Journal d'un passionné de la rive droite

Dégustations de vins, visites de domaines, et accords mets/vins


Bordeaux
Bordeaux Rive Droite
Bordeaux Rive Gauche
Les vins d'Alsace
Les vins de Loire
Les Vins du Sud-Ouest
Primeurs 2004
Primeurs 2005
Primeurs 2006
Rhône Nord
Rhône Sud
Vins de Bourgogne
Vins du Languedoc-Roussillon

13 mars 2013

Cannelés caramélisés à la polenta et aux cèpes, Brillat-Savarin truffé, Pavie-Macquin 1989 et Pavie 1990

 Les lecteurs anglophones pourront lire les chroniques du blog en anglais, avec 72 heures de décalage, ici ( http://www.webflakes.com/diary-of-a-lover-of-the-right-bank.html)

Les Cannelés aux cèpes n'ont pas été une grande réussite. Ils devaient servir d'entremets avant le fromage pour accompagner le Pavie-Macquin, mais ils présentaient une texture plus incommodante que je ne l'avais escompté, et hormis les cèpes qui les garnissaient, ils n'avaient pass grand intérêt pour cette dégustation. Aussi ne commenterai-je pas leur recette.

repas du 9 mars 010

Le Brillat-Savarin a été commandé chez notre fromager depuis suffisamment longtemps pour obtenir un fondant merveilleux. Je l'ai coupé dans sa longueur et j'ai placé uniformément tout ce qui restait des truffes. Là, on s'est régalé.

 

repas du 9 mars 011

Brillat

 

 

Les vins rouges ont été ouvert vers 16 heures pour une première dégustation, épaulés ,laissés en bouteille à une température de 14°, et bus 5 à 6 heures plus tard

 

Bordeaux : Saint Emilion : Pavie-Macquin 1989

(Le niveau du vin est à mi-goulot)

La robe est assez profonde, de couleur rubis à orangée au bord du disque. L’olfaction est généreuse et  complexe, avec des arômes de cerises « burlat » nettes, de gingembre, de cannelle, de roses anciennes, avec des notes de truffe noire et de pruneaux. La bouche est très veloutée, d’une bonne puissance, avec des tannins serrés, enrobés par une chair bien formée qui donnent du corps au vin et de l’ovalité dans un milieu de bouche rehaussé de fruits d’une belle jeunesse. La finale est très persistante, bien équilibrée, avec des tannins qui restent élégants, d’une bonne douceur tactile, fruitée, épicées, réglissée, avec des notes truffées et salines. Noté 17, note plaisir 17,5. La meilleure bouteille de ce millésime bue à ce jour.

 gpl, pm, pavie; rostaing, talbot 009

Bordeaux : Saint Emilion : Pavie 1990

Le niveau du vin est « bas de goulot »

La robe est très soutenue, de couleur grenat, évoluée au bord du verre. Le nez d’une bonne intensité et avenant évoque les cerises légèrement kirschées, les prunes, les épices, avec des notes florales. La bouche est assez fondante, avec des tannins fins et mûrs, le vin se développe avec un corps fusiforme, plein et charnu, agrémenté de fruits d’une bonne expression, mais moins jeunes que ceux de Pavie Macquin. La finale est très persistante, allongée, d’une bonne fraîcheur, veloutée, assez complexe, avec des saveurs identiques à celles décelées à l’olfaction, mais que j’aurais aimé un peu plus intenses. Noté 16,5, même note plaisir. Une bouteille un peu en retrait par rapport à celles bues précédemment.

 

gpl, pm, pavie; rostaing, talbot 008

 

gpl, pm, pavie; rostaing, talbot 010

Posté par Daniel S à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires


Poster un commentaire