Newsletter
Pour connaître d'actualité du blog par mail, abonnez-vous!
Journal d'un passionné de la rive droite

Journal d'un passionné de la rive droite

Dégustations de vins, visites de domaines, et accords mets/vins


Bordeaux
Bordeaux Rive Droite
Bordeaux Rive Gauche
Les vins d'Alsace
Les vins de Loire
Les Vins du Sud-Ouest
Primeurs 2004
Primeurs 2005
Primeurs 2006
Rhône Nord
Rhône Sud
Vins de Bourgogne
Vins du Languedoc-Roussillon

28 juin 2017

Bourgogne : Buisson-Charles : Chardonnay Hautes Coutures 2014, et Pinot Noir Hautes Coutures 2015

Lors de ce dernier mois nous avons ouvert deux vins du domaine Buisson-Charles pour accompagner respectivement des plats de poisson ou des viandes blanches. Les vins sont dégustés deux fois en 24 heures selon le protocole rappelé ci-dessous.

Le Bourgogne-Chardonnay Hautes Coutures 2014, contrairement aux précédentes dégustations ne s'est pleinement épanoui surtout à l'olfaction que le lendemain, avec toutes ses qualités aromatiques et structurelles déjà observées auparavant.

Le Bourgogne Pinot Noir Hautes Coutures 2015 s'est bien abordé dès la première dégustation, et nous a offert tout son potentiel ( élégant enrobage des tannins) dès le lendemain  comme prévu et conformément aux conseils de son géniteur qui recommandait d'attendre deux à trois ans après l'acquisition du vin pour ouvrir une bouteille pour une consommation immédiate.

Ces vins offrent davantage de plaisir qu'une note purement technique, je n'ai donc donné qu'une note "plaisir"



Conditions de dégustation

Les vins ont été goûtés , comme d'habitude, en deux fois : une première dégustation après avoir ouvert la bouteille une heure auparavant et une deuxième 24 heures plus tard, après conservation en cave fraîche (bouteille rebouchée).



WP_20170627_19_10_14_Pro

 

 

 

 



Domaine Buisson-Charles : Bourgogne-Chardonnay : Hautes Coutures 2014

WP_20170627_19_10_27_Pro (1)

La robe jaune pale à reflets or fin est brillante. Le nez bien ouvert et net, évoque les fruits blancs ( poire et pêche), avec des notes de verveine, de fleurs blanches, d'oranges, et de menthe fraîche. L'attaque est délicatement charnue et veloutée, le vin se développe dans un centre plus dense et fruitée. La finale étirée par une fraîcheur bien dosée est tonique, et dotée d'une palette aromatique pure et séduisante. Note plaisir 15,5

WP_20170627_19_10_31_Pro (1)

Domaine Buisson-Charles: Bourgogne-Pinot Noir : Hautes Coutures 2015

WP_20170627_19_10_22_Pro

La robe est assez soutenue de couleur pourpre à violine. L'olfaction est expressive et avenante avec des arômes de cerises, de fines épices, nuancés de notes de petites baies noires (mûres et léger cassis) de pivoine, avec une fine touche réglissée. La bouche est délicate est veloutée en attaque, le vin prend de la plénitude et de la densité dans un centre de construction allongée, rehaussé de fruits gourmands. La finale dans la continuité, tenue par des tannins à peine plus sensibles est fraîche, soulignée par des arômes purs ( dont de très beaux fruits) et expressifs. Note plaisir 15,5

WP_20170627_19_10_27_Pro




27 juin 2017

Alsace : Domaine Boxler : Riesling Sommerberg 2014 et Domaine de l'Agapé : Riesling Rosacker 2012

Je commente aujourd'hui deux Rieslings alsaciens. Les vins ont été bus dans des occasions différentes.

Le Riesling Sommerberg 2014 du Domaine Boxler a été choisi pour accompagner les deux plats suivants au restaurant : l'oreiller moelleux de mousserons et de morilles aux asperges de pays, et un demi-homard légèrement fumé à la cheminée. L' accord a bien fonctionné avec le premier plat, et parfaitement avec le homard.P1070218P1070217

Le vin s'est fort bien goûté, le vieillissement sous verre lui apportera davantage de complexité et de subtilité pour ceux qui en possèdent en cave.

Le Riesling Rosacker 2012 du Domaine de l'Agapé servi avec les différentes entrées lors du dîner qui a suivi la dégustation à l'aveugle des vins de la rive droite de Bordeaux (millésime 2014) est déjà très abordable. Quelques années de plus en cave estompera la très légère sensation de sucres résiduels dans la finale.

 

 

 

P1070233

Alsace : Domaine Boxler : Riesling Sommerberg 2014

La robe de couleur or vif est brillante. Le nez frais et expressif évoque le citron et l'orange mûrs, les épices orientales, le fleurs séchées, avec des notes légèrement fumées et finement naphtées. L'attaque est charnue, et veloutée, le vin prend de la densité, et une élégante concentration dans un centre relevé de fruits éloquents. La finale est longue, fraîche, dynamique, dotée d'une palette aromatique affirmée, et d'une séduisante salinité salivante. Noté 17,5, note plaisir 17



Alsace : Domaine de l'Agapé : Riesling Rosacker 2012

La robe offre une teinte or clair brillante. L'olfaction est bien ouverte avec des arômes d'oranges, d'épices douces, et des notes de fruits jaunes (mirabelles), de fleurs jaunes et de léger terpène. La bouche est riche, bien en chair, presque grasse, ample et pleine et rehaussée de fruits expressifs. La finale est allongée, soutenue, bien équilibrée par une fraîcheur de bon aloi, persistante et ponctuée de notes salines. Noté 16,5, note plaisir 16

 

P1070368



26 juin 2017

Des vins de l'appellation Pauillac: millésime 2014 au Week-End des Grands Crus (UGC)

Le niveau général des vins dégustés s'est révélé être très bon à excellent, et fait de cette appellation une des meilleures réussites du millésime en fonction de ce qui nous a été proposé à la dégustation. Les trois Premiers Crus ne sont jamais présentés ce qui ne nous permet pas de la positioner au premier rang.

La fin de cycle du millésime 2014, avec un mois de septembre chaud et sec et des nuits fraîches, et un début de mois d'octobre ensoleillé et peu arrosé a permis d'obtenir des Cabernets Sauvignons mûrs, largement majoritaires dans les assemblages des vins de cette appellation.

Trois vins se détachent de cette dégustation : Lynch-Bages, Pichon Baron, et Pichon Comtesse. De nombreux vins ont pris de l'étoffe lors de l'élevage, comme nous l'envisagions lors de la dégustation des "Primeurs", et présentent des profils intéressants.

Quelques vins (très peu) offrent de légères notes végétales qui ne seront pas rédhibitoires. La forte présence de Cabernets Sauvignons nécessitera un lent et long vieillissement sous verre pour la plupart des vins commentés.

P1070283

 

P1070289

P1070294

 



D'Armailhac 2014

Des arômes de petites baies noires, de fines épices, avec des notes florales et d'aiguilles de pin s'intensifient à l'aération. La bouche est pleine, ample et corsée avec élégance, charnue, et fruitée. La finale est longue, fraîche, persistante, avec un bon entrobage des tannins. Noté 16,5



Batailley 2014

Le nez évoque les fruits noirs, finement épicés, nuancés de notes d'aiguilles de résineux. La bouche est délicatement charnue, fruitée, bien tenue dans son centre par des tannins fermes mais enrobés. La finale est allongée, d'une bon maintien, un peu austère, fraîche et d'une expression aromatique. Noté 15,5/16

P1070288

Clerc-Milon 2014

L'olfaction est ouverte avec des arômes de cassis dominant, de boîte à épices, de cèdre, et d'élevage de qualité en arrière plan. La bouche est construite, dense, avec un corps compact, dotée d'une chair délicate, rehaussée de fruits expressifs. La finale est longue, autoritaire, finement charnue, d'une bonne expression aromatique (cassis pur). Noté 17



Croizet-Bages 2014

Des arômes fruités, floraux et légèrement épicés, avec une note légère de poivron rouge s'expriment à l'agitation. La bouche est souple et veloutée en attaque, la bouche est plus ferme dans un centre fruité. La finale de longueur normale est une peu plus tannique, et fruitée. Noté 14,5/15



Grand-Puy Ducasse 2014

L'olfaction bien ouverte évoque, les petites baies noires, les épices, avec de légères notes de poivrons rouges. La bouche est souple et veloutée dans sa première partie, plus pleine et plus charpentée dans son milieu, agrémentée de fruits d'une bonne intensité. La finale est allongée, d'une bon maintien (enrobage des tannins plus discrets), fraîche et aromatique. Noté 16


Haut-Bages-Libéral 2014

Des arômes de fruits noirs, d'épices, avec des notes légèrement cacaotées (élevage) soulignent une olfaction ouverte. L'attaque est souple, les sensations sont ascendantes avec un centre corsé, et fruité, délicatement charnu. La finale est longue, bien tenue par des tannins plus fermes finement enrobés, fraîche, et très aromatique. Noté 16,5



Lynch-Bages 2014

Très beau nez expressif, avec des arômes de cassis pur, de myrtilles, d'épices, de violettes et de cèdre. La bouche est sérieusement construite, les tannins fins et serrés sont enrobés par une chair bien formée et veloutée, le milieu de bouche est très corsé, dense, et ample, rehaussé d'éloquents fruits épicés. La finale est longue, virile (tannins sans angle), fraîche, et très persistante. Noté 17,5



Lynch-Moussas 2014

L'olfaction est bien ouverte avec des arômes de fruits noirs, de violettes, et de fines épices. La bouche est délicatement charnue et veloutée, plus dense et plus charpentée dans un centre fruité. La finale d'une bonne allonge, bien tenue par des tannins restant enrobés est fraîche et persistante. Noté 16/16,5



Pichon Baron 2014

Des arômes de cassis, d'épices, nuancés de notes florales, de cèdre, et de cerises s'intensifient à l'aération. La bouche est richement dotée, puissante, ample, charnue, veloutée, et très fruitée. La finale est longue, soutenue par des tannins serrés, enrobés par une chair délicate, elle est fraîche et très aromatique (fruits, épices, et notes florales). Noté 17,5



Pichon Longueville Comtesse de Lalande 2014

Le nez élégant et expressif évoque un cassis pur et mûr, des baies de sureau, de fines épices, accompagné de notes florales (violettes) et de cerises. La bouche dans une construction allongée est finement texturée, délicatement charnue, veloutée, dense, corsée avec élégance, et très fruitée. La finale est longue, d'un bon maintien (tannins fins et serrés délicatement enrobés), fraîche, pure dans son expression aromatique et persistante. Noté 17/17,5

P1070295

23 juin 2017

Espagne : Priorat : Clos Mogador 2014, et Montsant : Espectacle 2014

Nous poursuivons les commentaires de dégustation des vins proposés lors de la manifestation Anthocyanes organisée par Philippe Cohen à Saint Emilion début avril 2017. Le billet du jour est consacré à deux vins de René Barbier.

René Barbier s'est installé en 1978 dans le village de Gratallops dans l'appellation Priorat qui ne comptait à l'époque que 350 hectares de vignes, de cet ancien vignoble cultivé par les Chartreux. A force de ténacité et de patience, il a rénové la maison d'habitation, son chai et ses vignes et propulsé ses vins dans l'élite mondiale. De jeunes et passionnés vignerons, grâce à sa réussite et à sa démonstration que l'on pouvait élaborer de grands vins dans cette région, se sont installés dans le Priorat dont la superficie de vignes exploitées s'étend aujourd'hui sur 1887 hectares.

P1070057

Clos Mogador 2014 (Priorat) est issu d'un assemblage de Grenache (40%), Carignan (20%), Cabernet Sauvignon (20%), et Syrah (20%) . Les vignes sont plantées sur des sols et sous-sols appelés Llicorella ( composés d'ardoises et de schistes). L'élevage, d'une durée de 20 mois est réalisé en fûts de chêne français ( Allier et Nivernais) avec 70% de bois neuf et 30% de barriques de deux vins.

Espectacle 2014 en appellation Montsant est une cuvée 100% Grenache, issue de vignes centenaires plantées sur une parcelle de deux hectares. Les baies sont vinifiées en barriques neuves (vinification intégrale); après une macération de 4 à 5 semaines, les vins sont élevés dans les mêmes barriques qui ont servi à la vinification sur une durée de 14 à 16 mois selon le millésime.



Les robes sont profondes de couleur sanguine à violine au bord du verre

P1050232

Image de la dégustation de Clos Modagor 2013 lors de la dégustation Anthocyanes d'avril 2015

 

 

P1070059

Espagne : Priorat : Clos Mogador 2014

Des arômes de cassis, de baies de sureau, de cerises légèrement kirschées, d'épices variées, et d'herbes aromatiques (thym et laurier) se développent à l'aération. La bouche est riche, dense, corsée, charnue, veloutée, rehaussée d'expressifs fruits épicés. La finale est longue, d'une bon maintien ( tannins mûrs et enrobés), elle est équilibrée, persistante et complexe. Note potentielle 17/17,5



Espagne : Montsant : Espectacle 2014

L'olfaction bien ouverte, évoque les cerises kirschées, les fleurs d'orangers, la boites à épices, les herbes aromatiques, la fève de cacao, avec des notes de café. La bouche est généreuse, concentrée, ample, dotée d'une belle chair pulpeuse, agrémentée de fruits épicés. La finale est longue, tenue par des tannins fins à la texture soyeuse, élégante, très persistante et complexe. Note potentielle 17,5/18





22 juin 2017

Bourgogne : Drouhin-Laroze : Gevrey-Chambertin Village, Premier Cru au Closeau, et Grand Cru Chambertin Clos de Bèze : 2014

Comme chaque année, nous avons été conviés, début avril, par Phillipe Cohen à la remarquable dégustation "Anthocyanes" qu'il organise à Saint Emilion avec ses fournisseurs pour les vins qu'il distribue. Nous avons pu ainsi goûter des vins italiens, bourguignons et champenois entre autres.

P1070051

Je commente aujourd'hui des vins du Domaine Drouhin-Laroze à Gevrey-Chambertin. Cette propriété familiale créée en 1850 est exploitée, aujourd'hui par Philippe et Christine Drouhin assistés de leurs enfants Caroline et Nicolas. Le Domaine d'une superficie de 11,5 hectares est doté d'un exceptionnel patrimoine viticole qui se répartit de façon suivante :

46% en appellation Grand Cru : Musigny, Chambertin Clos de Bèze, latricières Chambertin, Chapelle Chambertin , Clos de Vougeot, et Bonnes Mares

14% en appellation Premier Cru : Gevrey-Chambertin Lavaut-Saint-Jacques, Au Closeau , Craipillot, et Clos Prieur

40% en appellation Village : Gevrey-Chambertin, Chambolle Musigny et Morey Saint Denis.

Caroline Drouhin gère un petit négoce, Laroze de Drouhin bien différencié depuis 2008 pour élargir la gamme des vins proposés.

Les vins dégustés proviennent de la commune de Gevrey-Chambertin



Les robes sont assez soutenues à soutenues de couleur pourpre à burlat

 

 

 

 

 



Drouhin-Laroze : Gebrey Chambertin 2014

A l'agitation se développent des arômes de framboises, de cerises, de légères épices nuancés de notes florales. La bouche est souple, les tannins sont enrobés par une chair délicate et veloutée, le vin prend de l'ampleur, sans être tramé serré dans un centre fruité. La finale d'une allonge normale, conserve une texture veloutée, elle est fraîche et aromatique. Noté 15,5



Drouhin-Laroze : Gevrey-Chambertin : Premier Cru : Au Closeau 2014

L'aération intensifie des arômes de fruits rouges (framboises et cerises), de pivoine, avec des notes de fruits noirs, de fines épices et une touche de réglisse. La bouche est charnue et veloutée, avec un corps plein et assez sphérique, rehaussé de fruits éloquents. La finale est allongée, tenue par des tannins fins et enrobés, fraîche et persistante. Note potentielle 16/16,5

P1070052

Drouhin-Laroze : Grand Cru : Chambertin Clos de Bèze 2014

Le nez expressif évoque les petites baies noires (dont le cassis), les fruits rouges (framboises et cerises), les épices douces, avec des notes de réglisse et de thé à la rose. La bouche est dense, riche sans exubérence, bien tenue par des tannins serrés habillés d'une chair bien formée et veloutée, agrémentée de fruits avenants et légèrement épicés. La finale est longue, d'un très bon maintien, conservant une texture veloutée, fraîche, aromatique, persistante, et complexe. Noté 17,5

P1070053


21 juin 2017

Alsace : Domaine Paul Ginglinger : Riesling Drei Exa et Pfersigberg Hertacker dans le millésime 2014

Lors d'un dîner chez ma fille et mon gendre, dont j'ai commenté les vins rouges la semaine dernière, j''ai apporté pour associer aux mises en bouche (melon et jambon cru) et à l'entrée ( soufflé aux fromages) , une bouteille de Riesling Hertacker 2014 du Domaine Paul Ginglinger (Eguisheim). Ce vin à réjoui tous les participants grâce à toutes les qualités que j'ai pu apprécier lors des dégustations précédentes. Des arômes purs et précis à tous les stades de la dégustation, une bouche bien en chair, dense dans une construction allongée, et une longue finale, dynamique et minérale.

La bouteille de Riesling Drei Exa 2014 du même domaine qui a accompagné des mises en bouche lors d'un autre repas, s'est goûtée avec grand plaisir. C'est un vin frais, tonique, parfumé, élégant, élancé, d'une bonne tenue, et salin, tout à fait adapté à cette période de fortes chaleurs.

 

 

 



Alsace : Paul Ginglinger : Riesling Pfersigberg : Hertacker 2014

WP_20170611_00_31_45_Pro

La robe offre une teinte or clair . Le nez est bien ouvert avec des arômes d'orange et de mandarine mûres, d'épices orientales, et des notes de fleurs séchées et finement naphtées. La bouche est bien en chair et presque grasse, avec une matière serrée et dense bien enrobée, rehaussée de fruits éloquents. La finale est longue, droite, pure, délicatement charnue, tendue par une acidité bien dosée, elle est persistante, salivante, et très saline. Noté 17, note plaisir 16,5



Alsace : Paul Ginglinger : Riesling Drei Exa 2014

P1070364

La robe or pale est brillante. Le nez est expressif avec des arômes de citrons mûrs, de pamplemousse, de cumbawa, et des notes de fleurs sauvages. L'attaque est délicatement charnue et veloutée, le centre, d'une bonne densité, dans une construction allongée est frais et fruité. L'acidité gustative mûre tend et étire une finale dynamique, très aromatique et saline. Note potentielle 16, note plaisir 15,5

 

WP_20170611_00_31_52_ProWP_20170611_00_32_04_Pro

 





20 juin 2017

Des vins de la rive droite de Bordeaux, à l'aveugle : millésime 2014 (fin)

Les vins conservés en carafe dans une cave fraîche ont été regoûtés le lendemain. Nous n'avons pas perçu d'évolution favorable pour les quatre vins commentés hier. Les trois vins qui font l'objet du billet du jour ont conservé les qualités observées lors de la dégustation à l'aveugle.

Fombrauge 2014 a été bien apprécié par les dégustateurs, et s'est montré à la hauteur des vins désormais produits par cette propriété. Aromatique, tannins fins élégants et enrobés, finale allongée, fraîche, et expressive. Le vieillissement sous verre lui apportera un supplément d'élégance

Alcée 2014 fait partie des belles réussites de l'appellation Castillon-Côtes de Bordeaux dans ce millésime. Depuis sa première production (millésime 2011) après le rachat du vignoble par Nicolas Thienpont, les vins sont très réguliers en qualité dans les différents millésimes produits, et se situent dans le sommet de l'appellation.

La cuvée Caractère 2014 du Château de La Grave (Côtes de Bourg) est l'heureuse surprise de cette dégustaion. Cette propriété de 45 hectares, située sur les coteaux de la commune de Bourg sur Gironde appartient à Philippe et Valérie Bassereau et à leur famille depuis le début du vingtième siècle. Ils élaborent des vins dans les trois couleurs, et un vin mousseux ( voir ici  )

La cuvée Caractère 2014 que nous avons dégustée est un assemblage de Merlot 80%, et Cabernet Sauvignon 20% , elle est élevée 12 mois en barriques de chêne.



Voici le classement des trois premiers

 

1) Castillon-Côtes de Bordeaux : Alcée 2014 : 15,50/20

2) Saint Emilion : Fombrauge 2014 : 15,40/20

3) Côtes de Bourg : Château de la Grave : Caractère 2014 : 15:20

 

 

 

WP_20170619_21_39_10_Pro

 



Les robes sont assez profondes à profondes, de couleur sanguines au bord du verre.



Saint Emilion : Fombrauge 2014

Des arômes de fruits mûrs variés ( mûres sauvages, cerises noires, et cassis) d'épices douces, et d'élevage de qualité (moka) s'intensifient à l'aération. L'attaque est bien en chair et très veloutée, un corps bien formé et dense rehaussé de fruits éloquents soulignent un milieu de bouche fruité. . La finale d'une très bonne allonge, tenue par des tannins enrobés est fraîche et très aromatique. Note plaisir 16, moyenne du groupe 15,40

WP_20170619_21_39_02_Pro

Castillon-Côtes de Bordeaux : Alcée 2014

Le nez expressif évoque les cerises d'une bel éclat, les fines épices, nuancées de notes de violettes, de mûres, avec nettement en arrière plan un élevage distingué. La bouche est dense, assez sphérique dans un centre très velouté, charnu et très fruité. La finale est allongée, tenue par des tannins gras, fraîche, aromatique et persistante. Note plaisir 16,5, moyenne du groupe 15,5

WP_20170619_21_39_06_Pro

Côtes de Bourg : Château de la Grave : cuvée Caractère 2014

L'olfaction est bien ouverte, avec des arômes de fruits noirs mûrs (cerises noires et cassis), d'épices variées, de violettes et d'élevage bien dosé en arrière plan. La bouche, est bien construite, assez énergique, fruitée, avec des tannins bien enrobés par une chair veloutée. La finale est allongée, d'un bon maintien , finement charnue, fraîche, persistante et salivante. Note plaisir 16, moyenne du groupe 15


WP_20170619_21_39_23_Pro



19 juin 2017

Dégustation à l'aveugle de vins de la rive droite de Bordeaux : millésime 2014 (1)

Nous terminons nos sessions de dégustations de l'année 2016-2017 avec des vins de la rive droite de Bordeaux du millésime 2014, accessibles à des prix abordables. C'est un groupe restreint et motivé qui participe à cette séance. Vinexpo, une météo favorable à la plage, et d' autres sollicitations ont réduit nos effectifs habituels.

Les vins ont été préparés (mis en carafe deux heures avant la première dégustation et ordre de présentation) par Isabelle qui ne note pas les vins. Ils ont été dégustés deux fois à l'aveugle avant la saisie des notes et le dévoilement des étiquettes.

Je rappelle que la dégustation à l'aveugle est une image à un instant t , qu'un vin peut être défectueux, ou peu plaisant, mais qu'il ne s'agit pas de porter un jugement définitif sur la totalité d'une cuvée à partir d'une seule bouteille dégustée.

Ces quatre premiers vins ne nous ont pas vraiment enthousiasmés. Un grand étonnement à la vue de l'étiquette pour le Grand Vin de Reignac dotée d'une finale manquant de charme (voir le commentaire).

La bouteille de la cuvée Terre à Terre 2014 by Beynat (vin sans sulfites ajoutés) s'est révélée être défectueuse ( acescente).

 

 

 

WP_20170618_14_48_19_Pro

WP_20170618_14_48_24_Pro



Les robes sont assez profondes à profondes de teinte sanguine au bord du verre

WP_20170618_14_48_02_Pro

Saint Emilion : Vieux Larmande 2014

Des arômes de cerises, d'épices variées, et d' élevage au deuxième plan se précisent à l'aération. L'attaque est veloutée, le vin prend de la consistance dans un centre, fruité et finement charnu. La finale tenue par des tannins plus fermes, est fraîche, fruitée et épicées, avec une légère amertume en ultime sensation. Note plaisir 14, moyenne du groupe 13



Bordeaux Supérieur : Grand Vin de Reignac 2014

Le nez expressif évoque les cerises noires, les épices douces, l'encens, la rose fanée et le café. La bouche est souple en attaque, bien corsée dans un centre délicatement charnu, velouté et fruité. La finale est allongée, d'une bonne fraîcheur, assez amère, avec des tannins secs (accentuation lors de la deuxième dégustation), une légère sensation de sucrosité, et une bonne expression aromatique. Note plaisir 13, moyenne du groupe 12,4



Castillon-Côtes de Bordeaux : Clos Puy Arnaud : cuvée Les Ormeaux 2014

Des arômes de cerises, de légères épices, avec des notes florales, et de léger élevage soulignent une olfcation ouverte. La bouche est souple, veloutée, et délicatement charnue, plus dense dans un centre fruité. La finale, d'une allonge normale, est fraîche, persistante, avec une texture veloutée. Note plaisir 15, moyenne du groupe 13,5

WP_20170618_14_48_13_Pro



Castillon-Côtes de Bordeaux : Terre à Terre 2015 by Beynat (pirate)

Haute acidité volatile à l'olfaction, en bouche le vin est acescent. La bouteille est défectueuse. Non noté par l'ensemble du groupe.

WP_20170618_14_48_08_Pro

16 juin 2017

Saint Julien : Lagrange : millésime 2000 et Branaire Ducru : millésime 2001

Ma fille et mon gendre, en compagnie de mes deux petites filles, nous ont conviés, samedi dernier, à un dîner dans leur maison de la banlieue bordelaise.

J'ai apporté pour associer aux mises en bouche (melon et jambon cru) et à l'entrée ( soufflé aux fromages) , une bouteille de Riesling Hertacker 2014 du Domaine Paul Ginglinger (Eguisheim), que je commenterai ultérieurement.

Pour accompagner un aloyau à la plancha, ils avaient sorti de leur cave deux vins de la rive gauche mis en carafe deux heures avant la dégustation.

Lagrange 2000 évolue fort bien avec les qualités que j'avais perçues lors des précédentes dégustations. C'est un vin expressif, énergique, charpenté, long avec des tannins enrobés à tous les stades de la dégustation. Il n'a pas encore atteint son plateau de maturité pour offrir une plaisir maximum. Dans cinq ans, bien conservé, il sera très proche voire au niveau de l'excellent 1990.

Branaire Ducru 2001 est issu d'un millésime frais, avec des vendanges de Cabernet Sauvignon début octobre compliquées par des averses. Ce vin est aromatique, dense, dans une constrction allongée et très frais.

 

WP_20170611_00_25_28_Pro - Copie

 

 

 

Saint Julien : Lagrange 2000

WP_20170611_00_25_42_Pro - Copie

La robe est profonde de couleur rubis. Le bouquet expressif évoque le cassis mûr, les épices douces, avec des notes de cerises, d'aiguilles de pin et de très léger poivron rouge. La bouche est corsée, ample, bien en chair veloutée, rehaussée de fruits épicés. La finale est longue, d'un bon maintien, avec des tannins restant enrobés, elle est fraîche et persistante. Note potentielle 16,5/17, note plaisir 16



Saint Julien: Branaire Ducru 2001

WP_20170611_00_25_37_Pro - Copie

La robe est assez profonde, de couleur sanguine au bord du verre. L'agitation intensifie des arômes de cassis, de cerises, de fines épices, de violettes, avec des notes d'encens et de léger humus. L'attaque est très veloutée à soyeuse, le vin se développe dans un corps allongé et dense, agrémenté de fruits expressifs. La finale est allongée et étirée par une fraîcheur de bon aloi, avec une texture veloutée, et une avenante palette aromatique persistante. Note potentielle 16,5, note plaisir 16

WP_20170611_00_25_32_Pro - Copie

15 juin 2017

Crozes Hermitage : David Reynaud : cuvée Georges Reynaud 2014, et Terrasses du Larzac : Montcalmès 2013

Une jeune amatrice de vins à base de syrah ou de pure Syrah est venue chez nous pour le long week-end de la Pentecôte. Pour accompagner une épaule d'agneau à la sauge du jardin, j'ai ouvert les deux vins suivants.

Crozes Hermitage de David Reynaud cuvée Georges Reynaud 2014 élaboré à partir d'un vignoble travaillé en biodynamie. Ce vin m'a été recommandé par mon caviste, après lui avoir dit que je n'avais jamais goûté les vins de ce vigneron. Le vin s'est très bien dégusté, il est aromatique, élégant, fin, dans une construction allongée, et très frais.

Montcalmès 2013 est goûté pour la deuxième fois, avec toujours autant de plaisir pour ce vin de grande qualité, avec un élevage maîtrisé qui commence à se fondre harmonieusement. Il a de la réserve pour être conservé en cave pendant plusieurs années pour ceux qui préfèrent boire ce vin un peu plus évolué.

 

Conditions de dégustation

Les vins ont été goûtés, comme d'habitude, en deux fois : une première dégustation après avoir mis les vins en carafe une heure auparavant et une deuxième 24 heures plus tard, après conservation en cave fraîche.

 

 

 

WP_20170614_13_51_25_Pro

 

Crozes Hermitage : David Reynaud : cuvée Georges Reynaud 2014

WP_20170614_13_51_11_Pro

La robe est soutenue de teinte pourpre. Le nez est bien ouvert avec des arômes de framboises, de cerises, de fines épices (dont un léger poivre) nuancés de notes florales et de cassis. La bouche est très veloutée, délicatement charnue longiforme, d'une élégante finesse tannique, un peu plus dense dans son milieu, rehaussé de fruits avenants. La finale est délicate,étirée par une nette fraîcheur, dotée d'une palette aromatique pure et d'une bonne persistance. Noté 15,5, note plaisir 15



Terrasses du Larzac : Montcalmès 2013

WP_20170614_13_51_17_Pro

Assemblage : Syrah 60%, Mouvèdre 20%, Grenache 20%

La robe est assez profonde, avec un liseré de couleur sanguine à violine. Le nez d'une bonne intensité évoque les fruits noirs (cassis, mûres, et myrtilles), les épices variées (dont une petite note poivrée), les herbes aromatiques et les olives noires, avec un élevage modéré. La bouche est très veloutée, les tannins fins et mûrs enrobés par une chair bien formée se trament dans un centre dense et concentré avec justesse, rehaussé de fruits éloquents. La finale est allongée, bien tenue par des tannins toujours enrobés au toucher velouté, avec d'une fraîcheur de bon aloi, elle est très persistante. Note potentielle 16,5/17, note plaisir 16

WP_20170614_13_51_40_Pro