Journal d'un passionné de la rive droite

Dégustations de vins, visites de domaines, et accords mets/vins


Bordeaux
Bordeaux Rive Droite
Bordeaux Rive Gauche
Les vins d'Alsace
Les vins de Loire
Les Vins du Sud-Ouest
Primeurs 2004
Primeurs 2005
Primeurs 2006
Rhône Nord
Rhône Sud
Vins de Bourgogne
Vins du Languedoc-Roussillon

04 mai 2012

Escapades rhodaniennes

 

Lors d’un mois d’avril consacré essentiellement aux vins de Bordeaux, j’ai pu faire quelques escapades vers d’autres régions, grâce à mon copain Joseph. Il m’invite, pour un déjeuner, dans son Hostellerie de Roques, et nous nous livrons à des dégustations croisées, chacun faisant goûter à l’autre, à l’aveugle, les flacons choisis. Le premier vin commenté m’a été proposé par mon hôte, et je dois dire que ce fut un grand plaisir de déguster cette bouteille d’une propriété que je ne connaissais que de façon livresque.

Le deuxième vin, bu sur une durée de trois jours sans mise en carafe, fait partie de mes acquisitions récentes. J’ai toujours l’habitude, d’ouvrir une bouteille, des vins achetés récemment pour vérifier la pertinence de mes achats. Une très belle bouteille, qui n’a pas bougé, tout au long de la dégustation.

 

Cornas Vincent Paris : Granite 60 : 2008

La robe est soutenue de couleur pourpre à rubis, l’olfaction est expressive et avenante, avec des arômes de cerises et de petites baies rouges, agrémentées de notes florales, de fines épices, et de très légère réglisse. La bouche, dans une construction longiligne, est élégante, avec des tannins fins habillés par une chair très veloutée, le centre offre un corps fusiforme plein, avec un grain tannique fin, mis en valeur par des fruits, d’une bonne pureté. La finale est fraîche,  fondante, persistante pure dans son expression aromatique (fruits et fleurs variées). Noté 16, note plaisir 17

Granit 60 (2)

Saint Joseph : Coursodon : l’Olivaie 2009

La robe est profonde, avec un fin liseré de couleur violine. Le nez, net, intense, et pur évoque le cassis et la cerise écrasés, la boite à épices (dont le poivre fin), accompagnés de notes de violettes. La bouche est soyeuse, avec des tannins fins enrobés par une chair serrée et délicate, le milieu de bouche  est plein d’une belle puissance, finement texturé, rehaussé de fruits purs et gourmands. La finale est persistante, soutenue, fondante, savoureuse (fruits, poivre de Setchouan, notes florales), sans sensation chaleureuse, si la température de service est ajustée. Noté 16,5, note plaisir 17

Coursodon, l'OlivaieCoursodon, l'olivaie2

Posté par Daniel S à 00:02 - Dégustations éclectiques - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires


Poster un commentaire