Journal d'un passionné de la rive droite

Dégustations de vins, visites de domaines, et accords mets/vins


Bordeaux
Bordeaux Rive Droite
Bordeaux Rive Gauche
Les vins d'Alsace
Les vins de Loire
Les Vins du Sud-Ouest
Primeurs 2004
Primeurs 2005
Primeurs 2006
Rhône Nord
Rhône Sud
Vins de Bourgogne
Vins du Languedoc-Roussillon
08 janvier 2018

Mets et vins du réveillon du 31/12/2017

      Ce n'est qu'après avoir choisi les vins que nous avons acquis les mets que nous jugions leur convenir. Si nous avons apprécié comme à l'accoutumée le ris de veau de lait,     notre incontournable caviar,       pour la première fois nous avons tenté un dos de saumon fumé de chez Kaviari, absolument exceptionnel.     Comme d'ordinaire, nous réussissons toujours à trouver de la truffe, grâce à la proximité des lieux qui lui... [Lire la suite]

22 décembre 2017

Bordeaux : Saint Emilion : Pavie Macquin 2003, Côte Rôtie : Jamet 2009, et Sauternes : Guiraud 2007

La suite du repas se compose d'un faisan et nous l'associons avec un vin de Bordeaux et un second du rhône nord (l'impétrante est fanatique de la syrah), de divers fromages pouvant s'accorder tant avec les rouges que les blancs secs déjà servis en entrée voire le Sauternes qui est déjà ouvert  pour le dessert. Nous avons la chance d'avoir une fourme de Valcivières. Elle est séche, persillée naturellement et effectivement si le Sauternes ne lui convient pas tout à fait elle est tout à fait en phase avec le Pavie Macquin.... [Lire la suite]
01 décembre 2017

Rayas 1998, Pessac-Léognan : La Passion Haut-Brion 1971, et Sauternes : Rabaud-Promis 1990

Nous terminons cet excellent repas (mets et vins) par deux vins rouges et un vin liquoreux. Rayas 1998 servi avec un filet de boeuf aux morilles s'est très bien goûté, avec toutes les qualités que peut offrir ce vin dans un millésime qui le permet : complexité aromatique, bien centré, longueur et harmonie. J'ai eu l'occasion de déguster d'autres bouteilles de Rayas 1998 qui n' étaient pas aussi épanouies que celle commentée aujourd'hui.   La Passion Haut-Brion, dans le millésime 1971, hautement symbolique pour notre... [Lire la suite]
24 novembre 2017

Pauillac : Grand-Puy-Lacoste 2005, et Sauternes : Rabaud-Promis 2009

J'ai profité de cette réunion familiale pour ouvrir ma première bouteille de Grand-Puy-Lacoste 2005. Après une dégustation à l'ouverture, le vin a été mis trois bonnes heures en carafe, et la dégustation qui a suivi a été très concluante. Le vin offre déjà beaucoup de séduction, et la légère fermeté tannique en finale (voir le commentaire) avait totalement disparu le lendemain (fond de carafe). Rabaud-Promis 2009 a été servi en bouteille cachée sans mise en carafe, et a ravi la tablée. C'est un des meilleurs vins produits par ce... [Lire la suite]
11 septembre 2017

Latricières-Chambertin, Meursault Perrières... de belles expressions burgondes pour fêter la fin d'une décennie

Latricières-Chambertin, Meursault Perrières... de belles expressions burgondes pour fêter la fin d'une décennie... Certes, nous sommes revenus à Bordeaux pour  le dessert.   La dernière année d'une décennie se fête au moins autant que la première de la suivante. Le menu "parce que je le veau bien" a mis en valeur les meilleures pièces du veau, le ris et l'onglet. Il s'agit de veau sous la mère, qu'un boucher très réputé de Libourne travaille excellemment bien. Pour les ris, il a été tenté une nouvelle recette. Ils ont... [Lire la suite]
08 septembre 2017

Les bouques à chuque se régalent chez Dédé la Science

André nous propose fin août de venir déguster chez lui des vins liquoreux autour d'un poulet rôti. Son fils Solal qui nous accompagne a déniché des vins, dont un vieux vin rouge et un liquoreux dans la cave de son grand-père maternel. Cette cave est hélas de faible qualité, et le Brane Cantenac 1943 est fatigué et déviant (acide acétique), de plus la bouteille a une forme éloignée de la bouteille traditionnelle de Bordeaux ce qui nous laisse perplexe (voir la photo). L'état du vin ne nécessite pas néanmoins une enquête complémentaire... [Lire la suite]

16 août 2017

Montagne Saint Emilion : Beauséjour cuvée 1901 millésime 2010, Du Tertre (Margaux) 2000, et Clos Haut Peyraguey 2001

Les deux vins rouges ont accompagné un canard mulard ( lire ICI )et des pousses de jeunes carottes au cumin. Puis nous avons opté pour des fromages persillés afin de placer tout de suite le Sauternes. Le dessert a été une coupe faite en tuile de fraise, remplie de chantilly de fraises et de fraises coupées. L'acidité naturelle des fraises met toujours en valeur les équilibres des Sauternes. Nous sommes dans des accords de structure, notamment avec le léger gras de la chantilly et le croquant de la tuile, absolument pas d'arômes mais... [Lire la suite]
26 juillet 2017

Rémi Gresser : Riesling Kastelberg 2008, Côte Rôtie : Saint Cosme 2005, et Sauternes : Lafaurie-Peyraguey 2001

Les températures devenues plus clémentes permettent que nous invitions sur notre terrasse en toute simplicité, bien évidemment, nos amis habitués à la maison et qui partagent notre goût de la dégustation. Après des huîtres en gelée et une crème d'artichaut au citron et à l'ail, je prévois des lasagnes, puis des fruits. Difficile de faire plus ordinaire... mais justement, partager l'ordinaire d'un dîner pour simplement discuter et déguster dans la fraîcheur nocturne, c'est le goût des choses simples... Les heures s'égrènent sans... [Lire la suite]
09 juin 2017

Sauternes : Clos Haut Peyraguey 2005, et Guiraud 2007

Je commente aujourd'hui deux vins de Sauternes qui ont été dégustés ces deux derniers mois. Ils ont été goûtés sur une durée de trois à quatres jours, pour eux-mêmes ou ont accompagné une salade de fruits exotiques. Ils ont été conservés au réfrigrateur entre les différentes dégustations. Clos Haut Peyraguey 2005, commence à se livrer davantage que lors de la précédente dégustation , il y a quatre ans et demi. La palette aromatique est plus expressive, le vin est dense et concentré en milieu de bouche, la finale est élégante mais pas... [Lire la suite]
07 juin 2017

Cos d'Estournel 1990, Clos des Lambrays 2008, et Suduiraut 1999

Le repas se poursuit avec un rôti de boeuf, des fromages et des desserts ( tartes au myrtilles et aux framboises et verrines à la panacotta, mousse au chocolat, et salade de fruits). Les vins suivant sont servis en carafe, à l'aveugle. Cos d'Estournel 1990 est contaminé par les éthyl-phénols, mais pas suffisamment à ce stade du vieillissement pour que ce soit rédhibitoire. Ce défaut l'empêche d'exprimer toutes les qualités qu'aurait une bouteille saine. Clos de Lambrays 2008 s'est gouté excellemment. Il n'a pas en finale l'acidité... [Lire la suite]