Journal d'un passionné de la rive droite

Dégustations de vins, visites de domaines, et accords mets/vins


Bordeaux
Bordeaux Rive Droite
Bordeaux Rive Gauche
Les vins d'Alsace
Les vins de Loire
Les Vins du Sud-Ouest
Primeurs 2004
Primeurs 2005
Primeurs 2006
Rhône Nord
Rhône Sud
Vins de Bourgogne
Vins du Languedoc-Roussillon

07 mars 2008

Un dîner dégustation ludique (2)

La deuxième série comportant trois vins blancs secs, a paru plus évidente aux dégustateurs. Le sauvignon pirate a été détecté et placé à Sancerre, le premier blanc situé à Bordeaux, mais l’appellation était plus délicate ( voir le commentaire). Le troisième vin  a fait l’unanimité des dégustateurs quant à sa région d’origine, son appellation, voire son producteur, seule le millésime  a été plus discuté, le vin servi en troisième position a largement dominé les deux autres.

Pessac Léognan  Carbonnieux  2005

La robe de couleur jaune clair est brillante, le nez est net, mais modérément expressif, avec des saveurs d’asperges, de citron, et quelques notes florales, la bouche est fraîche, mais la structure est un peu comprimée et manque un peu d’envergure à ce stade, les saveurs sont discrètes, l’acidité est vive, dès le milieu de bouche, la finale dans la continuité manque un peu de relief et la palette aromatique reste discrète. Un vin en phase de fermeture ; Noté 15 au bénéfice du doute !!!

Sancerre : Gérard Bouley   2006

La robe est limpide , de teinte jaune pale, le nez ouvert et assez précis, évoque les agrumes ( citron dominant ), les fleurs de chèvrefeuille des notes de verveines et de menthol, l’attaque est nette, avec des saveurs d’agrumes qualitatives, le milieu de bouche offre une structure bien définie, avec un léger gras, et une acidité nette, mais bien intégrée ( mûre), la finale est tendue( acidité ), d’une bonne persistance, avec du goût, très minérale ( notes salines évoquant le calcaire) Noté 15,5+

Hermitage : Chapoutier Le Méal 1997

La robe est dorée, très légèrement visqueuse,le nez est bien ouvert et intense avec des parfums d’amandes amères, de poires, de truffes blanches, des notes de pêches, et en arrière plan un légère sensation d’austérité,l’attaque est  puissante, avec une impression duale de gras et de muscle, les fruits sont mûrs et charnus, les sensation minérales intenses dès le milieu de bouche donne l’impression de structurer le vin avec vigueur, amplitude et volume, la finale est intense, longue, plus portée par une minéralité superlative que par l’acidité discrète sous-jacente, avec des saveurs complexes résultant de l’association fruits et fine salinité. Un extra-terrestre dans cette série Noté : 17,5 

S_rie_2

Posté par Daniel S à 00:03 - Repas entre amis - Commentaires [7] - Permalien [#]

Commentaires


  • Dans cette série,je voulais voir comment pouvait se comporter un sauvignon de Loire(dont je suis fan),provenant de parcelles calcaires et marneuses,face à un classique de graves girondine.Je ne suis pas mécontent du résultat:plus de la moitié des convives a préféré le Sancerre,pourtant trois fois moins cher que le Pessac Leognan,et pas noté par Parker(Carbonnieux a eu la note de 93).

    Il faut préciser que les jours suivants,Carbonnieux s'est amélioré,prenant du gras et du volume,mais,Le Sancerre de Boulay a fait de meme,conservant son avance!

    Posté par Laurent Saura, 07 mars 2008 à 11:57
  • Je ne suis pas surpris par l'évolution des deux Sauvignons, en l'état le Sancerre était supérieur à Carbonnieux qui,il ne faut pas l'oublier est un coureur de fond ( voir le 2001 qui commence à se complexifier).

    Daniel

    Posté par Daniel S, 07 mars 2008 à 19:00
  • Boulay

    Pierre Citerne, revenant du domaine, m'a fit découvrir ce vin

    Sancerre Monts Damnés Gérard Boulay 2005 : 15,5/20 – 11/12/07
    Nez très mûr et délicat : fleurs et fruits blancs, réglisse (plutôt qu’anis), fumée, craie. Bouche bien construite, limpide, amicale, avec une finale un brin molletonnée.

    Posté par laurentg, 07 mars 2008 à 22:14
  • J'en ai en cave.Les monts damnés 2005 me paraissent fort bien réussis.On est sur des marnes.Il faut attendre ces vins qui se bonifient tranquillement au vieillissement,et dont la structure est plus "grasse".Je ne serai pas étonné que tu "remontes" ta note dans quelques années.

    Posté par Laurent Saura, 08 mars 2008 à 08:46
  • Carbonnieux 05

    Daliel,
    ce même millésime dégusté il y a peu avait fait pâle impression après un Cailloux Blanc 06 de Talbot. L'élevage à cet instant était trop présent.

    Posté par Gildas, 11 mars 2008 à 22:48
  • Géard Boulay fait très bon

    Laurent, Daniel

    Petite vérif (à l'aveugle auf pour Didier Sanchez), hier soir :

    Sancerre "Monts Damnés" Gérard Boulay 2006 : 15,5/16 – 11/3/08
    Un peu variétal : poire, bière blanche, raisin frais, rose, coquille d’huître, citron, menthol, réglisse. Bouche relativement longiligne (malgré une matière conséquente), à la fois douce et minérale (pierre), encore simple gustativement, de beau prolongement. Sève austère qui devrait parfaitement bien vieillir.

    Sancerre "Monts Damnés" Gérard Boulay 2005 : 15/20 – 11/3/08
    Olfaction accorte : citron, poire, buis (jardin à la française), menthe, poivre. Bouche tendance « 2005 », conséquemment opulente, expansive, miellée. Plus envoûtante mais moins tonique que celle du 2006.

    Sancerre "Clos de Beaujeu" Gérard Boulay 2006 : 17/20 – 11/3/08
    Nez magnifique de pureté, très expressif, alliant des notes variées : citron, poire, buis, verveine citronnelle. S’ajoute le côté un peu fumée et âcre du silex. Bouche construite sur une matière imposante qui sait rester alerte, fine, salivante. Finale de caractère, minérale en diable, légèrement saline. Austère mais généreuse en parfums. Un beau vin construit, qui électrise joliment la langue. Grand potentiel prévisible.

    Sancerre "Clos de Beaujeu" Gérard Boulay 2005 : 16/20+ – 11/3/08
    Notes plus opulentes (millésime oblige) : poire, citron vert, menthe poivrée, basilic. Bouche de belle envergure, large, épicée (gingembre), plus aimable, plus prête à boire que celle du 2006. Belle sève, longue.

    Sancerre "cuvée comtesse" Gérard Boulay 2006 : 16/20+ – 11/3/08
    VV de 60 ans sur le clos de Beaujeu. Nez très mûr (ce côté viande grasse, rillettes, partagé par mes compagnons de voyage), particulièrement crayeux, très pur : zestes, miel, menthe, gingembre, citron, citron vert. Trame plutôt svelte, sapide, avec beaucoup de fond, très dense mais sans lourdeur et sans effet de manche. Minérale et encore très verrouillée, un brin amère. Elle devrait aller très loin et très haut.

    Une série de vins valeureux, méconnus (sous-évalués), aux robes pâles comme il se doit, aux prix doux (14 euros, 18 euros pour la cuvée comtesse).
    Des vins pleins, fruités et minéraux, typés, marqués par leur terroir (Monts Damnées exposé Sud, Culs de Beaujeu plus nordiste).
    Des vins de garde captivants, profonds, talentueux, recommandables, à la fois austères et généreux en saveurs.
    Comme chez d’autres producteurs du Sancerrois, les 2006 sont plus sveltes, plus dynamiques.

    Posté par laurentg, 12 mars 2008 à 10:43
  • Comtesse est en fait sur Mont Damnés (vignes de 65 ans).

    Posté par laurentg, 12 mars 2008 à 21:01

Poster un commentaire