Journal d'un passionné de la rive droite

Dégustations de vins, visites de domaines, et accords mets/vins


Bordeaux
Bordeaux Rive Droite
Bordeaux Rive Gauche
Les vins d'Alsace
Les vins de Loire
Les Vins du Sud-Ouest
Primeurs 2004
Primeurs 2005
Primeurs 2006
Rhône Nord
Rhône Sud
Vins de Bourgogne
Vins du Languedoc-Roussillon

10 septembre 2012

Le Nouveau Classement de Saint Emilion

 

vue_st_emilion

Rappelons tout d’abord les règles fixées par l’INAO. Je les reprends telles qu’elles apparaissent, avec quelques précisions que j’indique entre parenthèses. :

« Les critères concourant à l’établissement final de la note sont :

1/ la qualité des vins jugée par dégustation des échantillons : 50 % de la note finale pour les crus classés (millésimes 2000 à 2009) et 30 % pour les premiers grands crus classés (millésimes 1995 à 2009, avec un coefficient multiplicateur très important pour les millésimes 1995 à 1999). 
2/ la notoriété du cru (20 % de la note finale pour les crus classés et 35 % pour les premiers grands crus classés)
3/ l’assiette foncière et l’homogénéité du terroir (20 % de la note finale pour les crus classés et 30 % pour les premiers grands crus classés) 
4/ la conduite du vignoble (10 % de la note finale pour les crus classés et 5 % pour les premiers grands crus classés)


• Il ne s’agit plus d’un concours, mais d’un examen, ce qui entraîne deux changements majeurs.

Premier changement : si une propriété conteste judiciairement son non-classement ou son déclassement, cela ne remet pas en cause le classement lui-même, comme c’était le cas en 2006. Chaque cas pourra être éventuellement réexaminé.
Second changement : le nombre de propriétés pouvant figurer au classement n’est plus limité. Il suffit que l’appréciation finale d’une propriété soit supérieure à 14/20 pour qu’elle soit “Cru classé” et à 16/20 pour qu’elle soit “Premier grand cru classé”.


• Les membres de la commission, nommés par l’Inao, ne seront plus bordelais, mais des vignerons d’autres régions viticoles, membres de l’Inao.


• Les dégustations et examens des propriétés seront externalisés et gérés par un organisme de certification, qui embauchera des dégustateurs rémunérés.


• Lors des précédents classements, l’assiette foncière de chaque propriété ne devait pas avoir varié de plus 5 % au cours des dix dernières années. Pour 2012, cette notion a été assouplie et sera observée au cas par cas. Si bien qu’une propriété ayant grandi de 20 % pourra prétendre au classement.


• Les parcelles de jeunes vignes ne sont plus considérées comme rédhibitoires pour prétendre au classement. Ainsi, une propriété qui compte 50 % de jeunes vignes peut postuler, ce qui était impensable auparavant. »

Voici le classement publié le 06/09/2012 par l’INAO, consultable en cliquant le lien ci-dessous :

 LISTE_DES_CRUS_CLASSES_PROPOSEE_PAR_LA_COMMISSION_DE_CLASSEMENT

 

vignoble%20Tertre%20Roteboeuf

 

La publication du classement  a donné lieu a des commentaires, comme toujours caricaturaux dans divers média, qu’il s’agisse d’amateurs ou de quelques professionnels (critiques) du vin. De la part des amateurs, c’est dans la logique des choses, il faut avoir un avis sur tout, dans notre bon pays, et moins on déguste les vins, voire pas du tout, plus il faut en parler. A ces voix s’associent celles de quelques professionnels qui ressassent, à l’unisson avec des dégustateurs amateurs leurs critiques des vins dits modernes : surmaturité, surextraction, degré alcoolique élevé, élevage outrancier, vins se ressemblant tous, etc.

Il y aurait comme un air de nostalgie du bon vieux temps. Ah la belle époque, où les vins étaient maigres, pour ne pas dire fluets, aux tannins accrocheurs, aux fruits discrets, souvent végétaux, avec l’espoir qu’une bonne garde améliorerait le tout…

La belle époque, où dans les millésimes de bonne qualité, des rendements pléthoriques affaiblissaient des vins qui auraient pu être excellents.

Il suffit de consulter la liste des grands et  excellents millésimes (peu nombreux) de l’après dernière guerre, jusqu’à une quinzaine d’années pour s’apercevoir que les grands vins, dans une proportion moindre qu’aujourd’hui, étaient dus à des conditions climatiques particulières ( gelées de printemps, coulure lors de la floraison, année chaude, et arrière saison peu pluvieuse) qui réduisaient naturellement les rendements, et permettaient d’obtenir des maturités abouties.

Grace au travail scientifique rigoureux et sérieux des chercheurs de l’Institut d’Oenologie de Bordeaux, initié à l’origine par Emile Peynaud, d’énormes progrès ont été effectués depuis une bonne vingtaine d’années, pour pouvoir cueillir des raisins mûrs, même dans les millésimes ingrats (comme 2007, récemment), qui demandent de la part des propriétaires une prise de risque, qu’il est difficile de bien comprendre vu de Saturne.

 

200907-458

 

Ce nouveau classement est-il si injuste, si complaisant, si éloigné de ce que l’on peut avoir dans le verre (sans faire appel à des goûts personnels)?

Je n’évoquerai, ici, que les vins que je déguste régulièrement, en primeurs, en bouteille (découverte et à l’aveugle), lors de diverses manifestations, chez des amis, ou ceux issus de ma cave.

 

Les crus promus «  Premier Grands Crus Classés A « 

Si je me réfère à mes dégustations d’Angelus et de Pavie, les vins sont d’excellents à haut niveau, (mûrs, riches, complets, longs, avec toujours une bonne fraîcheur) selon le millésime. Le terroir d’Angélus est peut-être moins qualitatif (sols et sous sols) que celui de Pavie, mais c’est compensé par la forte proportion de Cabernet Franc (47%), et le savoir faire des équipes techniques. J’ai eu l’occasion de déguster l’Angelus 1990 mis en « pirate », lors d’une horizontale, à l’aveugle, des crus classés  de Saint Julien du millésime 1990. Il a dominé la dégustation de l’avis de la totalité des participants (amateurs expérimentés). Je pourrai ajouter que lors de dégustations sérieuses, à l’aveugle, faites par des professionnels aguerris, ces deux vins sortent régulièrement dans les premières places du classement.

Il s’agit d’une promotion méritée

 

Les crus promus « Premier Grands Crus Classé B

 

Valandraud, fait preuve d’une grande régularité depuis la naissance du cru, il a gagné en élégance, en harmonie, sans se départir de sa richesse et de sa plénitude, dans les derniers millésimes. L’acquisition de l’ancien château Bel Air Ouÿ, sur le plateau calcaire, à l’aplomb de Saint Etienne de Lisse, où il est maintenant élaboré, n’y est pas pour rien !

La Mondotte, à mon avis, qui semble partagé par de nombreux professionnels, est régulièrement à chaque millésime, dans le « top 10 » de l’appellation. Il est maintenant à sa place, comme Canon La Gaffelière, dont l’élégance, la structure dense, l’allonge, et la fraîcheur due à sa forte proportion de Cabernet franc, et à la qualité de son élaboration finissent par transcender son terroir de pied de côtes.

Larcis Ducasse : la propriété reprise en main en 2002 par le duo Thienpont-Derenoncourt

est dotée d’un grand terroir de la côte sud, qui jouxte Pavie. Les vins progressent en précision, en velouté de texture, et sont plus charpentés dans les derniers millésimes, avec deux très grandes réussites 2005 et 2010. Compte tenu du cahier des charges de l’INAO, l’accouchement a dû être difficile. Quand on connaît la rigueur, le souci du détail, et la valeur des équipes en place, le prochain classement dans dix ans ne sera pas pour eux une source d’anxiété.

 

Pour les autres propriétés, qui ont conservé leur rang, certaines ne l’ont certainement pas fait dans la facilité, et devront confirmer dans les années qui viennent.

Beauséjour Duffau-Lagarosse et Figeac (pour l’excellence de leurs derniers millésimes ), Pavie Macquin,  Troplong Mondot, voire Clos Fourtet  pourraient avoir des ambitions supérieures dans un petite dizaine d’années.

 

Les crus promus « Grand Crus Classés »

 

Barde Haut, Faugères, Péby Faugères, Jean Faure, et Fombrauge (un très beau 2009 sorti dans les trois premiers, lors d’une dégustation à l’aveugle des 2009, (qui comportait des  Premiers Grands Crus Classés )sont justement récompensés, au vu de mes différentes dégustations et de la qualité de leur terroir. Pour les autres promus, je n’ai pas suffisamment de dégustations pour évaluer la qualité des vins. Pour ceux qui sont maintenus, nombreuses propriétés me semblent être bien à leur place (L’Arrosée, Fleur Cardinale, Montbousquet, L’Oratoire, Bellevue, Fonroque, Berliquet, Grand Mayne, Le Prieuré, Chauvin, Grand Pontet (très beaux 2008, 2009, 2010 ), Clos des Jacobins, Destieux,  La Tour Figeac (une verticale a montré des vins réguliers et d’excellente qualité), Clos Saint Martin, Sansonnet, La Dominique (derniers millésimes), Dassault, Grand Corbin Despagne..

 

Quant aux déclassés de 2006, et que j’ai suivis en dégustation : Bellevue retrouve logiquement sa place (les vins sont de belle qualité et réguliers depuis le millésime 2000), Cadet-Bon, Guadet, Faurie de Souchard, et Petit Faurie de Soutard sont en progression, depuis leur déclassement de 2006 et paraissent à leur place quand  on consulte la liste des Crus Classés. Je ne porterai pas de jugement sur le reste des crus classés que je n’ai pas dégustés, régulièrement. Les professionnels retenus (j’en connais) pour l’évaluation à l’aveugle me semblent suffisamment compétents pour avoir fait un travail sérieux, même si la présence de quelques propriétés peut surprendre un peu (selon quelques dégustations ponctuelles que j’ai pu faire, mais qui ne couvrent pas les dix millésimes demandés).

 

En revanche, la fusion de propriétés avec d’autres (Magdelaine avec Bel -Air Monange, Bergat avec Trottevieille, Matras avec Canon, Cadet-Piola avec Soutard, Haut Corbin avec Corbin, entre autres) aurait mérité une réflexion plus approfondie, et un peu moins de précipitation, car les terroirs sont loin, dans certains cas, d’avoir de véritables similitudes.

 

82 propriétés ont donc été classés le 06/09/2012, un nombre qui, semble-t-il, étonne certains commentateurs. Cet  ensemble ne représente même pas le dixième des propriétés de l’appellation Saint Emilion.

 

Ce classement révisable tous les dix ans, et désormais ouvert, a pour ma part, l’avantage de susciter l’émulation et la concurrence, ce qui à moyen terme, devrait finir par améliorer la qualité des vins et faire progresser des propriétés endormies, grâce au renouvellement des générations ou à la cession à des acheteurs motivés.

 

Comment pour terminer ce tour d’horizon ne pas rappeler l’aide pointue et précieuse apportée aux propriétés récompensées dans ce nouveau classement par les deux grands consultants de la rive droite Michel Rolland et Stéphane Derenoncourt, à la notoriété internationale reconnue, et pourtant souvent dénigrés et critiqués, dans notre douce France, par les adeptes d’une soi-disant nouvelle vision du vin.

 

Enfin, pour les réticents de la modernité, l’Histoire nous montre que le moderne finit par devenir classique…..

 

 

Posté par Daniel S à 00:01 - Bordeaux Rive Droite - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires


Poster un commentaire