Journal d'un passionné de la rive droite

Dégustations de vins, visites de domaines, et accords mets/vins


Bordeaux
Bordeaux Rive Droite
Bordeaux Rive Gauche
Les vins d'Alsace
Les vins de Loire
Les Vins du Sud-Ouest
Primeurs 2004
Primeurs 2005
Primeurs 2006
Rhône Nord
Rhône Sud
Vins de Bourgogne
Vins du Languedoc-Roussillon

10 mai 2016

Albert Mann : Hengst : Pinot gris 2011 et Saint Emilion : Pavie Macquin 1998

Autre anniversaire qui ponctue notre mois d'avril! Donc, autres mets, plats, toujours simples puisque nous ne partageons pas avec les amis ces dates.

Nous mettons plutôt l'accent sur quelques bouteilles que nous avons envie de déguster et cherchons à les accompagner de bons produits du marché. Nous trouvons de savoureuses asperges blanches de Blaye et profitons du renouveau de chaleur pour sortir les sarments. Nous achetons donc deux belles entrecôtes.

Le dessert est prévu pour convenir avec un Lafaury-Peyraguey 2003 : un simple ananas frais!

Finalement il est bon de paresser un peu et de ne pas forcément être aux fourneaux. Le plaisir simple d'une belle dégustation de vins qui offrent beaucoup de plaisir et qui méritent que l'on s'y attarde.

 

P1050644

P1050645

 

 

 

P1050730

Alsace : Albert Mann : Hengst : Pinot gris 2011

P1050726

La robe offre une teinte jaune pâle avec des reflets or. Le nez est expressif avec des arômes de mirabelles, de fruits exotiques, d'épices orientales, avec des notes florales. La bouche est élégante, très raffinée, bien en chair, ample, rehaussée d'intenses fruits épicés. La finale est longue, pure, très aromatique, avec une fraîcheur de bon aloi qui équilibre avec élégance les distingués sucres résiduels, et saline en ultime sensation. Noté 16,5/17 , note plaisir 16,5

P1050727

Saint Emilion : Pavie Macquin 1998

P1050729

La robe est profonde avec un liseré de teinte sanguine sans signe d'évolution. Le bouquet net et d'une bonne intensité, évoque les cerises mûres, les épices douces, la truffe noire, avec des notes d'encens de thé fumé, de graphite et de cassis. L'attaque est très veloutée, le vin monte en puissance, dans un centre sphérique, concentré, charnu et très fruité. La finale est longue, soutenue, tenue par des tannins encore un peu impressifs mais enrobés, fraîche, dynamique et complexe. Noté 17,5/18, note plaisir 17. Attendre encore 3 à 4 ans que les tannins de la finale soient complètement fondus.

Posté par Daniel S à 00:01 - Dégustations éclectiques - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires


Poster un commentaire