Journal d'un passionné de la rive droite

Dégustations de vins, visites de domaines, et accords mets/vins


Bordeaux
Bordeaux Rive Droite
Bordeaux Rive Gauche
Les vins d'Alsace
Les vins de Loire
Les Vins du Sud-Ouest
Primeurs 2004
Primeurs 2005
Primeurs 2006
Rhône Nord
Rhône Sud
Vins de Bourgogne
Vins du Languedoc-Roussillon

08 février 2012

Les cinq ans du blog : mets et vins

ok_5Les vins blancs ont été mis en carafe 8 heures avant la dégustation et conservés dans une cave fraîche, les vins rouges, ouverts en même temps, ont été carafés sur une durée d’une à deux heures avant d’être bus. Comme souvent, certains vins ( rouges et blancs), plus ou moins marqués par la réduction se sont goûtés, avec des plaisirs variables. Le lendemain, ils étaient plus ouverts, et se dégustaient mieux, pour ceux qui étaient les moins plaisants.

 

Champagne : Pierre Gimonet et Fils : Cuvée Millésime de Collection 2002 (en magnum)

ok_2

La robe de couleur jaune pale, laisse entrevoir un cordon de bulles fines, le nez d’une bonne intensité s’ouvre sur des arômes d’agrumes (citron dominant) nuancés de notes florales, et gagnera en complexité au vieillissement. La bouche dévoile une matière mûre, charnue et veloutée, avec une excellente présence dans un milieu de bouche ample. La finale est allongée, persistante, aérienne, tonique et soutenue, soulignée par des agrumes purs et mûrs, et des notes salines. Noté 17, note plaisir 16.  A attendre en cave quelques années.

 

Champagne Francis Boulard et Fille : Cuvée Petraea XCVII-MMVI

ok_4

Deux bouteilles ont été dégustées. La deuxième un peu moins bien, du point de vue aromatique (un peu plus terne). Le premier flacon s’est présenté comme ici.

 

Domaine Huet : Clos du Bourg 2007 (sec) :

ok_1

La robe est jaune, légèrement dorée, l’olfaction, nette et avenante, évoque le tilleul, la verveine, les fruits exotiques accompagnés de notes de coing bien mûr, et de très légères épices douces. L’attaque est fraîche, avec un vin qui de développe moelleux et charnu, dans un centre bien tenu, assez rond et fruité, l’acidité « mûre » donne de l’allonge à une finale, bien dessinée, aux fruits expressifs, florale et minérale, malgré quelques sucres résiduels. Noté 16, note plaisir 15,5. A Attendre deux ou trois ans en cave pour une meilleure note plaisir.

 

Bourgogne : Boisson Vadot Meursault 2007

La robe est jaune pâle, le nez est fortement soufré (allumette craquée ou pétard éclaté) sans aucune autre expression aromatique. La bouche est fraîche, tendue, plus charnue et plus moelleuse dans son milieu, avec des saveurs agrumées, la finale, de longueur normale, est assez fruitée (citron) avec des notes de poire, et toujours un goût de soufre très soutenu, tout au long de la dégustation. Non Noté. Les fortes odeurs de soufre, présentes sur toutes les bouteilles à l’olfaction, ont été rédhibitoires pour certains participants qui ont interrompu la dégustation à ce stade . Non Noté. A revoir sur un autre millésime.

Les mets accompagnant les vins blancs seront présentés dans la prochaine chronique, avec les commentaires des deux derniers vins blancs

repas_du_3_f_vrier_au_soir_015

Posté par Daniel S à 00:01 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires


Poster un commentaire