Journal d'un passionné de la rive droite

Dégustations de vins, visites de domaines, et accords mets/vins


Bordeaux
Bordeaux Rive Droite
Bordeaux Rive Gauche
Les vins d'Alsace
Les vins de Loire
Les Vins du Sud-Ouest
Primeurs 2004
Primeurs 2005
Primeurs 2006
Rhône Nord
Rhône Sud
Vins de Bourgogne
Vins du Languedoc-Roussillon

24 novembre 2015

Champagne : Drappier : La Grande Sendrée 2006, Trimbach : Riesling : Frédéric-Emile 1998, Faurie : Hermitage : Le Méal 2006

Notre ami Joseph nous convie pour fêter son anniversaire à déjeuner au Château Fleur de Roques, plus exactement dans son restaurant La Table de Margot. Voir ici le site : Château Fleur de Roques

Les repas que nous y avons pris sont tous de grande qualité. La cuisine est précise, met en valeur notre gastronomie, oscille entre modernité et classicisme et surtout, fait rare qu'il convient de souligner, elle bénéficie d'une attention particulière pour sa sommellerie. Joseph est un amateur éclairé, particulièrement doué en accords mets/vins et son souci de parfaire sa cuisine est enthousiasmante.

Les mises en bouche sont des croquants au fromage et aux lardons. Ils sont juste fumés pour convenir aux notes rassises du champagne qui nous est offert.

 

P1030371

 

 

La première entrée est un filet de merlu au beurre blanc, parfumé aux zestes d'orange, sur une fondue de poireau. Tout est réuni pour de parfaites assonances avec le vin, un Riesling très agrumé, très ample en bouche, plus en attaque d'ailleurs que sans sa finale qu'il laisse salivante et épicée. 

P1030373

P1030375

Ensuite, le coquelet aux champignons permet de vivre un accord d'une toute autre dimension. Les parfums sont plus en association qu'en rappel. Le Méal n'a de justes rappels que dans les notes forestières d'humus, de feuilles séchées et de cuir. Celles-ci se révèlent davantage dans les parfums de la sauce que de la chair qui se voit emportée dans les tourbillons de fruits de l'Hermitage. C'est beau, tout simplement beau...P1030379

 

 

 

Les vins sont servis en carafe et dégusté à l'aveugle.

Champagne : Drappier : La Grande Sendrée 2006

P1030372

La robe or soutenue est traversée par un cordon de bulles fines à l'activité tempérée. Le bouquet est intense et séduisant avec des arômes de fine brioche, de fruits secs (dont l'amande) de fruits jaunes, de safran et des notes florales. La bouche est délicieuse, pleine , dense, très vineuse, rehaussée de fruits variés. La finale est longue, tonique, consistante, bien équilibrée par la fine effervescence et une fraîcheur de bon aloi, et complexe. Note plaisir 17,5

 P1030374

Alsace : Trimbach : Frédéric Emile 1998

P1030377

La robe est légèrement dorée. Le nez intense et complexe évoque le naphte, la mirabelle chaude, l'orange confite, les épices orientales (dont un léger curry), avec des notes fumées et de miel. L'attaque est haute et généreuse, le centre est bien en chair, gras, dense et puissant, souligné par des fruits épicés. Le vin s'allonge en perdant de la puissance et de l'intensité aromatique, dans une finale sèche, donnant une sensation de longueur modérée, tout en restant fraîche et légèrement saline. Note plaisir 16,5

 

Rhône Nord : Bernard Faurie : Hermitage : Le Méal 2006

P1030380

La robe est assez profonde, avec des reflets de couleur sanguine à pourpre. L'olfaction est nette et expressive, avec des parfums de cerises noires (pulpe, peau et noyau), de cassis écrasé, d'épices variés dont un léger poivre, avec des notes fumées et finement réglissées. La bouche est élégante, les tannins fins, mûrs se trament dans un corps dense, concentré, charnu très velouté et doté d'intense fruits épicés. La finale est longue, d'un très bon maintien (tannins serrés et restant enrobés), très persistante de fruits, d'épices variées, avec des notes poivrées et réglissées. Note plaisir 17,5

 P1030378

Posté par Daniel S à 00:01 - Dégustations éclectiques - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires


  • De jolies références...

    De belles alliances au cours de ce repas, si la Grande Sendrée m'a souvent déçu par son manque de relief et de définition (mais je vois qu'elle peut aussi offrir de grandes satisfactions), les deux autres cuvées sont splendides. J'ai encore du Trimbach "Frédéric Emile" de 1990, grandiose. Et le Méal, juste s'incliner

    Posté par Quitou, 24 novembre 2015 à 14:00
  • Merci pour votre lecture. Cette Grande Sandrée 2006 a ravi l'ensemble des participants. Frédéric-Emile 1998 n'est pas au niveau du 1990 que vous évoquez. Le Méal 2006 de Faurie est un grand vin qui n'est qu' à l'aube de sa vie.

    Posté par Daniel S, 24 novembre 2015 à 16:37

Poster un commentaire