Journal d'un passionné de la rive droite

Dégustations de vins, visites de domaines, et accords mets/vins


Bordeaux
Bordeaux Rive Droite
Bordeaux Rive Gauche
Les vins d'Alsace
Les vins de Loire
Les Vins du Sud-Ouest
Primeurs 2004
Primeurs 2005
Primeurs 2006
Rhône Nord
Rhône Sud
Vins de Bourgogne
Vins du Languedoc-Roussillon

22 mai 2010

Le domaine Vernay aux Vignes de Léo (2)

20100512_322_DERE_VERNAY

Présentation des trois Condrieu blancs, Les Terrasses de l’Empire, Les Chaillées de l’Enfer et le Coteau de Vernon

Les méthodes culturales au Domaine Vernay sont biologiques mais non certifiées, disons… non revendiquées comme telles. C’est davantage une philosophie, une idée précise du meilleur produit qu’un argument de vente.

Le travail sur les Coteaux est difficile. Christine emploie un homme par hectare. (Partout ailleurs, c’est en moyenne un employé par hectare !)

Le travail se fait sur échalas, et la taille est en guyot simple.

La vinification est classique ; le raisin est en vendange entière, cueilli le matin, en caissette de 20 kgs. Après un pressurage automatique, un débourbage à froid, le vin est selon les cuvées mis en cuves tronconiques ou en barrique pour les fermentations alcoolique et malolactique.

Les températures de fermentation ne dépassent pas les 17/19°, et le chai est climatisé.

Le but est de garder la typicité qui intéresse les Vernay. L’élevage est de 10 mois ou d’un an pour les vieilles vignes, et la mise en bouteille se fait au bout de 14 mois.

Les malolactiques sont toujours faites, car elles se déclenchent naturellement. Il est vrai que les équilibres en acide ne sont pas énormes, mais comme il n’y a pas vraiment de malique non plus, les fermentations malolactiques ne déséquilibrent pas le vin. Pour preuve, le millésime 2003…

 

Stéphane Derenoncourt intervient : le viognier n’est pas le cépage qu’il affectionne, loin s’en faut. Mais il est convaincu de l’exception en terme de qualité qu’offrent les vins de Christine Vernay. Elle sait, par un travail dont il se dit admiratif, présenter la substantifique moelle du meilleur de ce que peut apporter ce cépage lorsqu’il est aussi habilement conduit…

 

Christine précise que ses vins ont un potentiel de vieillissement de 2 à 3 ans, mais pour autant, elle souhaite conserver l’usage du bouchon.

Stéphane précise qu’effectivement, étant dans l’optique d’une consommation rapide, l’usage de la capsule à vis pourrait se justifier ! mais on préfère rester sur le bouchon… pour des raisons culturelles, qui agissent comme un blocage en réalité pour oser passer à l’emploi de la capsule… C’est si doux d’entendre déboucher une bouteille…

Pour autant, il ne faut pas méconnaître les problèmes que pose le liège. Il s’agit d’une demande toujours croissante pour une production restreinte et donc de plus en plus cher. Quant aux choix alternatifs, comme les plastiques ou les lièges technologiques, rien ne garantit qu’ils ne sont pas captifs d’éléments polluants…

 

La traduction d’une expression minérale dans les vins de Christine Vernay, selon elle, serait une signature en terme de fraîcheur dans les vins que peuvent apporter des sols granitiques à biotites. La vigne est obligée d’aller chercher dans les fissures des réserves. C’est ainsi que les vignes vont chercher les expressions de leur terroir.

 

 

Les Chaillées de l’Enfer,2008

A l’olfaction beaucoup de miel et d’odeurs de fruits jaunes se répandent sur des impressions d’épices orientales (curry, safran), définissant une palette aromatique subtile, éclatante et vivante et nullement contredite par une bouche qui l’étoffe davantage encore en accordant à cette fraîcheur la sensation de menthe. La longueur est magistrale, savoureuse, imprégnée du melon et de fleurs. Le vin est relativement tendu, d’un bel équilibre en terme d’acidité et de maintien.

 

 

Le mot « chaillée » est un terme local – de l’Ancien Français, « chaillou », qui a donné caillou – et qui désigne les terrasses…sur lesquelles, le travail s’en est trouvé très ardu, très difficile notamment en raison de la chaleur…

 

Les Chaillées de l’Enfer est une cuvée qui est vinifiée séparément, en barrique, dont 1 sur 4 neuve de chêne français et élevage d’un an. La cuvée 2008 a été mise en bouteille en décembre 2009.

Elle a pour caractéristique de présenter des notes réglissées, miellées et des notes de pain d’épices.

Les rendements pour les deux cuvées que sont Les Terrasses de L’Empire et Les Chaillées de L’Enfer sont respectivement de 28 hl/ha et de 30hl/ha, avec une forte densité d’un mètre sur un mètre.

Les Chaillées se présentent dans la « flûte », qui est la bouteille traditionnelle du Condrieu.

1992 est le premier millésime des Chaillées.

 

Les Terrasses de l’Empire, 2008

Il s’agit d’un assemblage de différentes parcelles de viognier bien implantées dans un terroir de granit.

2008 a été un millésime difficile

 

A l’olfaction, certaines impressions de menthe saisissent la tenue aromatique des fruits (poire, pêche, mais fraise au sucre également) et des fleurs (rose ou violette…)

La bouche apporte beaucoup d’amplitude. Savoureuse dès l’attaque, usant son écot de miel, de bonbons des Vosges, de pêche, elle signe d’une belle présence dans son milieu, enrobe le maintien qui sait se finir subtilement grâce à l’acidité qui apporte ce qu’il faut de fraîcheur tant dans ses prolongations qu’aux notes de fruits jaunes qui gagnent alors en pureté.

 

 

Coteau de Vernon, 2008

Belle olfaction, dense, capiteuse et d’une grande générosité de fruits à l’identique du précédent : pêche, melon, abricot.

La bouche est tendue, bien marquée de son acidité pour construire une finale fraîche et gourmande sur les amandes, le miel, la cannelle, le zan et autres épices, d’une belle complexité.

 

Le Coteau de Vernon est à faire vieillir. On a dégusté un 72, jeunesse et fraîcheur époustouflantes.

On a cette amplitude et cette complexité et terroir qui s’exprime à pleine bouche…dans le Coteau de Vernon. C’est l’expression la plus noble du Condrieu. On produit 7000 bouteilles sur une production normale. Ce Coteau est le berceau du domaine – les terrasses sont sur le cœur de l’Appellation - planté par son grand-père dans les années 1940 et son père dans les années 1960.


Isabelle

Gros_plan_Dere

 

Posté par Daniel S à 00:01 - Rhône Nord - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires


Poster un commentaire