Journal d'un passionné de la rive droite

Dégustations de vins, visites de domaines, et accords mets/vins


Bordeaux
Bordeaux Rive Droite
Bordeaux Rive Gauche
Les vins d'Alsace
Les vins de Loire
Les Vins du Sud-Ouest
Primeurs 2004
Primeurs 2005
Primeurs 2006
Rhône Nord
Rhône Sud
Vins de Bourgogne
Vins du Languedoc-Roussillon

25 novembre 2009

Trois séduisantes syrahs

Commentaires de Daniel

 

Je commente aujourd’hui, des vins qui ont été ouverts pour accompagner des gibiers ( palombes, pigeons, et perdreaux ). Comme d’habitude les vins sont goûtés seuls, puis redégustés 24 ou 48 heures plus tard. Ils ont été mis en carafe, et conservés ainsi à 13 degrés, jusqu’à leur ultime dégustation. La syrah de Simon Maye a déjà été décrite précédemment, mais comme elle a fait l’objet de l’accord mets/vins, elle est évoquée une nouvelle fois aujourd’hui.

Demain, nous replacerons ces vins, dans le cadre du repas et des accords recherchés

 

Jamet : Côte rôtie 2004

La robe assez soutenue offre des teintes pourpres à rubis, le nez d’intensité moyenne, est net avec des arômes de cerises fraîches, de cassis léger, d’olives noires et d’herbes de Provence, avec des notes végétales et légèrement poivrées, la bouche est souple, avec une trame tannique assez fine, au grain enrobé et sans aspérité, les fruits sont frais avec toujours une petite sensation végétale tout au long de la dégustation, un centre, d’une bonne tenue, mais plutôt ramassé que large, la finale, d’une bonne persistance, est fraiche, élégante dans sa texture, aux fruits légèrement acidulés, finement épicée, avec une petite note saline en ultime sensation. Noté 16

 

Guigal : Château d’Ampuis 2001

La robe est profonde, avec un liseré de couleur pourpre à sanguine, au bord du verre, l’olfaction est généreuse, intense, avec des parfums de cerises noires, de cassis, d’humus, de terre, de poivre, d’épices douces, d’herbes aromatiques; une chair serrée habille des tannins, fins et assez compacts dans leur texture, le toucher de bouche est velouté, des fruits mûrs et expressifs soulignent un milieu de bouche étoffé et bien charpenté, la finale, aux tannins toujours aussi racés est pleine, étirée par une acidité gustative perceptible, mais maîtrisée, qui donne du pep au vin et aux saveurs fruitées, finement épicées, des sensations minérales salines ponctuent la dégustation. Noté 17

 

Simon Maye : Syrah vieilles vignes 2006

La robe est soutenue, de couleur violine, le nez est fin élégant, très floral ( violettes ) en premières intentions, les parfums de cassis et de cerises écrasés croquants, sont purs et éclatants de fraîcheur, la trame tannique est fine, dense, racée, les fruits d’une grande pureté accompagnent les sensations ascendantes qui aboutissent à une centre structuré avec élégance et plénitude, l’acidité gustative, d’une belle justesse allonge le vin dans une finale précise, fruitée, finement poivrée, florale (violettes), aérienne, et minérale. Noté 17+

 

Posté par Daniel S à 00:01 - Rhône Nord - Commentaires [7] - Permalien [#]

Commentaires


    Ah les Syrah!

    Belle série!
    Quel est le vin qui était le plus marqué par l'acidité ?
    Au niveau des accords,je trouve que les jeunes vins de syrah trouvent leurs meilleures harmonies avec des viandes rouges,simples et sans artifices.Pour les gibiers,les plus agées des syrah me semblent bien convenir...Je parie pour Château d'Ampuis pour le meilleur accord avec le plat...

    Posté par Laurent Saura, 25 novembre 2009 à 08:00
  • Bien anticipé!

    Bonjour Laurent,

    Mise gagnante!

    C'est Ampuis 2001 qui s'est le mieux vécu sur le gibier ; plus précisément sur les perdreaux.

    Mes commentaires l'expliciteront demain.

    Pour ce qui est de l'acidité, je laisse Daniel répondre. Peut-être était-elle mieux intégrée dans les vins de Jamet et de Guigal...
    Je n'ai pas pris de notes pour le vin de Simon Maye (trop affairée en cuisine à ce moment-là), mais je sais qu'il m'a largement moins convenu en terme d'accords. Ce qui ne retire rien ni à sa qualité ni au plaisir procuré. C'est juste qu'il réclame des mets moins "faisandés".
    Amicalement,

    Posté par Isabelle, 25 novembre 2009 à 08:54
  • ça m'étonne pas..

    Intéressante confrontation de Syrah!
    En Suisse, la chasse ne concerne pas les gibiers à plumes, pour la plupart rares et protégés. Il est donc particulièrement inhabituel d'en consommer ici (malheureusement). Donc, pas étonnant que le vin de Maye ne s'accorde pas avec ces mets
    Ici, en période de chasse, on mange plutôt des grosses bébêtes comme le sanglier, le cerf, le chamois etc..

    Posté par Alain Bringolf, 25 novembre 2009 à 10:07
  • "Donc, pas étonnant que le vin de Maye ne s'accorde pas avec ces mets "

    Bonjour Alain,

    Je me suis toujours interrogée ( à dire vrai, cet aspect me fascine...) sur ce que j'appelle le déterminisme culturel en terme d'appréciation culinaire. Voyez les rapprochements géographiques des mets et des vins, en particulier des fromages- à quelque exception près-, ils sont souvent les plus appropriés.
    Je prends assez au sérieux votre plaisanterie...

    Amicalement,

    Posté par Isabelle, 25 novembre 2009 à 10:35
  • Laurent et Alain,
    Concernant l'acidité : aucun vin ne présentait d'acidité rédhibitoire, et surtout pas le château d'Ampuis 2001, dans lequel elle était la mieux intégrée, un peu plus vive chez Jamet et Maye.
    la syrah de Maye n'a pas été choisie pour l'accord mets/vins,mais pour qu' Isabelle fasse connaissance avec ce vin en dégustation pure.
    Ceci dit , Laurent et Alain, nous vont attendons dans 10 ans ( je suis optimiste!!!) pour un accord gibiers à plume, et cette syrah "vieilles vignes" de Simon Maye, que je vais laisser vieillir. Allez, je rajouterai château d 'Ampuis 1999.

    Daniel

    Posté par Daniel S, 25 novembre 2009 à 21:29
  • Mais dans dix ans Daniel,tu seras encore jeune homme,toujours prêt à découvrir et à expérimenter!!

    Posté par Laurent Saura, 25 novembre 2009 à 21:44
  • ça c'est bien vrai, Laurent..
    Un ami de mon papa a 86 ans l'année prochaine. C'est encore un excellent dégustateur qui arrive encore bien à reconnaitre l'origine des vins qu'on lui sert! Il utilise juste un language plus à l'ancienne, càd aux termes moins techniques que les jeunes comme nous

    Posté par Alain Bringolf, 26 novembre 2009 à 09:02

Poster un commentaire