Journal d'un passionné de la rive droite

Dégustations de vins, visites de domaines, et accords mets/vins


Bordeaux
Bordeaux Rive Droite
Bordeaux Rive Gauche
Les vins d'Alsace
Les vins de Loire
Les Vins du Sud-Ouest
Primeurs 2004
Primeurs 2005
Primeurs 2006
Rhône Nord
Rhône Sud
Vins de Bourgogne
Vins du Languedoc-Roussillon

13 février 2009

De belles bouteilles pour un anniversaire (5)

Pour poursuivre avec les vins rouges, l’éternelle question reste entière, les fromages n’aiment pas vraiment les vins rouges qui le leur rendent bien. Les fromages sont incontournables pour nous, et le retour aux vins blancs était difficile à envisager dans ce contexte, d’autant plus que, connaissant le goût des invités, je savais qu’ils seraient ravis de rencontrer un vin du Rhône nord. Nous avons fait au mieux, en évitant le pire, goûter les fromages pour eux-mêmes, et les vins avec la même approche.

Bourgogne Bonneau du Martray : Corton 1999

Le vin a été mis en carafe 4 heures, dégusté une première fois, puis revu deux fois les 48 heures suivantes

La robe, d’une bonne profondeur, offre une teinte générale rubis, le nez d’intensité moyenne, mais plus ouvert 24 heures et 48 heures plus tard est caractérisé par des arômes plus terriens que fruités : truffes noires, champignons nobles, humus, et au second plan des cerises et des notes florales ( pivoines), la bouche est assez imposante, même puissante, avec une matière serrée, des tannins élégants en début de bouche, qui sont plus fermes en milieu de bouche, et donnent une structure droite et dense, mais sans rigidité, ni rusticité, les fruits (cerises et une touche de framboise) sont mûrs ,mais toujours accompagnés de saveurs « forestières » décelées à l’olfaction, la finale est charnue , fraîche , persistante, avec une palette aromatique identique à celle décrite précédemment, et une petite note saline . Noté ; 17. Un vin qui n’offre pas un immense plaisir aujourd’hui, mais d’une grande jeunesse ; A revoir dans 10 ans

100_2239

Côte Rôtie : Guigal : Château d’Ampuis 1999

La robe est presque noire au centre du verre, avec un liseré de couleur pourpre à sanguine, le nez est intense, d’une remarquable netteté et précis : crème de cassis, mûres sauvages d’une superbe pureté, épices variées (dont le poivre), des notes de violettes et d’élevage (café, chêne), un peu plus présentes que sur le flacon dégusté en avril dernier. Superbe bouche d’une concentration et d’une netteté remarquable, une texture compacte et serrée, avec un grain au toucher velouté, des fruits intenses et d’une expression flamboyante, présents à tous les stades de la dégustation, une acidité gustative impeccable donne une belle fraîcheur au vin, dans une longue finale, intense aux saveurs éclatantes et gourmandes, et une note saline en ultime sensation : grand vin noté : 18,5

100_2238

Posté par Daniel S à 00:02 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires


Poster un commentaire