Journal d'un passionné de la rive droite

Dégustations de vins, visites de domaines, et accords mets/vins


Bordeaux
Bordeaux Rive Droite
Bordeaux Rive Gauche
Les vins d'Alsace
Les vins de Loire
Les Vins du Sud-Ouest
Primeurs 2004
Primeurs 2005
Primeurs 2006
Rhône Nord
Rhône Sud
Vins de Bourgogne
Vins du Languedoc-Roussillon

31 mars 2015

Dégustation de vins "primeurs" à La Grappe

Pourquoi choisir La Grappe pour débuter la dégustation

des vins en primeurs ?

Une évidence : la diversité des appellations en rive droite

et quelques vins de la rive gauche pour donner

une première idée du millésime dans cette région de Bordeaux.

Une autre notion, plus subtile, liée à la nature des sols

et des sous-sols, celle du terroir.

Je vous propose quelques impressions

en fonction des appellations dégustées.

Bordeaux Supérieur

Une réussite certaine : avec de beaux terroirs

argilo-calcaire participant à l'équilibre et à la fraîcheur

des vins, dont le facteur limitant serait une fermeté

des tannins, néanmoins maîtrisée au mieux

dans les vins dégustés, avec une mention spéciale

pour Jean Faux et Le Pin Beausoleil

 

P1010991

Les vins des Côtes de Bordeaux

( Blaye, Lussac, Montagne et Puisseguin)

Sur ces terroirs argilo-calcaires, c'est la proportion d'argiles

et l'encépagement qui apporte des nuances.

Magdeleine Bouhou avec une part de Malbec dans son assemblage

poursuit sur la réussite du millésime 2012, avec un vin aromatique,

plein, corsé et frais, Belle Coline très plein,

concentré et harmonieux sont les portes drapeau de Blaye.

Château Bel Air (cuvée Jean et Gabriel : appellation Lussac Saint Emilion)

nous offre de l' harmonie, équilibre, et une belle allonge

grâce a son assemblage ( 50% Merlot et 50% cabernet franc),

comme Château Clarisse vieilles vignes (appellation Puisseguin Saint Emilion)

riche, concentré, avec des tannins bien enrobés tout en restant frais.

A Castillon le Domaine de l'A nous offre un vin magistral,

dans ce millésime : avec de grands fruits, dense, sphérique, long et frais.

 

Fronsac et Canon Fronsac

Une belle réussite globale de ses appellations,

et de remarquables signatures des terroirs.

Il faut avoir goûté côte à côte Canon Pécresse

et Vrai Canon Bouché pour comprendre

quelle est l'importance de la nature des sols

et des sous-sols dans la structure des vins.

L'allonge, la finesse, l'élégance, et la densité de Canon Pécresse

(terroirs calcaires), en face de la puissance, de la sphéricité, 

et de l'autorité de Vrai Canon Bouché (sols plus profonds argileux).

Des vins qui devraient être présentés, en l' état dans une école de dégustation.

N'oublions pas encore une fois la belle réussite de La Rousselle, d'une régularité remarquable.

 

Pomerol

Les terroirs font la différence; plus ils sont argileux,

plus les vins sont centrés. Taillefer, Moulinet,

Bel Air offrent le meilleur d'eux-même.

Saint-Pierre laisse entrevoir un futur très beau potentiel,

et Petit Village s'impose par sa richesse, sa concentration naturelle,

et ses qualités aromatiques, comme un des meilleurs vins produit dans cette propriété.

P1010974

Saint Emilion Grand Cru

 

Les vins dégustés font preuve d'une belle homogénéité,

avec des qualités aromatiques séduisantes,

des tannins moins fermes et plus enrobés

que sur les appellations satellites.

Rol Valentin, Lucia,  de Candale, et Lamartre Passage Secret

nous ont paru légèrement supérieurs à leurs congénères.

 

Saint Emilion Grand Cru Classé

Le terroir est clairement lisible :

La Tour Figeac, avec son centre rond à sphérique,

offre un caractère plus proche de Pomerol.

Guadet a l'élégance, la finesse et la droiture

de sous sous-sols calcaire. Cadet Bon associe

avec justesse la finesse, l'allonge des jus issus des parcelles

situées sur le rebond calcaire du plateau de Saint Emilion,

avec un milieu de bouche plus rond, et plus ample

dû aux parcelles plus argileuses. Berliquet amalgame

la délicatesse et la finesse de son terroir,

avec la bonne densité apporté par le millésime.

 

Saint Emilion Premier Grand Cru Classé

Les vins possèdent une complexité et une pureté aromatique supplémentaire,

les tannins sont serrés et bien enrobés, très bien centrés, longs et précis.

Clos Fourtet dense et long, est doté d'une très belle chair rarement observée.

Larcis Ducasse plein, élégant, très allongée d'une belle richesse aromatique

est au meilleur de sa forme, Pavie Macquin est puissant, complexe, autoritaire.

Beauséjour hDL est concentré, dense, très aromatique, long et salin (minéral)

et me paraît être le vin le plus abouti de la dégustation d'aujourd'hui.

Dans ce millésime particulier (schématiquement l'été en automne !)

la signature des terroirs est encore plus lisible que

celle des millésimes précédents. Les vendanges ont pu se dérouler,

avec une large fenêtre, sans stress, et le seul facteur limitatif

pour les vignerons qui ont été sérieux et appliqués

était ce que leur terroir pouvait leur offrir,

tout en leur permettant d'élaborer des vins au moins

de bonne à très bonne qualité, pour n'évoquer que cette dégustation.

Les dégustations suivantes nous permettront de préciser notre vision du millésime.

Les vins seront commentés en détail ultérieurement

Posté par Daniel S à 00:01 - Primeurs 2014 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires


Poster un commentaire