Journal d'un passionné de la rive droite

Dégustations de vins, visites de domaines, et accords mets/vins


Bordeaux
Bordeaux Rive Droite
Bordeaux Rive Gauche
Les vins d'Alsace
Les vins de Loire
Les Vins du Sud-Ouest
Primeurs 2004
Primeurs 2005
Primeurs 2006
Rhône Nord
Rhône Sud
Vins de Bourgogne
Vins du Languedoc-Roussillon

30 janvier 2020

Châteauneuf du Pape : Charvin 2005 et Côte Rôtie : Château d'Ampuis 2005

Le billet de ce jour fait suite au commentaire du repas publié le 29 janvier.

Le plat principal est un carré de porc noir de Bigorre. Nous avons déjà parlé de la spécificité de cette viande dans un précédent message, mais il n'est peut-être pas inutile de rappeler combien la saveur de la chair mérite bien que cette viande labéllisée contribue aussi à valoriser le patrimoine de Bigorre.

Nous invitons les lecteurs à se rendre sur ce site : ICI

Par ailleurs, par une chance inouïe, mon boucher m'a présenté une belle pièce d'une truie. Généralement la chair en est plus grasse, et la cuisson longue et à basse température a permis que le gras en soit à la fois épuré et à la fois contributeur d'une texture moelleuse.

En accompagnement, ce sont des carottes en tagliatelles et au cumin.

 

IMG_20200126_174808

 

 

 

 

Châteauneuf du Pape : Charvin 2005

La robe est assez soutenue de teinte rubis à grenat. Le bouquet est intense et complexe avec des arômes de cerises légèrement kirschées, de fraises sauvages, d'épices douces, de roses, et des notes de fine réglisse, de chocolat, et une pointe d'écorces d'orange. La bouche est soyeuse, les tannins fins, tramés serrés enrobés d'une chair délicate donnent une sensation de densité et d'élégante concentration, elle est rehaussée de fruits expressifs. La finale est longue, harmonieuse, soyeuse, expressive et complexe. Noté 17,5 même note plaisir

 

Côte Rôtie : Château d'Ampuis 2005

La robe est assez profonde de couleur rubis à pourpre. Le nez bien ouvert évoque les fruits noirs (cassis et baies de sureau), les épices variées (dont un léger poivre) , des arômes empyreumatiques ( fumée, suie, et de torréfaction) avec des notes de réglisse. L' attaque est veloutée, le vin se développe avec une puissance maîtrisée, de l'ampleur, et une chair bien formée enrobant les tannins agrémenté de fruits noirs épicés. La finale est allongée, bien tenue par des tannins encore un peu fermes, d'une bonne fraîcheur, assez complexe ( dominante d'épices et d'arômes empyreumatiques). Noté 16,5 voire un peu plus quand l'élevage sera complètement fondu, note plaisir 16

Posté par Daniel S à 22:00 - Dégustations éclectiques - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires


Poster un commentaire