Journal d'un passionné de la rive droite

Dégustations de vins, visites de domaines, et accords mets/vins


Bordeaux
Bordeaux Rive Droite
Bordeaux Rive Gauche
Les vins d'Alsace
Les vins de Loire
Les Vins du Sud-Ouest
Primeurs 2004
Primeurs 2005
Primeurs 2006
Rhône Nord
Rhône Sud
Vins de Bourgogne
Vins du Languedoc-Roussillon

09 septembre 2010

Foires aux Vins 2010 (1)

 

Encore une fois les enseignes de la grande distribution font la part belle aux vins de Bordeaux, avec une proportion importante de vins du millésime 2007.

Le millésime 2007 à Bordeaux est un millésime moyen  (Lire ici...) vendu à des prix élevés. Les ventes en primeurs ont été mauvaises et de nombreux négociants de la place de Bordeaux se sont retrouvés, avec un stock important dans leurs chais de bouteilles de ce millésime qui plombent leur bilan. Quand on connaît le nombre de bouteilles produites en moyenne, chaque année, par les propriétés du Médoc (entre 200.000 et 250.000) de premier vin, par une majorité d’entre elles, les foires aux vins sont un évènement incontournable pour écouler ces stocks.

Le principal intérêt du millésime 2007, c’est la qualité des vins blancs qu’ils soient secs ou liquoreux.

Les Pessac-Léognan et les Graves sont particulièrement réussis (ici), quant à Sauternes, 2007 est un grand millésime (ici).

Je ne détaillerai pas, dans cette chronique, les offres par enseignes que vous pouvez trouver facilement.

Il faudra être attentif aux offres régionales, voire locales, car le catalogue national des grandes enseignes ne propose que très peu de vins  blancs secs bordelais et de Sauternes, dans le millésime 2007.

Les vins rouges bordelais du millésime 2008, bénéficient d’un excellent rapport qualité /prix, comme les blancs secs aussi, c’est vers ces vins que doit se tourner l’amateur de Bordeaux, je pense notamment pour les vins rouges à Haut Bailly, Smith Haut Lafitte, Poujeaux, Lynch-Bages, La Fleur de Boüard, Pavie Macquin, etc. (ici).

Notons que les châteaux qui pratiquent un élevage long ne proposeront leurs vins, en FAV, qu'en 2011.

Pour les achats de vins d’un millésime antérieur à 2007 ou à 2008, il faudra s’assurer que les vins proviennent soit d’entrepôts climatisés, soit en direct de la propriété (l’été 2010 fut chaud), et qu’ils ont été livrés pour ces FAV, sous peine de désillusions lors des dégustations.

Daniel


Posté par Daniel S à 00:03 - Divers - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires


  • Bonjour Daniel,

    Je reste étonné par la dureté avec laquelle fut traité le millésime 2007 dans son ensemble.

    Récemment je me suis rendu en Saint Emilion, et sur les quelques propriétés visitées, les 2007 sortaient du lot. Et de loin vis à vis des 06 et 08. Certes plus généreux, voire faciles. Plus lisibles pour le consommateur lambda qui peut légitimement se laisser surprendre.

    Pourtant, le 2007 offrait une lecture plus évidente des terroirs, révélait surtout un fruit d'une grande finesse et surtout des finales tendues, très verticales et des persistances vibrantes, sur la retenue. Des lectures plus délicates à décrypter il est vrai aussi.

    Maintenant, je ne garantis pas que les 2007 chez les grands domaines (sur le papier seulement) puissent offrir une réelle expression minérale et profonde du niveau des domaines visités.

    Les 2008 dégustés révélaient de beaux fruits, plus de volume et de gourmandise au détriment de la tension, et de la profondeur. Seuls les domaines les plus pointilleux (à la vigne car ne l'oublions pas 80% du boulot se fait là-dessus) ont réussi leurs 2007, sur ceux que j'ai pu déguster.

    Allez citons-les, ces exemples à suivre, tu les connais déjà j'imagine !

    Chateau Fonroque 07 est une bombe, Cuvée "1901" de chateau Beauséjour une tuerie, Cassini 07 une vraie gourmandise. Chateau Mangot 07 goute bien également.Et à chaque fois c'est bien le 2007 qui sort du lot, par sa définition, et sa tension minérale. C'est justement sur ces "petits" millésimes que les grands vignerons arrivent à sortir du lot.

    Mais là, il faut se rendre sur place pour s'en procurer.


    Réhabilitons le 2007, millésime des vrais vignerons...!

    Posté par Emmanuel Delmas, 09 septembre 2010 à 00:56
  • Bonjour Emmanuel,
    Merci pour ton intervention basée sur des dégustations.
    Je crois qu'il faut distinguer, pour les vins du millésime 2007, les vins de la rive gauche des vins de la rive droite.
    Comme tu le rappelles, les qualités d'un vin, c'est avant tout un travail rigoureux à la vigne, en somme un vrai métier de vigneron.
    Les petites propriétés de la rive droite sont souvent travaillées comme un jardin, avec en plus des sélections parcellaires, le cas de Beauséjour 1901 en est l'exemple type, et le 2007 est très réussi, comme à Fonroque en progression constante. Il y a des vins de grande qualité en rive droite dans ce millésime à condition de ne pas rechercher lors des vinifications plus de matière que le millésime ne peut donner.
    Pour ma part 2008 me semble plus abouti, en terme de maturité des raisins, sur les deux rives, avec des milieux de bouche plus denses et plus pleins. L'acidité gustative peut paraître un peu plus vive, mais quand les raisins sont mûrs, elle donne beaucoup de fraîcheur et d'équilibre aux vins, sans être excessive.
    2008 a , à mon avis un potentiel de garde plus élevé que 2007, et surtout les prix rendent ces vins plus attactifs.

    Posté par Daniel S, 09 septembre 2010 à 19:05
  • Bonsoir Daniel,


    Yes je te suis là-dessus. Mais il faut bien choisir ses propriétés.
    Comme tu le dis, éviter les domaines qui tentent d'extraire, et se tourner vers ceux qui optent pour plus de précision et de justesse à tous les niveaux. Ce sont ces domaines qui peuvent réconcilier beaucoup de sceptiques concernant les Bordeaux.

    Pour ma part ma préférence va bien aux 2007 actuellement, parce que je préfère les vins plus précis et retenus.Et vive les "vins de jardins" !

    Je reste méfiant malgré tout vis à vis de pas mal de domaines dégustés sur 2008, et je serai curieux de voir l'évolution des 2009, un millésime bien prometteur. Mais là encore il faudra être pointilleux, vu les prix délirants pratiqués par ceux qui se voient trop beaux, d'ailleurs.

    Je devrai revenir prochainement sur Bordeaux, sans doute dans les Côtes. Re-goûter plus en profondeur les vins de Paul Barre, entre autres.
    Dénicher les jardiniers et partir à la cueillette des fleurs !
    Car il y a quand même quelques petites pépites...puis la rive gauche l'année prochaine.



    Emmanuel

    Posté par Emmanuel Delmas, 10 septembre 2010 à 01:08
  • Emmanuel,

    Je lirai avec intérêt tes commentaires sur tes prochaines dégustations des vins de Côtes, et de la rive gauche ensuite.

    Daniel

    Posté par Daniel S, 10 septembre 2010 à 19:26

Poster un commentaire