Journal d'un passionné de la rive droite

Dégustations de vins, visites de domaines, et accords mets/vins


Bordeaux
Bordeaux Rive Droite
Bordeaux Rive Gauche
Les vins d'Alsace
Les vins de Loire
Les Vins du Sud-Ouest
Primeurs 2004
Primeurs 2005
Primeurs 2006
Rhône Nord
Rhône Sud
Vins de Bourgogne
Vins du Languedoc-Roussillon

02 février 2011

Deux vins d' Emmanuel Reynaud

Les conditions de dégustation

 

Pignan   2002 a été dégusté et bu sans mise en carafe, sur une durée de 48 heures. Il a été servi à une température d’environ 12° en laissant la température remonter dans le verre. La dégustation la plus satisfaisante a été celle faite 24 heures après l’ouverture de la bouteille.

Le second vin a été mis 24 heures en carafe, puis conservée à 13° avant la première dégustation. Le vin a été bu sur une durée de 48 heures. Ce vin a accompagné avec brio et une grande justesse des magrets de pigeonneau, et des navets au miel et gingembre accompagnés d’un chutney de bigarreau et d’une quenelle aux abats de pigeonneau et au foie gras. Un très grand moment de gastronomie.

100_6042___Copie

 

Châteauneuf du Pape : Pignan 2002

La robe, presque diaphane, prend une teinte carmin à orangée, le nez est expressif et avenant, avec des parfums de roses fanées, de fraises, de cerises ( griottes) et des notes d’herbes de Provence, de chocolat et d’épices variées. La bouche est souple, délicate, avec des tannins très fins, mais peu structurants, le milieu de bouche, un léger ton au dessus de la mise en bouche vaut essentiellement par la qualité des saveurs séduisantes et assez complexes, qui se prolongent et portent une finale à la bonne persistance aromatique. Noté 15,5

Un vin titrant 14° qu’il est nécessaire de servir à la juste température, pour éviter que l’alcool ne soit rédhibitoire.

 

Châteauneuf du Pape : Rayas 2000

La robe est moyennement soutenue, de couleur grenat à rubis, avec des reflets de couleur brique sur le bord du disque, l’olfaction évoque, avec séduction et une bonne intensité, des arômes de cerises, de fraises des bois; de thym, de laurier, accompagnés de notes de cacao, de menthol, d’épices et de réglisse. L’attaque est soyeuse, avec des tannins fins et ciselés, les saveurs sont intenses et précises dans un centre finement texturé, à la chair fine, mais serrée. La finale, longiligne dans sa construction, est très persistante, complexe dans l’association des saveurs, d’un bon très équilibre entre les divers composants . Noté 17, 5

Un vin qui n’est pas encore dans sa plénitude

P1010441

 

Daniel

Posté par Daniel S à 00:01 - Rhône Sud - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires


  • Miam...

    Salut Daniel,

    je veux bien te croire sur l'accord pigeonneau-Rayas... La dégustation d'un 89 avait aussi révélé que ce dernier était encore bien debout et à la juste maturité...
    PS : C'est 12° qu'il faut lire j'imagine pour Pignan...)

    Posté par docadn, 03 février 2011 à 06:46
  • MIAM

    Bonjour Doc,

    Merci pour la coquille, je l'ai corrigée.
    D'accord avec toi, il faut donner du temps à Rayas pour le boire dans sa plénitude.

    Daniel

    Posté par Daniel S, 03 février 2011 à 14:29

Poster un commentaire