Newsletter
Pour connaître d'actualité du blog par mail, abonnez-vous!
Journal d'un passionné de la rive droite

Journal d'un passionné de la rive droite

Dégustations de vins, visites de domaines, et accords mets/vins


Bordeaux
Bordeaux Rive Droite
Bordeaux Rive Gauche
Les vins d'Alsace
Les vins de Loire
Les Vins du Sud-Ouest
Primeurs 2004
Primeurs 2005
Primeurs 2006
Rhône Nord
Rhône Sud
Vins de Bourgogne
Vins du Languedoc-Roussillon

27 mai 2016

Les vins du dîner suivant la dégustation à l'aveugle du thème Castillon-Côtes de Bordeaux 2012

Nos séances de dégustation à l'aveugle sont toujours suivies d'un dîner sans chichi où chaque participant apporte un plat de son choix (élaboré ou acheté), et certains autres amis qui ne participent pas à la dégustation à l'aveugle nous rejoignent pour terminer cette journée. Des vins apportés par les adhérents, et réservés pour ce repas sont servis à l'aveugle au groupe. Il en est ainsi pour les vins que je commente aujourd'hui. C'est une très belle série qui nous a été proposée, avec des vins prêts à boire, et d'autres en devenir, et il faudra attendre encore quelques années. Evidemment l'exercice donne lieu à de joyeuses parties de franche rigolade qui s'éloignent parfois du sujet (le vin dégusté), mais qui font le sel de nos rencontres et qui réjouissent les fidèles participants.

 

WP_20160523_17_51_32_Pro

 

 

WP_20160523_17_51_46_Pro

 

Savennières : domaine des Baumard : Clos du Papillon 2006

La robe de couleur or vif est brillante. Le bouquet est expressif avec des arômes de truffe blanche, de coing, de poire, de fines épices douces et de caillou frotté. L'attaque est nette, bien en chair, le vin se développe avec un élégant velouté de texture, plus dense dans un milieu de bouche fruité, mis en valeur par une fraîcheur de bon aloi qui étire et allonge une finale harmonieuse et complexe. Note plaisir 17

Bordeaux supérieur : Domaine du Bouscat : La Gargone 2011

La robe est profonde, avec un liseré de teinte violine. Le nez net et bien ouvert évoque les fruits noirs, la boite à épices, avec un élevage de qualité au second plan. La bouche est veloutée, bien en chair dans un centre consistant et fruité. La finale d'une bonne allonge, tenue par des tannins un peu plus impressifs, est fraîche et persistante. Note plaisir 15,5

WP_20160523_17_51_37_Pro

Cornas : Domaine Alain Voge 2000

La robe est profonde avec un liseré de teinte rubis, légèrement évolué. Le bouquet s'ouvre à l'aération sur des parfums de cassis, de framboises, de fumées, de poivre, et d'encens. La bouche est séduisante, les tannins sont fondus et sont tramés dans un corps plein et dense, bien chair et rehaussé de fruits épicés. La finale est longue, épanouie, harmonieuse et complexe. Note plaisir 17

Bordeaux Supérieur : Domaine du Bouscat : La Gargone 2006

La robe est profonde, de couleur violine, sans signe d'évolution. L'olfaction est avenante et expressive avec des arômes de truffe noire, de cerises, de prunes, de cassis, d'épices douces, et d'élevage en arrière plan pas encore entièrement fondu. La bouche est riche dans le contexte du millésime, ample, très veloutée, charnue agrémentée de fruits épicés. La finale est allongée, d'une bon maintien tannins légèrement crayeux) persistante, avec une pointe saline. Note plaisir 16

Vouvray : Benoit Gautier : Cuvée Saint Martin : moelleux 2011

La robe de teinte or fin est brillante. Le nez d'une bonne intensité évoque le tilleul, la verveine, la poire, avec des notes de coing et de fines épices orientales. La bouche est onctueuse, dans une construction dense et longiforme dotée d'une chair délicate, très fruitée et florale. La finale est longue, pure, élégante, bien équilibrée et harmonieuse, déjà complexe dans son expression aromatique, et très saline en ultime sensation. Note plaisir 16,5






26 mai 2016

Dégustation à l'aveugle de vins de Castillon-Côtes de Bordeaux : millésime 2012 (fin)

Cette troisième série qui termine cette dégustation à l'aveugle ne nous a pas apporté davantage de satisfaction concernant les vins du millésime 2012. Le premier vin des commentaires de ce jour est défectueux, le deuxième vin présente une finale déséquilibrée comme de nombreux vins goûtés précédemment. Château d'Aiguilhe 2001 qui ponctue cette séquence a été acheté directement à la propriété et conservé dans une cave naturelle (creusée dans le calcaire à astéries) dans des conditions idéales. Ce vin (en bouteille) très mûr est sur la pente descendante, il reste agréable, mais n'a plus toutes les qualités qui étaient les siennes, il y 4 à 5 ans.

P1050745

P1050746

P1050748

P1050749

WP_20160523_17_51_32_Pro

Voici le classement des trois premiers :

  1. Castillon-Côtes de Bordeaux : Domaine de l'A 2012 : 15,93

  2. Castillon-Cotes de Bordeaux : d'Aiguilhe 2001 : 15,25

  3. Bordeaux Supérieur : Domaine du Bouscat : La Gargone 2012 : 13,93

Les robes sont assez profondes de couleur sanguine à violine

Castillon-Côtes de Bordeaux : Franc La Fleur : cuvée Mouna 2012

Le vin manque de netteté, et la finale est déséquilibrée, 6 dégustateurs n'ont pas noté le vin, 3 l'ont évalué avec une moyenne de 12/20

 

 

WP_20160523_17_51_42_Pro

 

 

Castillon-Côtes de Bordeaux : Clos Puy Arnaud 2012

Le nez ouvert évoque les fruits noirs mûrs, les épices avec des notes de chocolat et de café. La bouche est souple, veloutée, d'une bonne tenue dans un centre assez charnu et fruité.  La finale est assez tannique, manquant d'équilibre (acidité vive, amertume, et légère sécheresse) et avec une très légère sensation sucrée en ultime perception. Noté 12, moyenne du groupe 11,92. La deuxième dégustation à l'aveugle n'a pas montré d'amélioration.

Castillon-Côtes de Bordeaux : d' Aiguilhe 2001

WP_20160523_17_51_50_Pro

La robe de couleur grenat est légèrement brune à orangée au bord du disque. Le bouquet est expressif avec des arômes de cerises bien mûres et légèrement évoluées, de boites à épices, de truffe noire, de léger tabac, et des notes florales (roses). La bouche est très veloutée à soyeuse, bien charpentée par des tannins enrobés par une chair de bon aloi, rehaussée d'épices orientales et des fruits bien mûrs. La finale d'une bonne allonge dominée par des arômes tertiaires (fruits au sirop en retrait) est équilibrée par une fraîcheur bienvenue et ponctuée par une petite pointe de sécheresse. Noté 15,5, moyenne du groupe 15,25



25 mai 2016

Dégustation à l'aveugle de vins de l'appellation Castillon-Côtes de Bordeaux : millésime 2012 : deuxième partie

La deuxième série n' offre pas davantage de plaisir, excepté le vin n°6 ( complet, aromatique, long et harmonieux qui a dominé la dégustation). Les deux autres vins, commentés aujourd'hui ont des premières parties de bouche convenables et même satisfaisantes, mais les finales sont tanniques, déséquilibrées, acides, amères et même asséchantes. Bien évidemment ces vins ne sont pas construits et élevés, pour être bus dès maintenant, il apparaît néanmoins que certains élevages paraissent un peu ambitieux par rapport à ce que pouvait offrir le millésime qui peut être qualifié comme essentiellement favorable au Merlot. Nous avons pu déguster sur d'autres appellations, dans ce millésime, des vins assez abordables, à attendre certes, mais sans ces finales déséquilibrées et tanniques. Les conditions atmosphériques (journée chaude et très orageuse) n'étaient pas idéales pour une dégustation à partir de 16h 30, néanmoins le meilleur vin que nous avons goûté n'en a pas souffert. Ceci étant dit, il serait judicieux de refaire cette même dégustation dans trois ou quatre ans pour vérifier si les finales ont réussi à trouver leur équilibre et leur harmonie.

 

 

P1050744

 



Bordeaux Supérieur : Domaine du Bouscat : la Gargone 2012 (pirate)

P1050742

Le nez est expressif, avec au repos un élevage de qualité, qui fait place à l'aération à des arômes de fruits noirs (cassis dominant) de boite à épices, et des notes de cerises. La bouche est veloutée bien en chair, bien centrée, ample et fruitée. La finale fraîche, n'est pas en place, tannique et amère. Note plaisir 13, moyenne du groupe 13,93

P1050743

Castillon-Côtes de Bordeaux : Fontbaude 2012

L'olfaction est bien ouverte avec des arômes de fruits noirs mûrs, d'épices douces ; et des notes florales. La première partie de bouche offre des tannins enrobés par une chair délicate, et un corps assez plein et fruité. La finale est dissociée, tannique, acide et amère. Note plaisir 11, moyenne du groupe 11,56

P1050746

Castillon-Côtes de Bordeaux : Domaine de l'A 2012

Le nez élégant et expressif évoque les cerises noires, le jus de cassis, les épices douces, avec des notes florales (roses) et de thé noir. La bouche est très veloutée, les tannins mûrs et fins enrobés par une chair bien formée se trament dans un centre, ample et assez sphérique, rehaussé de fruits gourmands. La finale est longue, bien tenue par des tannins légèrement crayeux, harmonieuse et persistante. Note plaisir 16,5, moyenne du groupe 15,93



24 mai 2016

Dégustation à l'aveugle de vins de l'appellation Castillon-Côtes de Bordeaux : millésime 2012 : première partie

Samedi 21 mai, la séance de notre club de dégustation était consacrée à la dégustation à l'aveugle de l'appellation Castillon-Côtes de Bordeaux du millésime 2012. Deux vins pirates ont été proposés dans cette série : un millésime différent et une autre appellation. Les bouteilles ont été confiées à Isabelle, qui n'évalue pas les vins. Elle a choisi l'ordre de dégustation et a mis les vins en carafe deux heures avant la dégustation. Nous avons dégusté les vins une première fois, puis une seconde fois une demi-heure après la première dégustation. De nombreux vins ne se sont pas bien goûtés la première fois et se sont légèrement améliorés lors du deuxième passage, sans se trouver nettement transformés. Les vins redégustés le lendemain (bouteilles découvertes) n'ont pas montré d'améliorations notables. Une dégustation à l'aveugle n'est qu'une image à un instant t et ne prétend pas porter un jugement définitif sur la qualité d'un vin. Certains vins ont besoin de fondre leur élevage pour équilibrer des finales qui ne l'étaient pas samedi soir.

P1050738

P1050739

P1050740

 

 



Les robes sont assez profondes de couleur sanguine à violine

La Brande 2012

L'olfaction est ouverte, avec des arômes de cerises, de fines épices, des notes florales et d'élevage présent mais en arrière plan. La bouche est souple, veloutée plus haute dans un centre fruité. La finale n'est pas en place dissociée avec une sensation d'acidité vive et de très nette amertume. Note plaisir 12, moyenne du groupe 12,21

P1050741

Lapeyronie 2012

Le nez mûr et expressif , évoque les fruits noirs (dont le cassis), les épices douces, et d' élevage au second plan. La bouche est délicatement charnue et veloutée, un peu plus dense dans un milieu rehaussé de fruits d'une bonne expression. La finale est plus tannique, fruitée, fraîche, avec des notes d'amertume. Note plaisir 14, moyenne du groupe 12,62

P1050742

Beynat 2012

L 'olfaction est assez expressive, avec des arômes de fruits rouges (cerises) et noirs (cassis), de légère épices et des notes florales et d'élevage en retrait. La bouche est élégante, les tanins enrobés par une chair délicate, se trament dans un corps assez plein et fruité. La finale est un peu plus tannique, d'une allonge convenable, fruitée, et épicée avec des notes d'amertume qui limitent le plaisir. Note plaisir 14, moyenne du groupe 12,35



23 mai 2016

Côtes de Bourg : Haut Guiraud : Péché du Roy 2012 et Fougas Maldoror 2012

La venue de notre ami nordiste Bernard a été l'occasion de nous rendre rapidement dans le Bourgeais, samedi matin 7 mai. L'appellation organisait ses Portes ouvertes, nous sommes allés visiter le Château Fougas, et j'en ai profité pour acquérir quelques bouteilles de la cuvée Maldoror du millésime 2012.

Nous avons ouvert dans le semaine qui a suivi deux vins de cette appellation : Haut Guiraud Péché de Roy 2012 et Fougas Maldoror 2012. Les vins ont dégustés en bouteille ( épaulés un heure avant la première dégustation), puis regoûtés le lendemain et le surlendemain , après une conservation dans une cave (température 13°C) .

Les vins se sont abordés convenablement le premier jour, mais ont présenté leur meilleur profil le lendemain (élevage mieux intégré, plus étoffé en milieu de bouche, et finale plus en place, voir le commentaire). Ce sont bien sûr des vins à attendre (3 à 4 ans), pour davantage de plaisir.

 

 

 

 

P1050755

Côtes de Bourg : Château Haut Guiraud : Péché du Roy 2012

P1050754

La robe est assez profonde de teinte sanguine. Le nez bien ouvert évoque les fruits mûrs et frais ( cerises dominantes et léger cassis), les épices douces, avec des notes de violettes. La bouche est veloutée, finement texturée dans un centre corsé, délicatement charnu et fruité. La finale est élancée, tenue par des tannins un peu plus fermes, fraîche, fruitée , florale, et finement épicée. Noté 15, note plaisir 14



Côtes de Bourg : Fougas Maldoror 2012

P1050753

La robe est assez profonde avec un liseré de couleur sanguine à violine. L'olfaction est expressive avec des arômes de cerises, de baies de sureau, d'épices variées, d'élevage qualitatif qui ne masque pas les fruits et des notes florales. La bouche est tonique, d'un élégant velouté de texture plus dense et plus étoffée, dans un milieu de bouche dotée d'un chair de bon aloi, agrémenté de fruits frais et juteux. La finale est étirée, fraîche, soutenue par des tannins un peu plus impressifs, d'une bonne persistance, avec de légère notes d'amertume dues à un élevage qui devra se fondre. Note potentielle 15/15,5, note plaisir 14

P1050752


20 mai 2016

Dégustations libournaises en rouges et blancs

Nous avons été conviés par André à une dégustation technique qui a consisté à évaluer l'effet sur un vin de faible qualité (échantillon témoin : aromatique peu développée, maigre, et manquant de maturité) de différentes levures exogènes (de laboratoire) sur la fermentation alcoolique, d'ajout de bactéries (fermentation malo-lactique) et de tannins (structure). Je ne commenterai pas dans ce blog les résultats de cette dégustation à l'aveugle, qui n'a pas d'intérêt pour les lecteurs habituels. Je soulignerai simplement que cette dégustation fut cependant intéressante et didactique, et que l'on a souvent pu constater de légères améliorations par rapport à la qualité de l'échantillon témoin. Ceci dit, aucun échantillon n'a présenté des qualités qui auraient pu nous permettre de trouver un quelconque plaisir à ces vins. Ce qui bien sûr n' a rien de surprenant.

La deuxième partie de la soirée a été consacrée à la dégustation à l'aveugle de vins d'une toute autre dimension (commentaires ci-dessous), autour de mets concoctés par les différents participants, avec notamment un poulet au gingembre élaboré par notre hôte qui s'est particulièrement bien marié avec les deux Rieslings, et le Jurançon du domaine Cauhapé.



Fougas Maldoror 2012

Le vin ( mon apport) a été transvasé dans une bouteille neutre, et n'a pas été suffisamment aéré, et l'élevage est sensible, il fera l'objet d'un commentaire à partir d'une autre bouteille dégusté sur deux jours chez moi.



Les vins sont dégustés à l'aveugle, et ont été mis en carafe

Bordeaux Supérieur : Domaine du Bouscat : La Gargone 2013

WP_20160514_23_29_50_Pro

La robe est assez profonde, de couleur burlat. Le nez est bien ouvert avec des arômes de cerises, de cassis , de fines épices, et en arrière plan un élevage qualitatif. La bouche est veloutée, les tannins sont enrobés par une chair bien formée, tramés dans un corps plein et d'une bonne densité dans le contexte du millésime et très fruité. La finale, d'une bonne allonge est fraîche , bien tenue par des tannins un peu plus impressifs, restant enrobés, et persistante ( fruits, fines épices et notes florales) . Note plaisir 16



Médoc : Château Meylan : Cuvée Nauera 2012

WP_20160514_23_29_39_Pro

La robe est assez profonde, de teinte sanguine. L'olfaction ouverte évoque les fruits rouges, le cassis, avec une touche d'épices et des notes florales. La bouche est souple en attaque, un peu plus ferme dans un centre construit, et fruité. La finale est fraîche, bien tenue par des tannins qui manquent un peu d'enrobage, fruitée, légèrement épicées, avec un petite pointe végétale qui n'est pas rédhibitoire. Note plaisir 13,5

 

 

 

 

 



Alsace : Domaine des Marronniers : Riesling : Kastelberg 2009

WP_20160514_23_30_08_Pro

La robe offre une teinte or soutenue. Le bouquet est expressif, avec des arômes de naphte, de mirabelles chaudes, d'oranges, et de nombreuses épices douces . La bouche est grasse, très charnue, ample, fuitée et épicée. Une fine fraîcheur de bon aloi perceptible dès le milieu de bouche, maintient un équilibre satisfaisant, mais sur le fil, dans un finale d'une bonne allonge très épicée et persistante.Note plaisir 15,5

Alsace : Domaine Barmès-Buecher : Riesling : Steingrubler 2009

WP_20160514_23_30_29_Pro

La robe est dorée. Le nez gagne en intensité à l'aération avec des arômes de fruits exotiques (oranges dominantes : pulpe et zest), d'épices orientales, une touche florale et des notes fumées. La bouche est élégante, droite d'une bonne densité, longiforme, fruitée. La finale est allongée, fraîche, tonique, persistante, un peu moins délicate dans le toucher de bouche, et saline. Note plaisir 16 . Un style qui n'évoque pas le millésime 2009.

Jurançon : Domaine Cauhapé : Ballet d'Octobre 1999

 

 

WP_20160514_23_34_17_Pro

La robe est légèrement ambrée. Le bouquet expressif évoque les fruits exotiques ( ananas et agrumes), les épices douces , avec des notes de miel fin et une pointe d'abricot. La bouche est nette, les sensations sont ascendantes , le centre est concentré avec élégance, rehaussé de fruits séduisants. La finale est longue portée par une fraîcheur, harmonieusement intégrée à la matière, et persistante. Note plaisir 16. Seul un petit manque de complexité limite le plaisir.





19 mai 2016

Visite au domaine Berthet-Bondet à Château Chalon

Jean Berthet-Bondet et son épouse Chantal ne sont pas issus d'une lignée de vignerons, bien que quelques uns de leurs ancêtres aient exercé de métier. Ils se sont connus lors de leurs études agronomiques à Montpellier. Jean après une période d'apprentissage s'installe à Château Chalon en 1985. Chantal continue d'enseigner en lycée agricole, puis comme ingénieur agronome à la Direction Régionale de l'Agriculture. La maison avec sa cave voûtée a été achetée en 1984, et la première vendange se fait avec le millésime 1985. Le domaine exploite dix hectares (5 en appellation Château Chalon, 5 en appellation Côtes du Jura dont 4 hectares en blanc, et un en rouge). La moitié des vignes est âgée de plus de trente ans, l'autre moitié a été plantée entre 1995 et 1990.

WP_20160418_14_23_51_Pro

Les vins blancs ouillés sont élaborés dans un esprit de finesse et d'élégance pour être bus dans les cinq ans suivant le millésime. Les vins du millésime 2014 que nous avons goûtés montraient une palette aromatique assez discrète, dans une construction longiligne et ne possèdent pas l'étoffe de ceux d'autres vignerons de la région, ils sont conformes au souhait du vigneron concernant leur durée de garde.

Les vins non ouillés et notamment les 100% Savagnin ont bien les qualités que l'amateur recherche : intensité aromatique, corps, et longueur. A noter un très beau Château Chalon 2009 (vin jaune) en devenir qui devrait rejoindre les plus belles réussites de cette propriété dans cette appellation.




Crémant Brut Extra Dry

La robe offre une teinte jaune pâle à or léger, avec des bulles fines. Le nez évoque les fruits blancs (pommes et légères poire avec des notes florales). La bouche est élancée, tendue, fruitée , élégante, très tonique dans une finale dominée par les fruits blancs, saline avec une pointe d'amertume. Noté 15

WP_20160418_14_30_14_Pro

Côtes du Jura : La Queue au Renard 2015

20% Poulsard, 20% Trousseau, 30% Pinot noir, élevage cuve

La robe est légère de couleur pourpre, L'aération libère des arômes de framboises, de cerises, de fraises sauvages, avec des notes légèrement épicées et fumées. La bouche est souple, tendre, fruitée, avec des tannins évanescents, la finale dans la continuité, d'une bonne fraîcheur, est soulignée par des arômes de fruits rouges légèrement épicés. Noté 14. Pour amateur de vins rouges peu tanniques

Côtes du Jura : Savagnier 2014

100% Savagnin ouillé, élevé un an en cuve inox

La robe est de couleur jaune pâle. Des arômes floraux, de fruits blancs, et de légère muscade se dévoilent à l'agitation. La bouche assez charnue à l'attaque, se tend dès le milieu de bouche, et s'allonge dans une finale très fraîche à l'aromatique un peu discrète ( fruits et épices) avec quelques notes fermentaires. Noté 14

Côtes du Jura : Balanoz 2014

100% Chardonnay ouillé, élevage 12 mois : 5% bois neuf, 95% barriques 1 à 6 vins

La robe offre une couleur jaune pâle. Le nez assez discret évoque les fruits blancs ; les fleurs séchées, avec des notes d'amande et de caillou frotté. La bouche est droite, longiligne, plus en finesse qu'en consistance, assez fruitée. La finale est tendue, fraîche, saline, d'une convenable persistance aromatique. Noté 14,5

 

 

 

 

WP_20160418_15_12_22_Pro



Les vins non ouillés

Cotes du Jura : Tradition 2012

WP_20160418_15_12_09_ProWP_20160418_15_12_14_Pro

Assemblage : 70% Chardonnay, 30% Savagnin avant la mise en bouteille  : élevage en fûts 2 ans sous voile

La robe a une couleur or assez soutenu. L'olfaction est bien ouverte avec des arômes de mirabelles chaudes, de pomme fraîche de noix, de muscade, et de légère camomille. La bouche est souple, un peu plus charnue dans un centre un peu plus dense, fruité et épicé. Le vin s'étire dans une finale fraîche et persistante (écorces d'oranges, épices douces et fruits secs). Noté 15

Cotes du Jura : Criadera : Cuvée du Trentenaire 1985-2015

WP_20160418_15_12_03_Pro

assemblage de 27 millésimes entre 1985 et 2012 de la cuvée Tradition, selon un principe de Solera.

La robe présente un teinte or soutenu. Le bouquet est élégant et expressif avec des arômes de pomme, d'orange, de fruits secs, et de léger curry. La bouche est veloutée, dense, et pleine dans un centre aromatique. La finale d'une bonne allonge est harmonieuse et très persistante . Noté 15,5

Côte du Jura : Savagnin 2011

WP_20160418_15_12_00_Pro

100% Savagnin élevé en fûts 3 ans sous voile

La robe est soutenue de couleur or vif. Le nez expressif évoque le pain d'épices, le coing, la noix sèche, les épices douces (léger curry dominant) avec des notes florales. La bouche est veloutée dotée d'une chair élégante, bien étoffée dans un centre rehaussé de fruits jaunes ( mirabelles ) et très épicée. La finale est longue avec un toucher de bouche un peu tannique, fraîche et persistante. Note potentielle : 16

 

 

 

 

 



Château Chalon 2008

WP_20160418_15_11_56_Pro

La robe or clair est brillante. L'olfaction est ouverte et s'intensifie à l'aération avec des arômes de noix et de noisettes sèches, d'oranges ( peau et pulpe) de pommes légèrement rôties, et d'épices orientales. La bouche est veloutée en attaque, dotée d'une chair délicate dans un centre plus dense et plus compact, fruitée et épicée. La finale est longue, bien équilibrée, fraîche, légèrement plus ferme dans le toucher de bouche, et persistante. Note potentielle 16,5

Château Chalon 2009

WP_20160418_15_11_48_Pro

La robe est dorée. Le nez un peu fermé (mise récente) dévoile à l' agitation des arômes de fruits jaunes ( mirabelles) d'oranges bien mûres, de fruits secs, et d'épices orientales (curry dominant) et des notes fumées. La bouche est grasse, moelleuse, puissante, et ample dans un centre dominé par les épices et des fruits plus discrets. La finale est longue, veloutée, très soutenue, bien équilibrée ne livrant pas encore sa plénitude aromatique. Grand potentiel. Noté 17,5, voire un peu plus.

Macvin du Jura

La robe offre une teinte or soutenu. L'olfaction évoque l'eau de vie de mirabelle, les raisins macérés, la pelure d'oranges, et les épices variées. La bouche est crémeuse, tonique, très parfumée. La finale est longue , pure, expressive, et bien équilibrée entre les sucres et l'alcool. Noté 16

 

 

 

WP_20160418_15_12_39_Pro



18 mai 2016

La Maison Jeunet à Arbois

La deuxième partie du repas concerne les accords avec les plats suivants : suprême et cuisse de Pintade à la coriandre, le filet de Saint Pierre au gingembre, le coeur de carré de veau et carottes fanes et l'émulsion de cancoillotte.

Le vin qui nous a été proposé est un jaune de l'Etoile, le Domaine de Montbourgeau.

Avec les desserts, nous avons pris un vin de paille du même domaine, de millésime 2012.

Les vins nous ont enthousiasmés et nous avons pris la décision d'aller visiter cette propriété.

Nous avons été très bien accueillis et cette visite sera racontée dans les prochains jours.

La cuisine de Steven Naessens est assez audacieuse, originale et les associations surprenantes. Essentiellement ce sont les jus de cuisson et les herbes qui inaugurent de nouvelles saveurs, inédites dans les cuisines traditionnelles.

Les vins sont remarquables et d'une réelle complexité aromatique. Conjugués aux multiples arômes des plats nous étions parfois dans des patchworks de goûts, en communion ou en superposition ( comme par exemple avec la pintade), détonnants, déroutants, mais vraiment agréables et satisfaisants.

Les légendes des photos se dévoilent avec survol de la souris sur l'image.

 

 

Suprême et Cuisse de Pintade à la CoriandreP1050406P1050407P1050408

 

Emulsion de Cancoillotte et vin jaune

 

 

 

 

Filet de Saint Pierre au gingembre

P1050410

P1050411

P1050412

P1050413

 

Croquant de chocolat Manjari et CaramelP1050427

 

 

 

 

P1050423P1050424P1050425P1050422

P1050426P1050429P1050428

 

Jura : l'Etoile : Domaine de Monbourgeau : Vin Jaune 1996

P1050430

La robe de couleur or soutenu, avec des reflets de teinte orangée est brillante. Le bouquet intense et complexe évoque l'orange mûre, les épices orientales (curry et une pointe de safran) les raisins de Corinthe, la noix sèche, avec des notes de mirabelles, et légèrement fumées. La bouche est grasse, riche, ample, d'une élégante concentration, le vieillissement sous verre apporte un séduisant velouté de texture, et une intensité aromatique réjouissante. La finale est longue, très soutenue, fraîche, harmonieuse, dotée d'une palette aromatique très expressive et complexe, et ponctuée d'une fine note saline. Note plaisir 17.5

Jura : l'Etoile : Domaine de Monbourgeau : Vin de Paille 2012

P1050436

La robe offre une couleur vieil or, et de légers reflets de teinte carmin. Le nez est expressif, avec des arômes d' oranges, de prunes, d'épices variées, de fruits secs, avec des notes de fruits rouges (cerises et fraises). La bouche est nette, d'une bonne densité, très veloutée à soyeuse, relevée d'intenses et séduisants fruits épicés. La finale est allongée, très persistante, dotée d'un très bon équilibre entre les sucres et l' acidité qui confère au vin une agréable harmonie. Note plaisir 16

P1050433

 

 Quelques mignardises pour accompagner les cafés....

 

 

 

P1050435

 

17 mai 2016

La Maison Jeunet à Arbois -

Jean-Paul Jeunet du restaurant éponyme à Arbois (Jura) a pris sa retraite après 35 années d’investissement au sein de l’établissement familial. Il a passé la main à son second depuis 8 ans, Steven Naessens. Il restera quelques temps à ses côtés, pour une transition en douceur. Prendre sa retraite n'est pas chose si aisée quand on est tant lié à son métier, à une passion qu'il a su transmettre à Steven, et justement, à son second en qui on place toute sa confiance.

 

La cuisine de Steven Naessens est une symphonie de couleurs et d'arômes, qui fait le choix de produits simples mais transcendés par une cuisine qui les met tant en valeur que l'écrevisse n'a plus rien à envier au homard.

Beaucoup de subtilités aromatiques avec les herbes fraîches, cueillies dans les jardins attenant au restaurant, de bons produits excellemment bien sélectionnés, et un décor magnifique. Nous avons passé une soirée absolument inoubliable!


menu arbois 001

Nous avons eu la chance d'avoir d'un sommelier qui connaissait très bien les producteurs de la région, et comme nous voulions effectivement ne faire notre repas qu'avec des vins du Jura, nous étions comblés. Les vins qu'il nous a conseillés se sont révélés intéressants. Les accords ont tous très bien fonctionné, à l'exception peut-être celui avec le veau. On dira pour cette alliance qu'elle était inattendue, osée, mais néanmoins agréable.

Rappelons son nom : Alain Guillou, qui a été élu Meilleur Sommelier de l'Année 2013 par le Gault et Millau!

Quelques photos Pour les légendes, il suffit de passer la souris sur l'image

Le salon où nous sommes accueillis pour le choix du menu. Choix des vins. Apéritif

La devise de Steven Naessens

Quelques mises en bouche

P1050387

Entrée, asperges et ail des ours

P1050390

P1050392

 

Pour le billet de ce jour sont commentés les vins qui ont été dégustés à l'apéritif, puis sur l'entrée, le foie gras et les écrevisses.

Nous avons changé de vin pour la pintade, le Saint Pierre et le veau.

P1050394

P1050395

P1050396

Ecrevisses et radis glaçons et estragon

P1050400

 

 

 

 

 

 

Premier vin choisi : Domaine de La Tournelle : Fleur de Savagnin (ouillé) 2012

P1050414

P1050432

Jura : Domaine de La Tournelle : Fleur de Savagnin (ouillé) 2012

La robe offre une teinte or vif. Le nez assez réduit s'ouvre à l'aération sur des arômes de citron, d'orange, d' épices douces, d'amandes, de noisettes fraîches avec des notes fumées. La bouche est très veloutée, bien en chair, très fruitée, centrée avec énergie et élégance. La finale est longue, bien tenue par une acidité mûre, tonique, persistante et saline. Note plaisir 16

P1050431

Jura : Domaine Pignier : Savagnin 2011 : non ouillé

La robe or clair est brillante. L'olfaction bien ouverte évoque l'orange mûre, d'épices orientales (dont un léger curry) la noix et les noisettes sèches, avec des notes florales et de pommes. La bouche d'un séduisant veloutée de texture est pure, délicatement charnue, dense dans un centre rehaussé de fruits séduisants et épicés. La finale est allongée, étirée par une impeccable fraîcheur qui met en exergue la persistante et complexe palette aromatique, ponctuée de nettes notes saline. Note plaisir 16,5

Posté par Daniel S à 00:01 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

16 mai 2016

Aubert de Villaine : Les Clous 2010 et La Pialade 2009 au Château Fleur de Roques

La venue, pendant le week-end de l'Ascension, d'un ami du Nord qui préside un important club de dégustation à Lille nous a donné l'occasion d'aller déjeuner au Château Fleur de Roques à Puisseguin. Nous avions choisi un menu comportant trois plats, car le soir était prévu un dîner « accord mets/vins ».

Joseph, qui dirige cet établissement sélectionne avec attention ses producteurs pour proposer à sa clientèle des produit frais et goûteux.

Lire ICI 

Nous débutons le repas par une aumônière de grenier médocain que nous avions déjà dégustée et qui a été fort appréciée par notre ami. Avec ce plat, Joseph nous sert à l'aveugle un excellent vin blanc qui s'accorde bien avec ce mets

Le deuxième plat est un confit de canard et c'est la Pialade qui est choisi : ce vin est proposé à la carte.

Les desserts sont classiques mais savoureux. Une valeur sûre. 

Bourgogne : Côte Chalonnaise : Aubert de Villaine : Les Clous 2010

WP_20160508_13_24_08_Pro

WP_20160508_13_24_16_Pro

mis en carafe avant le service

La robe or vif est brillante. Le nez est expressif et séduisant, avec des arômes de pêches , d'agrumes ( oranges dominantes), de fleurs blanches, avec des notes de verveine et de fines épices douces. La bouche est très veloutée, précise, dense ample, délicatement charnue, très fruitée, avec une sensation d'une matière pure et flamboyante . La finale est longue, harmonieuse, dynamique, persistante ( agrumes dominants) et très saline. Note plaisir 17

La cuisse de canard confite d'un délicieux moelleux de texture est servie avec La Pialade 2009 que j'ai mieux goûtée que la fois précédente avec des tannins plus fondus dans la finale. Nous terminons de repas avec une mousse au chocolat noir dont La Pialade s’accommode plutôt bien.



Côtes du Rhône : La Pialade 2009

mis en carafe 45 minutes avant le service

La robe est très soutenue de couleur sanguine. L'olfaction évoque, verre au repos, la boite à épices (dont un léger poivre) puis à l'agitation les baies de cassis et de sureau, les cerises kirschées et le laurier. La bouche est très veloutée, bien en chair, concentrée, ample rehaussé de fruits expressifs et épicés. La finale est longue, d'un élégant veloutée de texture, harmonieuse (température de service ajustée) et complexe ( fruits noirs et rouges, épices variées, anis, cacao, et notes d'oranges sanguines). Noté 17, note plaisir 16,5. Bon fondu des tannins en finale par rapport à la précédente dégustation.