Journal d'un passionné de la rive droite

Dégustations de vins, visites de domaines, et accords mets/vins


Bordeaux
Bordeaux Rive Droite
Bordeaux Rive Gauche
Les vins d'Alsace
Les vins de Loire
Les Vins du Sud-Ouest
Primeurs 2004
Primeurs 2005
Primeurs 2006
Rhône Nord
Rhône Sud
Vins de Bourgogne
Vins du Languedoc-Roussillon

06 mars 2013

Des vins de champagne à l'aveugle: Larmandier Bernier, Mumm, Francis Boulard et fille

Les lecteurs anglophones pourront lire les chroniques du blog en anglais, avec 72 heures de décalage, ici ( http://www.webflakes.com/diary-of-a-lover-of-the-right-bank.html)

 

 

 

 

 

champagne 020

 

 

 

 

 

Lors de cette troisième série, le champagne Mumm Cordon Rouge 1990  a suscité une discussion entre les dégustateurs, après la découverte des bouteilles. Deux participants ont trouvé ce vin légèrement oxydé. J’ai considéré, que le seuil de l’oxydation, lors de la présentation à l’aveugle, n’était pas franchi, et qu’il s’agissait d’un vieillissement trop rapide, du à une conservation qui n’était pas optimale, je l’ai donc évalué. Par contre trois heures plus tard, le vin était franchement oxydé.

Voici le classement dans l’ordre des trois premiers vins : Francis Boulard et Fille : Petraea (16,5) , Vin effervescent anglais : Ridgeview : Knightsbridge 2006 (15,92), Mumm Cordon rouge 1990 (15,75)

 

Larmandier-Bernier : blanc de blanc

champagne 019

La robe offre une teinte jaune pâle, le nez ouvert et net, est assez simple, avec des arômes floraux et de pomme fraîche. La bouche est fine, portée par une acidité gustative un peu vive, avec des fruits moyennement expressifs. La finale est svelte, discrètement fruitée, avec une sensation de vivacité un peu exacerbée, et de légères notes végétales. Noté 13, moyenne du groupe 13,28. A revoir sur une autre bouteille.

 

Mumm Cordon rouge 1990

champagne 022

La robe, de couleur dorée soutenue, est traversée par un cordon léger de bulles fines. L’olfaction intense, évoque des fruits secs, les fruits jaunes, avec des notes d’épices douces, de très légères pommes cuites, et de truffes blanches. La bouche est pleine, assez puissante, vineuse, presque corsée, avec des saveurs complexes, équilibrée par une effervescence et une acidité gustative de bon aloi. La finale est très persistante, d’une bonne fraîcheur, avec un léger rancio, complexe (fruits variés, épices douces, fruits secs). Noté 16,5, moyenne du groupe 15,78

 

Francis Boulard et Fille : Petraea(dégorgement 24/07/2012)

champagne 018

La robe est légèrement dorée, agrémentée de bulles fines. Le nez est séduisant et intense, avec des arômes, de fruits jaunes, d’épices douces, nuancés de notes de baies rouges et  florales. L’attaque est crémeuse, le vin se développe avec une texture au toucher très velouté, dans un centre plein, dense, assez sphérique, bien dynamisé par une juste effervescence et une acidité « mûre », fruité, avec un goût élégant de léger « rassis ». La finale est longue, pure, précise, harmonieuse, complexe (fruits, épices, fleurs), ponctuée de notes saline. Noté 17,5, moyenne du groupe 16,5. Une remarquable bouteille, à mon avis.

 

champagne 021champagne 010

 

 

Posté par Daniel S à 00:01 - Champagnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires


Poster un commentaire