Journal d'un passionné de la rive droite

Dégustations de vins, visites de domaines, et accords mets/vins


Bordeaux
Bordeaux Rive Droite
Bordeaux Rive Gauche
Les vins d'Alsace
Les vins de Loire
Les Vins du Sud-Ouest
Primeurs 2004
Primeurs 2005
Primeurs 2006
Rhône Nord
Rhône Sud
Vins de Bourgogne
Vins du Languedoc-Roussillon

26 août 2009

Château Puygueraud : Côtes de Francs

Présentation et Commentaires d'Isabelle

Outre les Charmes Godard, Puygueraud est l’autre appellation en Côtes de Francs que détient la Famille Thienpont depuis 1946. Elle est certainement celle qui a été la plus décisive dans le parcours de Nicolas, puisqu’il y a mené la première vinification après son retour au domaine en 1983.

A l’image biblique de « L’Enfant prodigue », mais positive (Nicolas précise : on n’a pas tué le veau gras ! ») le temps « vécu » en d’autres lieux (philosophie, droit, polyculture) lui ont apporté l’envie de visions nouvelles pour offrir grâce à Puygueraud l’originalité des plus belles expressions d’un Côtes de Francs.

Puygueraud 2003, dégusté en février 2009

Nez floral (rose fanée), et impressions de craie...

Cerises caramélisées en bouche, qui s'épanouissent sur un tissu tannique assez tendu, peut-être un peu ferme, épousant les formes rustiques d'un vin qui n'exprime pas encore tout son potentiel... Jolie acidité qui apporte beaucoup de droiture. Léger camphre dans la finale... Vin, d'un grand classicisme, avec un charme fruité...

Puygueraud 2000

Le sensualisme des parfums vernissés, de cire et de vieille armoire fait les agréments olfactifs essentiels d'un bouquet floral et fruité dense et capiteux à la fois.

La bouche est d'une grande complaisance tannique, joue sur les rondeurs délicates de ses tannins, se nourrit d'un fruit profond et écumeux (le sureau) pour la majesté des expressions. La finale s'abîme dans l'épaisseur du fruit en raison de la délicate impressivité de son acidité, et révèle sa minéralité crayeuse.

La Cuvée « George », créée en hommage au père de Nicolas qui a racheté le Domaine de Puyguéraud en 1946 est composée de malbec, cépage qu’il affectionnait particulièrement.

La Cuvée George du Château Puygueraud, 2003, dégustation février 2009

Belle découverte que ce vin!

Plutôt atypique quant à ce qu’on attend des Côtes de Francs.

Il s'attribue au nez des notes réglissées, épicées, avec un cumin et un clou de girofle aisément décelables. En bouche le thym officie sur une ample palette d'arômes de myrtille et de mûre. L'expression tannique est plaisante car enrobée, apportant une belle concentration, d'une grande souplesse, cependant! et cela sans doute en raison d'une présence acide bienfaitrice en terme de longueur et de saveurs...

ISABELLE

Posté par Daniel S à 00:42 - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires


  • Quels stakhanovistes!

    ..mais merci à vous deux de nous faire partager vos carnets de vacances..!

    Alain

    Posté par Alain Bringolf, 26 août 2009 à 09:09
  • Quels stakhanovistes!

    Merci pour cette lecture Alain.
    C'est vrai que nous sommes l'un comme l'autre passionnés des vins de Bordeaux.

    Daniel

    Posté par Daniel S, 27 août 2009 à 00:10
  • Quels stakhanovistes!

    Alain,



    Durant cette semaine de juillet, il en aura été de grands vins, pour moi. Souvenirs immenses de parfums, de saveurs qui ont toujours enténébré la trop pesante clarté du soleil de juillet pour d’émouvants obscurs rembranesques, ceux des premières fois de nos vies, dans les halos des chandelles vives, chaleureuses et fascinantes de l’intelligence rencontrée au service du vin.



    Je voudrais le calendrier perpétuel….

    Isabelle

    Posté par Isabelle L, 27 août 2009 à 18:23

Poster un commentaire