Journal d'un passionné de la rive droite

Dégustations de vins, visites de domaines, et accords mets/vins


Bordeaux
Bordeaux Rive Droite
Bordeaux Rive Gauche
Les vins d'Alsace
Les vins de Loire
Les Vins du Sud-Ouest
Primeurs 2004
Primeurs 2005
Primeurs 2006
Rhône Nord
Rhône Sud
Vins de Bourgogne
Vins du Languedoc-Roussillon

09 octobre 2009

Un repas dégustation phénoménal (6)

Ces deux vins ont été servis ensemble, ils sont du même millésime, autant le vin de l’Hermitage m’a semblé assez évident (J’ai évoqué un Chapelle 1989 de Jaboulet  bue, il y a deux mois) autant la Côte Rôtie en l’occurrence La Landonne de Rostaing m’a paru être un vin plus vieux (j’ai pensé au millésime 1983). Le Pavillon de Chapoutier semble être sujet à des commentaires très contrastés de la part des critiques professionnels, ce vin est d’un style plutôt masculin, un peu brut de décoffrage en début de dégustation. L’ami qui nous recevait l’a redégusté sur une durée de 48 heures, le vin avait une structure tannique plus fondue, et une présence éblouissante, donc il faut l’aérer et le préparer sans crainte.

Côte Rôtie : La Landonne : Rostaing 1989

La robe est moyennement soutenue, de couleur rubis, avec de légères notes d’évolution ( orangées), elle prend de la couleur au fur et à mesure de la dégustation, le nez est avenant, net , avec des arômes d’humus, d’hydroxyde de fer de cerise, des notes de cassis et des épices variées ( sans sensation de poivre dominant), beaucoup de finesse et d’élégance dans la trame tannique aux grains parfaitement enrobés par une chair délicate, des fruits séduisants, et d’une bonne fraîcheur, le vin s’impose naturellement en milieu de bouche , sans outrecuidance, la finale est étirée, d’une bonne persistance, avec une palette aromatique assez complexe qui associe les fruits aux arômes tertiaires. Des notes salines et d’hydroxyde de fer en ultime sensation. Noté 16,5+

Hermitage : Chapoutier Le Pavillon 1989

Premier millésime produit sous cette étiquette

La robe est profonde de couleur rubis au bord du verre, sans signe évident d’évolution ( l’éclairage de la pièce est faible), l’olfaction est généreuse, d’une bonne intensité, avec des parfums de cassis, de boite à épices, d’ herbes méditerranéennes séchées, des notes de truffes noires, l’attaque est riche , avec une trame tannique très structurante et dense, avec un cœur ferme, les fruits sont murs, exprimant encore leurs arômes primaires, le milieu de bouche est musculeux, même un peu viril, puissant, la finale, d’une excellente persistance, est équilibrée, bien campée sur une tannicité plutôt ferme, savoureuse, d’une bonne complexité, minérale (silice)en ultime sensation Noté 17,5

Posté par Daniel S à 00:01 - Rhône Nord - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires


  • En fait,il s'agit du premier Pavillon millésimé,car il y eut avant d'autres "Pavillon" non millésimés,issus de l'assemblage de plusieurs millésimes.
    Ce Pavillon 89 est un superbe vin,encore bien jeune.

    Posté par Laurent Saura, 09 octobre 2009 à 07:54

Poster un commentaire