Journal d'un passionné de la rive droite

Dégustations de vins, visites de domaines, et accords mets/vins


Bordeaux
Bordeaux Rive Droite
Bordeaux Rive Gauche
Les vins d'Alsace
Les vins de Loire
Les Vins du Sud-Ouest
Primeurs 2004
Primeurs 2005
Primeurs 2006
Rhône Nord
Rhône Sud
Vins de Bourgogne
Vins du Languedoc-Roussillon

16 décembre 2013

Château de Pez ( Saint Estèphe) et Pichon Comtesse de Lalande dans le millésime 2008

Les lecteurs anglophones pourront lire la traduction sur webflakes (Diary of Lover of right bank), avec quelques billets de décalage... Lire ICI

bordeauxtasting2013

Samedi 14 décembre, nous sommes allés à la manifestation « Bordeaux Tasting » organisée par le magazine Terre de Vins, qui s’est déroulée dans les bâtiments de l’ancienne Bourse, située sur les quais qui bordent la  Garonne.  Les conditions de dégustation ont été bonnes de 10 heures à 14 heures, et nous ont permis de dialoguer avec les propriétaires ou leurs représentants. Elles furent plus difficiles de 14 heures à 16 heures en raison d’une affluence importante. Nous débutons nos comptes-rendus par les vins de deux propriétés acquises par la maison de champagne Roederer.

 

P1030573

 

Les robes sont assez profondes, avec des reflets de teinte sanguine à pourpre

 

Saint Estèphe : Château de Pez 2008

Le nez est net et assez ouvert, avec des arômes de cassis, des notes florales et épicée. L’attaque est veloutée, le vin se développe avec une belle puissance, les tannins sont sérieux mais enrobés par une chair délicate, le centre est bien tenu et fruité. La finale est appuyée fraîche, d’une bonne allonge, avec des saveurs de fruits épicés d’une bonne intensité. Noté 15,5/16. A attendre encore 4 à 5 ans

 

P1030574

Pauillac : Pichon-Longueville Comtesse de Lalande 2008

L’olfaction est élégante et assez expressive, avec des arômes de fruits mûrs et frais (cassis et cerises) nuancée de notes de violettes, de cèdre, et de légères épices douces. La bouche offre un séduisant velouté de texture, les tannins fins se trament dans un corps fuselé plein, délicatement charnu. La finale est allongée, élancée, fraîche, tout en conservant une belle douceur tactile, soulignée par des saveurs pures (fruits, fines épices, fleurs). Une élaboration qui privilégie l’allonge, à la puissance. Noté 16,5/17 A ne pas ouvrir avant sa dixième année révolue.

Posté par Daniel S à 00:01 - Bordeaux Rive Gauche - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires


Poster un commentaire