Journal d'un passionné de la rive droite

Dégustations de vins, visites de domaines, et accords mets/vins


Bordeaux
Bordeaux Rive Droite
Bordeaux Rive Gauche
Les vins d'Alsace
Les vins de Loire
Les Vins du Sud-Ouest
Primeurs 2004
Primeurs 2005
Primeurs 2006
Rhône Nord
Rhône Sud
Vins de Bourgogne
Vins du Languedoc-Roussillon

26 janvier 2020

Carbonnieux blanc 2010, Francs-Côtes de Bordeaux : Puygueraud blanc 2017, Daniel Bouland : Morgon vieilles vignes 2011

Mon épouse a pu acheter au marché de Libourne une belle barbue, poisson qui se fait plutot rare sur les étals des poissonniers locaux. Elle a été cuite simplement à la poêle à l'unilatérale.

Nous avons accompagné le plat avec deux vins blancs goûtés auparavant pour eux-mêmes .

Carbonnieux blanc 2010 s'est mieux dégusté que la bouteille précédente, avec un élevage qui se fond harmonieusement, ce vin est expressif, bien construit, et d'une bonne allonge avec un début de complexité notable.

Puygueraud blanc 2017 est jeune, mais éloquent, il signe avec justesse son terroir argilo-calcaire qui lui donne beaucoup de pep, et met en valeur son assemblage 100% Sauvignon ( gris et blanc). Au fur et à mesure du vieillissement des vignes, il prend un léger accent sancerrois.

Les deux vins se sont très bien accordés avec ce remarquable poisson.

J'ai ouvert une nouvelle bouteille de Morgon vieilles vignes 2011 de Daniel Bouland. Le vin dans sa jeunesse était assez séduisant, avec un fruit chatoyant. Le vin semble entrer maintenant dans une phase un peu ingrate : fruits plus mats, tannins plus fermes, chair très fine, structure plus marquée. Il faut laisser vieillir le reste des bouteilles en espérant que la pente ne soit pas descendante pour ceux qui comme moi n'ont pas assez de recul sur les vins de ce propriétaire.

 

Conditions de dégustation

Les vins ont été goûtés , comme d'habitude, en deux fois : une première dégustation après avoir ouvert et épaulé la bouteille une heure auparavant (sauf exception précisée dans le texte ) et une deuxième 24 heures plus tard, après conservation en cave fraîche ou au réfrigérateur pour les vins liquoreux (bouteille rebouchée).

 

 

IMG_20200115_202611

IMG_20200115_202624

 

 

Pessac-Léognan : Carbonnieux blanc 2010

La robe or fin est brillante. L'olfaction expressive évoque le citron mûr et frais, la peau d'oranges, le tilleul, la menthe fraîche, avec un élevage pas encore totalement fondu ( notes de vanille). La bouche est dense, bien enchair , presque grasse ( au réchauffement), veloutée , ample et fruitée. La finale est longue , fraîche, tonique, soutenue, expressive, persistante. Note potentielle 17, note plaisir 16

 

Francs-Côtes de Bordeaux: Puygueraud blanc 2017

IMG_20200115_202627

La robe jaune pale est brillante. Le nez est bien ouvert avec des arômes d'agrumes ( citron dominant) de fleurs blanches , de verveine, et des notes de bourgeon de cassis et de buis, qui s'estompent lors de la deuxième dégustation. La bouche est nette, pure, longiforme d'une bonne densité, rehaussée de fruits expressifs. La finale est élancée, droite, fraîche, dotée d'une délicate mâche calcaire, aromatique et saline. Noté 16, note plaisir 15,5

 

Beaujolais : Daniel Bouland : Morgon vieilles vignes 2011

La robe est assez profonde, rubis au bord du verre. L'agitation intensifie des arômes de fruits noirs (cassis dominant) , d'épices, de légère réglisse avec des notes fumées. La bouche est assez ferme, construite , corsée, finement charnue, agrémentée de fruits noirs un peu mats. La finale est assez tannique, impactante, fraîche, fruitée et épicée, avec un petite sécheresse tannique. Sur cette bouteille note plaisir 14

 

Posté par Daniel S à 22:00 - Dégustations éclectiques - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires


  • Daniel Bouland

    Bonjour
    Satisfait de vous lire concernant ce Morgon VV 2011.Je dois dire que j'ai du mal avec les vins de ce vigneron certainement sérieux et même talentueux.Alors qu'on veut garder ces cuvées dites de garde personnellement je prends plus de plaisir à les déguster jeunes.
    Ce n'est pas la première fois que je suis confronté à la même analyse que vous,souvent hélas je ne retrouve pas une phase plus séduisante même en attendant beaucoup plus d'une décennie .
    Je n'ai pas ce genre de problème avec les vins des Desvignes ou même Foillard quand ils restent bien nets.....ce qui n'est pas toujours le cas.
    Bonne continuation et à plus.
    Bernard Durocher

    Posté par Durocher, 27 janvier 2020 à 12:12
  • Bonjour Bernard,
    J'avais, comme vous, plutôt apprécié les Morgon de Daniel Bouland dans leur jeunesse. C'est la deuxième bouteille que j'ouvre en une année et que je déguste sans aucun charme. Je n'ai pas assez de recul sur les vins du Beaujolais, et en particulier ceux de Bouland pour émettre un jugement catégorique. Pour d'autres producteurs j'ai eu aussi des vins déviants qui m'ont un peu refroidi pour me lancer dans des dégustations systématiques de divers producteurs.

    Posté par DanielS, 28 janvier 2020 à 08:16

Poster un commentaire