Journal d'un passionné de la rive droite

Dégustations de vins, visites de domaines, et accords mets/vins


Bordeaux
Bordeaux Rive Droite
Bordeaux Rive Gauche
Les vins d'Alsace
Les vins de Loire
Les Vins du Sud-Ouest
Primeurs 2004
Primeurs 2005
Primeurs 2006
Rhône Nord
Rhône Sud
Vins de Bourgogne
Vins du Languedoc-Roussillon

12 novembre 2020

Saint Emilion : Lynsolence 2012, Francs-Côtes de Bordeaux : Puygueraud blanc 1994,Côte Rôtie Guigal Brune et Blonde 1994

Je commente dans ce billet des vins qui ont accompagné différents mets au cours de la quinzaine écoulée.

Nous avions ouvert, lors d'une dégustation comparative, il y a trois bonnes années une bouteille de Lynsolence 2012 qui s'était excellemment goûtée. Le civet de lapin préparé par Isabelle a été l'occasion de déboucher la dernière bouteille en cave de ce millésime. Le vin a été mis en carafe deux heures avant la dégustation. Il s'est dégusté à un remarquable niveau : très aromatique, charnu, plein et ample, avec de la longueur, de la fraîcheur et de la persistance aromatique. Il été un léger ton au-dessus le lendemain, avec une remarquable tenue à l'air.

 

Des huitres, des langoustines, des noix de Saint Jacques et des bulots nous ont conduits à ouvrir une bouteille de Puygueraud blanc 2014 (deuxième millésime de cette cuvée), le vin a bien tenu au vieillissement sous verre, avec une évolution lente, et un profil aromatique, longiforme, et frais. Il a été bu en bouteille une première fois après une ouverture de trente minutes puis regoûté le lendemain au même niveau.

 

André nous a fait goûter en bouteille sous chaussette la Côte Rôtie Brune et Blonde 1994 de Guigal. Le nez est évolué et assez séduisant mais le vin est nettement sur la pente descendante en bouche entre très évolué ou oxydé selon le palais des dégustateurs, ce qui n'est pas étonnant compte tenu du millésime et de l'âge de cette cuvée.

 

IMG_20201111_144853

 

 

 

 

Saint Emilion : Lynsolence 2012

La robe est profonde de couleur violine. Le nez intense évoque les cerises noires , les mûres sauvages, les épices douces, avec une pointe florale et de réglisse, et un élevage qualitatif en arrière plan. La bouche est veloutée, corsée, dense et ample, bien en chair, veloutée, et très fruitée. La finale est longue, intense, d'un très bon maintien avec des tannins enrobés, harmonieuse et expressive. Noté 17,5, note plaisir 17

 IMG_20201111_144856

Francs-Côtes de Bordeaux : Puygueraud blanc 2014

IMG_20201111_144858

 

La robe jaune clair est brillante. L'olfaction est bien ouverte avec des arômes d'agrumes ( citron et pamplemousse) de fleurs champêtres, de menthe fraîche, de noisettes et d'une pointe de buis. La bouche est bien construite, plus ronde dans son milieu, finement charnue, veloutée et fruitée. La finale est tonique étirée par une fraîcheur de bon aloi, aérienne, fruitée et florale. Noté 15, même note plaisir.

 IMG_20201111_144901_1

Côte Rôtie : Guigal Brune et Blonde 1994

IMG_20201111_144900

 

La robe est assez profonde orangée à marron au bord du verre. Le bouquet est expressif et avenant avec des arômes de fruits noirs évolués – cassis et pruneaux) d'épices variées (dont le poivre), de fleurs séchées (dont les roses), d' humus , et de léger café. La bouche offre un corps élégant bien dessiné délicatement charnu et très velouté dans sa première partie agrémenté d'arômes fruités très évolués (fruits cuits). La finale est encore ferme, fraîche, avec une palette aromatique assez expressive, mais très évoluée. Un vin sur une pente largement déclinante, sauf pour les amateurs de vins anciens .

Posté par Daniel S à 20:30 - Dégustations éclectiques - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires


Poster un commentaire