Journal d'un passionné de la rive droite

Dégustations de vins, visites de domaines, et accords mets/vins


Bordeaux
Bordeaux Rive Droite
Bordeaux Rive Gauche
Les vins d'Alsace
Les vins de Loire
Les Vins du Sud-Ouest
Primeurs 2004
Primeurs 2005
Primeurs 2006
Rhône Nord
Rhône Sud
Vins de Bourgogne
Vins du Languedoc-Roussillon

21 mars 2019

Saint Emilion : Pavie Macquin 1998, Castillon-Côtes de Bordeaux : Clos Louie 2010, Sauternes: Clos Haut Peyraguey 2001

Nous arrivons à la fin du repas, avec le traditionnel plateau de fromages et le dessert. Pour les lecteurs habitués au blog, ce dessert fait maintenant partie d'un classique : poire confite, glace au pain d'épices et espuma de caramel beurre salé.

Ce dessert est idéal pour accompagner les Sauternes.

Ce classique est toujours apprécié par nos convives pour qui c'est généralement une première et pour cause, la glace est confectionnée à partir d'un sabayon et de nonettes de Dijon.

Pour les fromages, nous avons proposé le Saint Nectaire et le Chaource. Ces deux fromages étaient affinés et nous les avons placés en cave deux jours, puis nous les avons mis à température ambiante quelques heures avant la dégustation.

 

Les vins sont servis en carafe un heure à une heure et demie après leur mise, et dégustés en grande partie à l'aveugle par nos hôtes.

Pavie Macquin 1998 a été victime d'un bouchon défectueux qui n'a pas donné de goût de bouchon, mais a destructuré le vin. C'est une première bouteille faible rencontrée sur la trentaine de bouteilles goûtées. Après 20 ans de garde, nous entrons dans le célèbre adage " il n'y a plus de grands vins , mais de grandes bouteilles ".

 

 

Saint Emilion: Pavie Macquin 1998

Le bouchon très induré est difficile à extraire

La robe est assez profonde de couleur sanguine. Le nez évoque les cerises, de légères épices, avec des notes de truffes noires. La bouche est souple, les tannins sont très finement enrobés, le centre manque de relief et de sa sphéricité habituelle mais reste fruité. La finale est caractérisée par une acidité pointue, de l'amertume, et de l'astringence malgré un joli fruit (cerise).

L'exemple didactique d'une bouteille complètement trahie par son bouchon.

 

WP_20190321_17_39_24_Pro

 

WP_20190321_17_39_35_Pro

 

Castillon-Côtes de Bordeaux : Clos Louie 2010

La robe est profonde de teinte sanguine à reflets violine. Le nez est intense, avec des arômse de cerises noires et de cassis. La bouche offre une belle plénitude, avec une chair bien formée et veloutée, qui enrobe des tannins tramés serrés dans un corps dense et ample rehaussé de fruits éloquents. La finale est longue, bien tenu par des tannins à la fine mâche calcaire, harmonieuse et aromatique . Noté 16,5, note plaisir 16

 WP_20190321_17_39_39_Pro

Sauternes : Clos Haut Peyraguey 2001

La robe de couleur dorée est brillante. Le bouquet est très expressif avec des arômes d'abricot et d'orange rôtis, d'épices orientales, de fruits secs, et de miel fin. La bouche est onctueuse et la liqueur est dense, pure, concentrée avec élégance, et agrémentée de d'intenses fruits rôtis. La finale est longue, délicate, bien équilibrée par une fine fraîcheur en arrière plan, très expressive et très persistante. Noté 18, note plaisir 17,5

 WP_20190321_17_39_29_Pro

 

Posté par Daniel S à 22:30 - Dégustations éclectiques - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires


Poster un commentaire