Journal d'un passionné de la rive droite

Dégustations de vins, visites de domaines, et accords mets/vins


Bordeaux
Bordeaux Rive Droite
Bordeaux Rive Gauche
Les vins d'Alsace
Les vins de Loire
Les Vins du Sud-Ouest
Primeurs 2004
Primeurs 2005
Primeurs 2006
Rhône Nord
Rhône Sud
Vins de Bourgogne
Vins du Languedoc-Roussillon

27 avril 2012

Vendredi du Vin 45 # : de l'art et du cochon

 


  Est organisée une conférence sur le thème du vin à travers la peinture. Magnifique ! Je m’en délecte d’avance, et rejoins un groupe vissé aux basques d’une guide au discours agité dans tous les sens, bientôt comme ses cheveux Color Show noir intense de l’Oréal parce que son âge le vaut bien…

Passage obligé devant La Descente de la Croix de Rubens,


Descente de rubens

une splendeur monumentale qui vous rendrait presque Golgothamane… en poussant un peu le bouchon… Ce que fait d’ailleurs la guide : elle montre que Saint Jean recueille le sang du Christ, souvenir du vin offert lors de la dernière Cène.
Là, pour le coup, je m’inquiète.
Saint Jean s’est voulu le premier témoin de l’immortalité acquise dès cet instant grâce à la vue de l’eau et du sang qui se mettent à couler après le coup de lance des soldats. Ce que traduit très EXACTEMENT Rubens !

Je me dis alors qu’une telle thématique, le vin à travers la peinture, encourage finalement à construire des symboliques hasardeuses, pour ne pas dire fantaisistes.
Confirmation : analyse et découverte d’une véritable brochette de Dionysos (bon, d’accord, le dieu du vin…) entrelardés de Silènes, tout nus ou pas tout nus, drôles, sarcastiques, concupiscents, ou aguicheurs d’Allais à Mignard. Heureusement, l’alphabet lillois s’arrête au M.

L’analyse devient plus intéressante pour les natures mortes. Le verre enfin apparaît, ce qui me rassure, quand même ; j’avais fini par croire que mon imagination s’était vilainement anesthésiée. N’est pas Magritte qui veut, sauf la guide (mais ceci n’est pas une guidewinking smiley) pour voir du vin dans les clair obscur flamants du XVIIè, ou encore dans l’oreille de l’autoportrait de Carolus Durand. J’ai pourtant cherché. Rien vu. Même dans les craquelures du tableau !
monstruosité du 17ème
Bref, les verres font leur apparition. Dévirtualisation du concept du vin, le seul que je suis capable de comprendre – et d’intérioriser! Plusieurs scènes me frappent, et je me glisse dans ces images pour mieux les boire. Le verre de Chardin me livre les souvenirs d’enfance de la timbale en argent… et les papilles me démangent d’un coup… Je me prends à rêver le vin qui vient alors à me manquer terriblement.
Mal qui s’amplifie avec le verre rempli généreusement du tableau de Nattier, sa Scène Galante, et avec la ciselure translucide travaillée à la perfection de celui de Beyeren. Me voilà transportée dans l’Olympe vinique des Cheval Blanc, Gruaud Larose, Cos d’Estournel and Co quand l’autre parle (blablabla…blablabla…) de métaphore de pelure de citron pour évoquer la fuite du temps et la vanité de notre existence.
Bouh !… Un monde nous sépare !
Je redescends de l’astéroïde B612 et me plante devant la Tentation de Saint Antoine par David Téniers.

tableau divers salle XVIII

Revenant de son exil dans le désert où il sut braver toutes les tentations, Saint Antoine subit encore les exhortations d’une jeune femme lui offrant un verre de vin. La guide précise (au début je croyais qu’elle faisait de l’humour) que la femme incarne les sept péchés capitaux, en particulier la gourmandise et la luxure, et qu’elle est pour Saint Antoine une épreuve démoniaque. Evidemment, la misogynie biblique n’en est plus à cela près. Mais quand même ! Ne pas y voir l’extrême raffinement d’une magnifique jeune femme qui a perçu dans le vin ses délectables qualités (excusez les pléonasmes et tautologies) au point de les offrir avant elle-même me bouleverse. Ce tableau m’est une splendeur ; enfin la sacralisation de la femme et du vin !!! Bon, que Saint Antoine refuse le vin, soit ! Il doit être atteint du syndrome d’Erostrate ou alors il a lu Nossiter. En revanche, je reste perplexe, médusée de ce que David Téniers soit si galvaudé. Nul doute que ce peintre devait aimer les femmes et le vin, et son œuvre en est le plus bel hommage ! Réunir la majesté féminine à l’œnologie ! Je quitte le musée, comme Dante a quitté les Enfers, et lève la tête vers un magnifique ciel étoilé…

 

Posté par Daniel S à 00:02 - Les Vendredis du Vins - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires


  • plus d'infos

    Très intéressent .... Mais j'aurais aimé plus de détails et de précisions en ce qui concerne David Téniers ..... (le Jeune / l'Ancien ?) et je ne trouve pas une toile qui montre son hommage aux femmes et au vin.......?

    Posté par Gérard G, 27 avril 2012 à 08:45
  • Bonjour Gérard,

    Merci de votre lecture.
    Le tableau de D. Téniers peut se découvrir sur wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Lille_teniers_jeune_St_antoine.JPG
    (pour des raisons juridiques liées aux droits d'édition, je n'ai pas l'autorisation de mettre sur le blog cette image.)
    Vous ne trouverez jamais de toile peinte par D. Téniers qui rendent hommage aux femmes : la fin de mon billet se voulait une interprétation ludique, à prendre au second degré.

    Posté par Daniel et I. S, 27 avril 2012 à 10:39
  • ... Décoiffant !

    Truculent comme un Bacchus pourrait l'être !
    J'aime, que dis-je, j'adore ces mots plein de connaissance et de générosité.
    Et cet humour, entre deux toiles, entre deux verres...

    Posté par Tatieva, 27 avril 2012 à 11:32
  • Merci Tatieva

    Un grand merci de votre lecture et de votre appréciation.

    Posté par Daniel et I. S, 27 avril 2012 à 15:00

Poster un commentaire