Journal d'un passionné de la rive droite

Dégustations de vins, visites de domaines, et accords mets/vins


Bordeaux
Bordeaux Rive Droite
Bordeaux Rive Gauche
Les vins d'Alsace
Les vins de Loire
Les Vins du Sud-Ouest
Primeurs 2004
Primeurs 2005
Primeurs 2006
Rhône Nord
Rhône Sud
Vins de Bourgogne
Vins du Languedoc-Roussillon

20 février 2012

Pavie-Macquin 2001 et pigeons au foie gras.

C'est l'anniversaire de Florian.

No_l_033

 

Il est féru de vins de Rive Droite, de certains vins de Rive Droite et nous savons précisément lesquels lui font plaisir.

Le menu s'adapte donc aux choix des vins que propose Daniel :


Tourte de saumon fumé à l'aneth

Albert Mann : Riesling Rosenberg 2007

***

Pigeon en cocotte et cuit au foie gras

Emincé de chou rouge aux pommes

Saint Emilion : Pavie Macquin 2001

***

Feuilleté de chèvre Valençay aux poires et baies roses

***

Crème de cerises

Haut-Bergeron 2007

 

 

soir_e_Flo_002

 

Les vins sont dégustés, pour eux-mêmes, et avec les plats sur une durée de 24 à 48 heures.

Alsace : Albert Mann : Riesling Rosenberg 2007

soir_e_Flo_003

La robe est  dorée, avec des reflets, de couleur beige, le nez, net et ouvert, évoque la mirabelle chaude, les agrumes (oranges et citrons), accompagnés de notes naphtées et de fines épices. La bouche est charnue, assez puissante, avec du volume et de l’ampleur dans un milieu de bouche, souligné par des fruits mûrs. La finale est étirée, moelleuse, mais fraîche, pleine, savoureuse, avec de légers amers et des notes salines, mais marquée par des sucres résiduels, actuellement trop présents à mon goût. Noté 15, même note plaisir. A attendre pour que les sucres résiduels se fondent.

Rosemberg_Riesling_2007


 IMGA5134IMGA5135

Saint Emilion : Pavie Macquin 2001

Pavie_Macquin_2001


Le vin n’a pas été mis en carafe, et s’est avéré beaucoup plus fondu 24 heures plus tard. Les commentaires sont ceux de la deuxième dégustation

La robe est profonde, avec des reflets de couleur pourpre à rubis, sans signe d’évolution, l’olfaction est séduisante et expressive, avec des arômes de cerises pures, de mûres sauvages, de cannelle, et des notes réglissées et de truffe noire L’élevage est quasiment intégré  La bouche est veloutée, avec des tannins élégants finement texturés, le vin est dense, avec de la finesse dans un milieu de bouche aux fruits purs et mûrs, bien tenu par des tannins bien tramés, sans la puissance habituelle du cru. La finale est très persistante, allongée, fraîche, délicatement charnue, à la palette aromatique soutenue et savoureuse (fruits, épices, truffes noires) ponctuée de notes salines. Noté 17, même note plaisir

soir_e_Flo_016soir_e_Flo_017

 

Le Haut Bergeron est commenté ici

Posté par Daniel S à 00:01 - Accords mets/vins - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires


Poster un commentaire