Journal d'un passionné de la rive droite

Dégustations de vins, visites de domaines, et accords mets/vins


Bordeaux
Bordeaux Rive Droite
Bordeaux Rive Gauche
Les vins d'Alsace
Les vins de Loire
Les Vins du Sud-Ouest
Primeurs 2004
Primeurs 2005
Primeurs 2006
Rhône Nord
Rhône Sud
Vins de Bourgogne
Vins du Languedoc-Roussillon

28 décembre 2016

Châteauneuf du Pape : Domaine de La Mordorée 2001 et Saint Emilion : La Mondotte 2001

Les deux vins commentés ce jour ont été préparés pour accompagner des palombes cuites en basse température et au foie gras.

Les deux vins ont bien convenu au plat. Comme bien souvent, nous aimons proposer un vin de Bordeaux et un autre du Rhône. Les goûts sont diversement représentés.

La palombe est cuite avec le vin de la marinade et la sauce s’est élaborée avec du foie gras. La texture gagne en moelleux et peut-être que sur cet aspect les tanins fins et enrobés de La Mondotte jouaient de plus justes correspondances.

 

En revanche, le goût de la marinade permettait de belles alliances gustatives avec La Mordorée.

palombes1

Châteauneuf du Pape Domaine de La Mordorée 2001

WP_20161220_14_05_58_Pro

La robe est assez profonde, de couleur sanguine, très légèrement évoluée au bord du disque. Le bouquet expressif évoque les cerises kirschées, les pruneaux, les épices variées, les herbes aromatiques, avec des notes de fruits noirs, de réglisse, de chocolat et de léger café. La bouche est puissante et ample, les tannins sont enrobés par une chair soyeuse, le milieu de bouche est rehaussé d'expressifs fruits épicés. La finale est longue, riche, pulpeuse, sensuelle, d'une bonne complexité aromatique, un peu lascive, d'un bon équilibre, avec une petite touche chaleureuse perceptible à la remontée de la température dans le verre. Noté 17, même note plaisir. Pour ceux qui ne sont pas allergiques à ce style de vin.

 

Saint Emilion : La Mondotte 2001

WP_20161220_14_06_02_Pro,

La robe est profonde de couleur rubis, et grenat au bord du verre. Le nez est intense avec des arômes de cerises mûres, de léger cassis, de prunes noires, d'épices douces (dont la cannelle), de truffes noires, avec des notes florales (violettes). La bouche est soyeuse dès l'attaque les tannins fins et mûrs sont enrobés par une grande chair quasiment pulpeuse et se trament dans un corps concentré, et sphérique relevé de fruits gourmands. La finale est longue, d'un très bon maintien, fraîche et harmonieuse, très velouté, persistante et complexe. Note potentielle 18, note plaisir17,5. Une bouteille au niveau attendu contrairement à la précédente. 

Posté par Daniel S à 00:01 - Accords mets/vins - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires


Poster un commentaire