Journal d'un passionné de la rive droite

Dégustations de vins, visites de domaines, et accords mets/vins


Bordeaux
Bordeaux Rive Droite
Bordeaux Rive Gauche
Les vins d'Alsace
Les vins de Loire
Les Vins du Sud-Ouest
Primeurs 2004
Primeurs 2005
Primeurs 2006
Rhône Nord
Rhône Sud
Vins de Bourgogne
Vins du Languedoc-Roussillon

16 décembre 2010

Mon Grand Tasting à moi...

Comme je suis disciplinée, je suis à la lettre la recommandation de M. Bettane et de T. Desseauve : faire de mon guide du Grand Tasting le témoignage de mes émotions  gustatives, de mes rencontres et de mes bonheurs...
Des émotions gustatives, évidemment j'en ai eues; elles me sont entrées dans la gorge.
Même quand j'ai recraché, elles se sont quand même faufilées. J'ai eu beau lutter, me trémousser, me relever sur mes échasses taille 36, glavioter au mieux dans les entonnoirs pour détendre mes baudruches de  joues, parfois elles glissaient, m'émerveillaient et le vigneron me faisait l'effet du Caporal Miller sur les canons de Comptoir, à défaut de ceux de Navarone et du vrai David Niven de Saint Emilion... , Stephan von Neipperg.
Et j'ai crachouillé du Sipp, du Château d'Arche, La Marzelle, La Tour Figeac, Lafaurie-Peyraguey, Glibette, Lafon Rochet,  Le Prieuré, Palmer, Rouget, Cos d'Estournel, Confetti, Domaine de Chevalier, Domaine Jacques Prieur, Troglodytes, Ayala, Bollinger, Ornythorinque, Champ des soeurs, Patrick Baudoin, Domaine de la Mordorée, Domaine de la vieille Julienne, Gourt de Mautens, Echalote et Chapoutier. Voilà, des rencontres éblouissantes, avec des vignerons toujours prêts à répondre aux questions des amateurs désireux de savoir où se trouvent Savennières, Anjou et Chenin(1), aux sollicitations de jolies jeunes dames qui vous écrasent de leurs plantureux 95 C pour réclamer le 100% chââârdonnnnêêt(2)... au brave Hervé Augustin qui n'est même pas venu avec son Noir de noirs... Pfff!
Des vins grandioses bien sûr, qui respectent leur pedigree.
Par exemple.
J'étais juste en train de noter pour le Chevalier blanc 2007, qu'il était d'une fraîcheur... subtile, élégante,... fumée, presque insaisissable dans les contours hespéridés qui le distinguent de tout autre Pessac-Léognan, lorsque des oenophiles passionnés (ça se remarque à la cravate) avancent les lèvres pour trouver du "pipi de chat". Alors, j'ai barré dans mon carnet "tilleul" et je l'ai remplacé par "pipi de chat". Je les ai écoutés et ils expliquaient que c'était normal, c'était typique du sauvignon. J'étais tellement contente de l'apprendre que j'ai décidé d'appeler mon chat (pas encore né) Sauvignon.
Au stand Palmer, j'ai vécu les prouesses du Grand Vin, capable de tétaniser le temps, atteint de progéria. Même tout jeune, il présente des arômes de cuir... Je soupire :  je n'avais trouvé que des parfums de fruits rouges. J'ai donc conçu les plus vives inquiétudes pour mon odorat.  Je me suis mouché le nez. Comme j'ai été bousculée, le mouchoir est tombé. Je me suis baissée. Ma prestidigitation a des limites, le vin qui me restait dans le verre s'est malencontreusement vidé sur des pieds alentour. Dans mes malheurs, toutefois, mes efforts ne sont pas restés vains. Curieusement  et en un instant, j'ai reperé des notes de cuir dans le Palmer 2006.
J'ai fini par trouver le mot chic et choc lorsque l'on se trouve aux stands des Bordeaux. C'est le mot "boisé". A la fin de la journée, pour faire bien, lorsque je me sentais regardée par de gentils messieurs, trois clignements d'yeux, l'oeillade et le mi-sourire, je lançais un magistral "Hum... trop boisé!" (oui, parce qu'on a le choix entre "trop boisé", "plutôt boisé", "encore boisé", c'est selon... ). Une fois, j'ai fait mouche ! Un magnifique latino-gominé à l'oeil convoiteux qui me lorgnait par dessus le rond de son verre m'approuve, et m'indique d'une voix de rogomme à faire vibrer les oreillettes des coeurs sensibles que l'élevage n'est pas intégré...
Là, il m'a impressionnée.
Je me suis dépêchée d'écrire la phrase pour pouvoir la replacer un jour...
Ma plus belle rencontre s'est faite autour d'un vin du Domaine Troglodyte, la cuvée L'Habitat Pierre. Superbe! A boire à grande lampée!
Le vigneron m'a fascinée. Un extraordinaire courage... Après une carrière menée de main de maître comme dirigeant d'une des plus grandes firmes internationales  de soda (qu'il m'a demandé de taire), il a tout quitté, chien, chat, femmes et enfants, et s'est reconverti dans le vin. Le sien est succulent. Croquant de fruit. Au début d'ailleurs, j'ai pensé que c'était une méthode champenoise, mais pas du tout. Grâce au censouphre, un intrant actuellement de plus en plus utilisé par les vignerons, la teneur en CO2 est naturellement plus élevée. Ce qui rend le vin remarquable de légèreté, éclatant même, comme jaillissant... Difficile de recracher quand on goûte à L'Habitat Pierre. Un grand moment.

Mais le plus exaltant de la journée, je l'ai vécu grâce au Master Class Prestige "Les Etoiles de Pomerol". L'Evangile 2005, magnifique étoile filante... , monté tellement haut au firmament du grand Carrousel du Louvre, qu'il ne pourra être dégusté que des yeux. Nous ne dégusterons que trois vins, contre quatre annoncés lors de l'inscription(3) Je n'en suis pas certaine mais je crois que c'est la première fois que je paie pour ne pas déguster. Je n'avais jamais eu ce privilège. Je mesure vraiment à ce moment ma chance...




Isabelle



PS : les faits mentionnés (1),(2) et (3) sont véridiques. Pour information, un Master Class Prestige coûte 40 €. L'Evangile 2005 n'a pu être proposé à la dégustation en raison d'un contretemps, qu'ont déploré bien évidemment les organisateurs. Nous nous sommes contentés d'excuses, à défaut d'un autre vin.
PPS : j'aime les vins bios...
PPPS : j'aime les Bordeaux...

Posté par Daniel S à 00:02 - Billets d'humeur - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires


  • Délicieux article!

    Posté par Julien, 18 décembre 2010 à 01:37
  • Merci beaucoup de votre lecture,

    Isabelle

    Posté par Isabelle, 18 décembre 2010 à 07:59
  • D'une...

    ...revigorante causticité tendre et cinglante à la fois. Rien de minéral dans vins goûtés et les es-qualité rencontrés ? Pcqu'avec les compères "boisé" et "cuir" (qui peut-être vieux ou gras, "minéral fait d'ordinaire trio...

    Posté par christian Bétour, 18 avril 2011 à 12:00
  • Ja-loux

    Isabelle,
    Je découvre ce texte grâce à ton lien sur Facebook et je suis jaloux de ne pas l'avoir écrit. Certes c'est plus délicieux vu par une dame. Merci pour ce bon moment de lecture.
    Laurent

    Posté par Baraou, 04 décembre 2011 à 11:30

Poster un commentaire