné une grillade de porc noir gascon.

 

IMG_20200909_202347

 

 

 

Chablis : Vincent Dauvissat : Premier Cru Vaillons 2010

IMG_20200909_202357

La robe or clair est brillante. Le nez bien ouvert évoque les fruits blancs ( poire dominante), les agrumes, de légères épices, des fleurs champêtres, et un élevage nettement en arrière plan et qui s'intègre bien (légères notes de vanille bourbon). L'attaque est délicate et veloutée, le vin prend de la consistance, de l'ampleur, et de la densité dans un milieu de bouche doté d'une chaîr bien formée , et fruité. La finale est longue , avec une texture assez veloutée, dynamique, fraîche, et expressive. Noté 17, note plaisir 16,5



Côte Rôtie : Domaine Jamet 2012

IMG_20200909_202353

La robe est assez profonde de couleur sanguine à rubis. L'olfaction est expressive avec des arômes de cassis, de violettes, d'épices variées ( dont la baie de Setchouan ) nuancés de notes de cerises, de roses, et de réglisse. La bouche est bien construite, les tannins fins se trament dans un corps d'une bonne densité, oblong délicatement charnu, velouté et fruité. La finale est élancée, étirée par une fraîcheur de bon aloi, tout en conservant une texture veloutée, aromatique, avec une petite note sanguine en ultime sensation. Noté 16,5, note plaisir 16

08 septembre 2020

Déjeuner chez Françoise et Stéphane Dief à Saint Chistoly Médoc et les vins associés

A la fin du mois d'août, nous avons été conviés par Françoise et Stéphane Dief à déjeuner dans leur domicile de Saint Christoly Médoc, ce village situé au bord de l'estuaire dans le nord Médoc. Nous étions acompagnés par Alex et André.

 

IMG_20200827_173430

Le menu a fait la part belle aux légumes du potager de Françoise et Stéphane et quelques spécialités médocaines :

Entrée : tarte aux tomates cerises, tomates mozarella, escargot à la bordelaises, terrine maison

Magrets de canard en rôti et légumes variés

Plateau de fromages

Tarte aux prunes

Les vins servis sont les apports des différents participants, ils sont servis à l'aveugle par l'apporteur aux autres participants

La dégustation a débuté avec le vin de la Moselle allemande Schloss Lieser Trocken 2019 de Thomas Haag, une très belle bouteille aromatique, bien construite, tendue avec cette acidité caractéristique qui équilibre les quelques sucres résiduels.

Le Clos du Papillon 2013 Savennière du Domaine des Baumard a offert un avenant profil : expressif, d'une bonne densité, frais et dynamique.

Le Clos Manou vignes préphylloxériques de 1850 millésime 2015 a été mis en carafe peu de temps avant le service, il a souffert d'un déficit d'aération, et ne s'est pas dégusté comme celui ouvert chez nous à l'automne 2019 (voir le commentaire que je remonte de cette dégustation).

J'ai fait goûter une bouteille de Châteauneuf du Pape 2011 du Domaine Charvin. Le vin a manqué d'aération et n'a pas pu être suffisamment rafraîchi. Ce ne fut pas un bon choix.

Berliquet 2010 (Saint Emilion) s'est très bien goûté, il est déjà en place : aromatique, fin , avec un centre plein et bien dessiné, allongé, avec la fraîcheur inhérente au millésime.

Nous terminons par un vin rouge du Domaine Hauvette : Cuvée Cornaline 2012 (Baux de Povence) . La bouteille est hélas phénolée et oxydée.

 

 

IMG_20200827_133753_1

 

 

 

Allemagne : Thomas Haag : Schloss Lieser : Trocken 2019

IMG_20200827_124618

 

La robe or vif est brillante. Le nez expressif évoque les prunes jaunes, les agrumes ( oranges et citrons) les épices douces douces, avec des notes fumées et d 'infusions. La bouche est droite, tendue, tonique, dense, veloutée et fruitée. La finale est fraîche, dynamique , très aromatique, avec une acidité de bon aloi, apportant de la tension et équilibrant de légers sucres résiduels, et ponctuée par une élégante salinité en ultime sensation. Noté 16/16,5, note plaisir 16



Savennières : Domaine des Baumard : Clos du Papillon 2013

IMG_20200827_134624

La robe or clair est brillante. L'agitation estompe une légère réduction qui fait place à des arômes de verveine, de tilleul, de coing, d'agrumes, avec des notes fumées et de légère poire. L'attaque offre une chair délicate et veloutée, les sensations sont ascendantes vers un milieu de bouche plein et ample, doté de fruits expressifs. La finale est allongée, fraîche, tonique expressive, avec une fraîcheur qui participe à l'équilibre ( très légers sucres résiduels). Noté 16, voire un peu plus, note plaisir 16



Médoc : Clos Manou : Vignes Préphylloxériques de 1850 : millésime 2015

Assemblage approximatif : Merlot 95%, Cabernet Sauvignon 5% 

La robe est profonde avec un liseré violine. Le nez est pur et intense avec des arômes de cerises, de mûres sauvages, de léger cassis, de fines épices douces, et des notes de fleurs mauves ( violettes dominantes) et de très léger élevage qualitatif. La bouche est très veloutée, charnue, finement texturée, pleine, concentrée avec élégance, rehaussée de fruits expressifs et gourmands. La finale est longue, d'un très bon maintien (tannins un rien plus fermes), appuyée, très aromatique et persistante. Note potentielle 17,5, note plaisir 17

 

Saint Emilion : Berliquet 2010

IMG_20200827_155535

La robe est assez profonde de teinte sanguine. L'olfaction est bien ouverte à l'agitation, avec des arômes de cerises mûres, de fines épices, et des notes florales (fleurs mauves) de cassis, accompagné d'un élevage distingué en arrière plan et déjà pratiquement fondu. La bouche est élégante, délicatement charnue et veloutée, avec un corps bien dessiné, et rempli, rehaussé de fruits éloquents. La finale est allongée, élancée, bien tenue par des tannins un rien plus fermes, expressive et persistante. Noté 16,5, note plaisir 16



06 septembre 2020

Saint Emilion : Pavie Macquin 2005, Pauillac : Pontet Canet 2005, Sauternes : Guiraud 2003

 Les vins commentés sont ceux du repas qui a été décrit dans le billet précédent.

Toutefois pour rappel, c'est une canette de Barbarie qui est cuisinée. Nous proposons un St Nectaire et en dessert une mousse de noix de coco au coulis de mangue.

 Il va de soi que le repas se prolonge par quelques douceurs. Des chocolats de chez Larnicol et des palets. Le Sauternes ravit tellement les palais, qu'il est dégusté avec ces palets bretons, et il convient tout à fait.

Pour les lecteurs désireux de connaître ce que sont que ces palets : Lire ICI

 

IMG_20200902_145353_1

 

 

Les vins rouges ont été mis en carafe deux heures avant le service, le Sauternes a été dégusté en bouteille découverte. Pontet Canet 2005 a remplacé une bouteille de Duhart-Milon 2005 contaminée par les éthyl-phénols.

Saint Emilion : Pavie Macquin 2005

IMG_20200902_145343_1

 

La robe est profonde, sanguine au bord du verre. Le nez intense et séduisant évoque les cerises mûres, la boite à épices, les petites baies noires, les truffes noires, avec des notes de fleurs mauves, et d'encens. La bouche est veloutée et charnue, sphérique, naturellement concentrée, agrémentée de fruits expressifs. La finale est longue, soutenue, intense, expressive, avec une texture veloutée et la fraîcheur inhérente à son terroir. Noté 18,5, note plaisir 18



Pauillac : Pontet Canet 2005

IMG_20200902_145345_1

La robe de couleur sanguine à rubis est profonde. L'olfaction est bien ouverte avec des arômes de cassis mûrs, de fines épices, de cèdre, et des notes florales, de cerises, et d'élevage de qualité en arrière plan. L'attaque offre une chair délicate et veloutée, les sensations sont ascendantes vers un milieu de bouche plein et profond relevé de fruits éloquents. La finale est longue, appuyée, veloutée, fraîche, et harmonieuse. Noté 18, note plaisir 17,5



Sauternes : Château Guiraud 2003

IMG_20200902_145347

La robe est légèrement ambrée. Le bouquet intense évoque les abricots et les mangues rôtis, les épices orientales (dont le gingembre), avec des notes d'oranges, de fruits secs, de champignons nobles et de miel. la bouche est généreuse, onctueuse, concentrée, dense, ample rehaussée d'expressifs fruits rôtis. La finale est longue, soutenue, intense, très aromatique, et complexe, avec une harmonie qui s'affirme avec le vieillissement sous verre. Noté 18/18,5, note plaisir 17,5



03 septembre 2020

Buisson-Charles : Bourgogne Aligoté Sous le Chemin 2018, Meyer-Fonné Gewurztraminer Dorfburg vieilles vignes 2016

Les lecteurs habitués de ce blog, savent que les mois d'été sont souvent les récits des repas que l'on partage avec des membres de notre famille, qui viennent nous rendre visite.

Après avoir reçu une soeur, c'est un frère qui nous fait le plaisir d'une rencontre. 

Bien que nous soyons toujours en compagnie d'amateurs de vins, c'est essentiellement les discussions sur l'année écoulée, sur le devenir des enfants qui nous intéressent. Aussi privilégie-t-on le temps passé à table, et il est peu question de repas très apprêté. Nous garantissons la qualité des mets.

En l'occurrence, notre menu est le suivant : à l'apéritif,  ronds de boudins blancs à la truffe et armagnac panés. En entrée, tartelette de légumes croquants au safran, le plat est une canette de Barbarie. Nous proposons un St Nectaire et en dessert une mousse de noix de coco au coulis de mangue.

 

118217337_353029522744531_4415203257366462812_n

 

 

 

 

Les vins ont été ouverts et goûtés deux heures avant le service en bouteille découverte.



Bourgogne Aligoté : Domaine Buisson-Charles : Sous le Chemin 2018

IMG_20200902_145339

 

La robe or très clair est brillante. Le nez est ouvert avec des arômes de fruits blancs ( poire) , de fleurs variées, et des notes d'agrumes et de légères infusions. La bouche est souple, délicatement charnue et veloutée, avec des rondeurs avenantes et des fruits expressifs. Le vin se tend et s'étire dans une finale, fraîche, élégante et aromatique. Noté 15, même note plaisir.



Meyer-Fonné : Gewurztraminer Dorfburg vieilles vignes 2016

IMG_20200902_145340_1

 

La robe offre une teinte or vif. L'olfaction intense évoque les épices orientales , les fruits jaunes, avec des notes de litchis et de rose. La bouche est charnue et veloutée assez sensuelle, dense, dans une construction longiforme, et très fruitée. La finale est longue, d'une bonne tenue, harmonieuse, très expressive ( dominante de fines épices) avec une fine amertume de peau de fruits. Noté 16,5, note plaisir 16

IMG_20200902_145400

01 septembre 2020

Alsace : Josmeyer : Riesling Hengst Samain 2008, Sauternes : Lafaurie-Peyraguey 2001

Une année révolue, une nouvelle qui devra apporter plus de sérénité...

Les circonstances très exceptionnelles que nous connaissons actuellement ont décidé pour nous d'un anniversaire empreint d'intimité et de quiétude. L'année a été marquée de moments douloureux et il s'agit maintenant de reprendre confiance en la vie, en ce qu'elle peut nous apporter de meilleurs. 

IMG_20200901_154735IMG_20200901_154505

 

 

 

Notre passion commune pour la gastronomie et le vin participe beaucoup à cette apaisement. 

Nous décidons de faire très simple, sans cuisine, mais de nous offrir le meilleur. Nous avons donc acheté des noix de Saint Jacques et des homards. Puis quelques fromages persillés pour convenir avec un Sauternes et un ananas

Ce n'est donc pas de la grande cuisine, mais c'est certainement le plaisir de produits remarquables.

Les noix de Saint Jacques juste poêlées, à l'unilatéral, au cumbawa et parmesan, et les homards sur les sarments.

L'ananas est tranché fin et proposé en carpaccio, avec poivre de Java et miel d'acacia.

IMG_20200829_202849_1

IMG_20200829_210704

 

IMG_20200829_213631_1

IMG_20200829_221841

 

 

 

 

Les vins ont été ouverts et dégustés deux bonnes heures avant le service, et servis en bouteille découverte. Les commentaires sont ceux de la deuxième dégustation.

Alsace : Josmeyer : Riesling Hengst Samain 2008

IMG_20200829_211028_1IMG_20200901_160159

La robe or vif est brillante. Le nez intense évoque les fins terpènes, les oranges (pulpe et peau), les épices orientales ( dont le cumbawa ), avec des notes de légère mirabelle en gelée, et de fines infusions. La bouche est riche, charnue, veloutée, puissante, ample, fruitée et finement épicées. La finale est longue, appuyée, tonique, fraîche, expressive, persistante, et saline en ultime sensation.Noté 18, même note plaisir

 

IMG_20200901_160143

IMG_20200901_160150_1

 

 



Sauternes : Lafaurie-Peyraguey 2001

La robe dorée est brillante. Le bouquet est séduisant et intense, avec des arômes d'abricots et de mangues rôtis, de champignons nobles, d'épices douces ( safran dominant), de raisins de Corinthe, de figues, et fleurs d'oranger. La bouche est pure et très expressive, avec une liqueur onctueuse, intense, volumineuse et concentrée rehaussée de très éloquents fruits rôtis. La finale est longue, très aromatique, persistante et complexe; la fine acidité du millésime participe à la grande harmonie du vin . Noté 18,5, note plaisir 18

IMG_20200901_160205