Journal d'un passionné de la rive droite

Dégustations de vins, visites de domaines, et accords mets/vins


Bordeaux
Bordeaux Rive Droite
Bordeaux Rive Gauche
Les vins d'Alsace
Les vins de Loire
Les Vins du Sud-Ouest
Primeurs 2004
Primeurs 2005
Primeurs 2006
Rhône Nord
Rhône Sud
Vins de Bourgogne
Vins du Languedoc-Roussillon

09 mai 2019

30 millésimes du Château Pavie Macquin : grands millésimes solaires (fin)

Grands Millésimes solaires

 

Avec cette série des grands millésimes solaires se termine cette passionnante verticale de Pavie Macquin.

Les millésimes 1989 et 1990 sont les véritables marqueurs de l' identité d'un passé récent de Pavie Macquin.

1989 est encore en belle forme, avec le caractère complet qu'il confère au vin , cette autorité et cette énergie en milieu de bouche qui est et sera régulièrement sa marque de fabrique.

1990 offre des tannins plus enrobés mais un centre moins dense, et moins charpenté. Il faut garder à l'esprit que les rendements ont été élevés à Bordeaux lors du millésime 1990. Avec le millésime 1995 débute la reprise en main de la propriété par le duo Thienpont-Derenoncourt avec une vin puissant dans sa jeunesse dont les tannins se sont bien fondus et qui se goûte avec plaisir.

Pavie Macquin 2000 est très représentatif de la propriété dans un millésime solaire avec un vin gourmand dans son jeune âge et qui demande encore un peu de garde pour fondre complètement les tannins de la finale.

Le millésime 2003 est bien plus qu'un millésime solaire, il est caniculaire. La palette aromatique montre une expression un peu plus exotique. Les tannins de la finale sont encore sensibles . Son terroir argilo-calcaire assure au vin un équilibre satisfaisant. Ce millésime 2003 a des accents du millésime 1947. Conserver quelques bouteilles pour le trentième anniversaire du millésime voire plus me parait être un pari cohérent.

Le millésime 2009 est très bien doté, il se goûte bien dès maintenant pour ceux qui ne ne sont pas rétifs à une légère fermeté tannique en finale. La garde de dix ans de plus lui sera favorable.

2015 parait à ce stade de la dégustation le millésime le plus abouti de la série des grands millésime solaires.

J'ai placé à la fin de cette série Pavie Macquin 1928 bien qu'il ait été dégusté auparavant. On peut le considérer comme étant un belle esquisse du terroir.

.
Voici quelques éléments assez constants dans les vins de cette propriété : un fruit très souvent caractérisée par la cerise allant de la cerise carmin à la cerise noire crémeuse, une truffe noire se développant plus ou moins rapidement ( millésimes solaires ou classiques ), des notes ferrugineuses s'exprimant avec le vieillissment sous verre; des milieux de bouches sans faiblesse allant d'assez denses et remplis à concentrés et sphériques. Des finales autoritaires et fraîches (Ph bas entre 3,20 et 3,30) avec des tannins assez fermes dans les vins jeunes et une palette aromatique tonique (sauf millésimes très chauds et caniculaires) et salivante ( salinité).

Pavie Macquin est un des vins les plus naturellement charpentés (si ce n'est le plus) de l'appellation Saint Emilion. Les finales sont fraîches, autoritaires, longues, et expressives. C'est un vin de caractère qui ne laisse pas indifférent, il a ses aficionados mais aussi quelques opposants à ce style de vin.

 

Pavie Macquin 1989

 La robe grenat est profonde un peu évoluée au bord du verre. Le bouquet expressif évoque les cerises mûres un rien kirschées, les baies noires, avec des notes ferrugineuses, de truffes, de thé fumée, et légèrement balsamiques. La bouche est sérieusement construite, ample, avec une chair délicate et veloutée enrobant les tannins avec raffinement. La finale est expansive, fraîche, complexe avec un fruits encore assez "frais". Note plaisir 16,5

 IMG_20190407_171350

Pavie Macquin 1990

La robe est assez profonde de couleur grenat à orangée au bord du disque. Le nez expressif évoque les fleurs séchées, les cerises, les prunes noires, avec des notes de truffes. La bouche est gourmande avec une chair bien formée et très veloutée qui enrobe les tannins à tous les stades de la dégustation, le centre aux rondeurs avenantes est un peu plus haut que l'attaque et fruitée. La finale veloutée, s'allonge délicatement portée par une fraîcheur de bon aloi, avec une bonne complexité aromatique. Note plaisir 16

 

Pavie Macquin 1995

La robe rubis est assez profonde , légèrement évoluée au bord du verre. Des arômes de cerises mûres, de baies de sureau, d'épices, de truffes et des notes florales et légèrement liégeuses. Le vieillissement sous verre a bien fondu les tannins qui se trament dans un corps rempli et assez ample, rehaussé de fruits encore "frais". La finale est fraîche, d'un bon maintien, allongée, avec une palette aromatique expressive. Note plaisir 16 sur une bouteille non liégeuse.

 IMG_20190407_171410

Pavie Macquin 2000

La robe est profonde de couleur sanguine . L'olfaction est expressive avec des arômes de fruits noirs (cerises , cassis), d'épices douces, de graphite, d'encens, et des notes sanguines et de légères truffes. La bouche est charnue et veloutée, sphérique, charpentée et agrémentée de fruits éloquents. La finale est longue, musclée, fraîche, avec des tannins encore un peu fermes, très expressive et complexe. Noté 18

 IMG_20190407_171418

Pavie Macquin 2003

La robe profonde offre une teinte sanguine à rubis. L'agitation amplifie des parfums de truffes noires, de framboises, de léger kirsch, d'épices, de réglisse, et une touche d'écorce d'orange. La bouche est généreuse, charnue ,veloutée dans sa première partie, puissante , concentrée naturellement, dotée d'expressifs fruits épicés. La longue finale, avec des tannins encore un peu autoritaires au toucher calcaire, conserve une fraîcheur inhérente au terroir; elle est très aromatique et complexe. Note potentielle 18, dans une bonne dizaine d'années, voire un peu plus si la finale se fond très harmonieusement.

 IMG_20190407_171424

 

Pavie Macquin 2009

La robe est profonde avec un liseré de teinte sanguine à rubis. L'olfaction bien ouverte évoque les fruits noirs variés, les épices douces ( dont la cannelle) nuancés de notes de truffes noires, de thé fumé, et une pointe de réglisse et de fleurs capiteuses. La bouche est richement dotée, charpentée par des tannins denses et serrés dans un corps très plein et ample enrobé d'une chair bien formée et très veloutée. La finale est longue, énergique (tannins encore un peu impressifs avec une empreinte calcaire) très expressive, complexe (avec une belle cerise) et persistance. Note potentielle 17,5

 

Pavie Macquin 2015 

la robe est profonde sanguine à violine au bord du verre. Des arômes intenses de déclinaison de fruits noirs (dont les cerises et le cassis ), des fines épices, de fleurs mauves (iris et violettes) accompagnés de notes de thé noir, et réglissées soulignent un nez séduisant. La bouche est riche , intense, concentrée, sphérique, avec une chair veloutée. La finale est expansive, imposante (avec des tannins polis), dotée d'une fraîcheur perceptible et de bon aloi, très aromatique (belle cerise noire crémeuse au premier plan), persistante, et légèrement sanguine. Note potentielle 18/18,5

 

Pavie Macquin 1928

l'échantillon a été prélevé vers la fin de la bouteille, ce qui limite en partie tout ce que le vin a à nous dire

La robe est assez soutenue avec une teinte orangée dominante. Le bouquet est expressif évoque les truffes noires, les fruits rouges un peu mats (cerises et griottes) , les cèpes, le poivre fin, avec des notes florales et nettement ferriques. La bouche est délicate, avec des tannins complètement patinés avec le vieillissement mais qui laisse entrevoir l'existence d'une réelle charpente. La finale est élancée, fraîche, d'une bonne expression aromatique, persistante (cerise, griotte, et très ferrique au premier plan).

 

 

 

Posté par Daniel S à 22:30 - Bordeaux Rive Droite - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires


Poster un commentaire