Journal d'un passionné de la rive droite

Dégustations de vins, visites de domaines, et accords mets/vins


Bordeaux
Bordeaux Rive Droite
Bordeaux Rive Gauche
Les vins d'Alsace
Les vins de Loire
Les Vins du Sud-Ouest
Primeurs 2004
Primeurs 2005
Primeurs 2006
Rhône Nord
Rhône Sud
Vins de Bourgogne
Vins du Languedoc-Roussillon

29 juin 2007

Les Vendredis du Vin (3)

Notre ami Olif, Seigneur de Pontarlier, nous a convié à déposer nos commentaires sur quelques flacons, à caractère oxydatif, dans le cadre des Vendredis du Vin.

Olif a des liens tellement étroits avec ce type de vins que l’on pourrait dire qu’il est aux vins oxydatifs ce que Bouvard est à Pécuchet, Dupond à Dupont, Abélard à Héloïse, Daphnis à Chloé, Castor à Pollux, Paul à Virginie, et César à Rosalie (et je me force pour arrêter là); bref une véritable symbiose entre le dégustateur et le dégusté.

Voici, donc, pour en revenir au thème, les vins que j’ai goûtés

VDP des Côtes de Thongue : Chardonnay  dernière cueillette

Delphine de Margon  2004

La robe est de couleur jaune d’or, avec des larmes légèrement grasses au bord du verre, le nez est d’abord assez discret, puis une demi heure après, laisse apparaître des parfums de poires et de pommes rôties, et des notes grillées, la bouche est opulente, avec une construction plutôt sèche que liquoreuse, le milieu de bouche est souligné par les saveurs décelées à l‘olfaction, et ce côté oxydatif, qui lui sied assez bien, c’est assez gras, mais l’acidité perçue dès le milieu de bouche apporte à la finale, d’une bonne longueur et fruitée, une fraîcheur  très agréable avec des notes safranées et une pointe d’amertume. Un vin qui a été apprécié par les dégustateurs.

Côtes du Jura  Jean Macle  2004

La robe est dorée, avec des reflets de couleur verte à tilleul, le nez est complexe et intense, avec des arômes de pommes rôties au four, de morilles, de curry, de calvados, et de noix séchées, la bouche est riche et puissante, grasse et intense,  avec une acidité nette et mûre qui rafraîchit la longue finale, très parfumée (rémanence des saveurs décelées à l’olfaction ), avec une intéressante dualité entre la construction sèche, et le gras du vin; de belles notes minérales en ultime sensations . Une belle bouteille 

Posté par Daniel S à 00:08 - Divers - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires


  • Je t'adoube donc Chevalier dans l'ordre du mérite des grands vins oxydatifs, Daniel! Merci pour ta participation et merci pour ces jolis commentaires sur le CDJ de Laurent Macle.

    Posté par olif, 29 juin 2007 à 07:38
  • Content que les vins se soient bien goûtés. J'avais peur qu'ils se soient oxydés pendant le voyage entre Laroque et Puisseguin ;o)

    Posté par Eric, 29 juin 2007 à 08:46

Poster un commentaire