Journal d'un passionné de la rive droite

Dégustations de vins, visites de domaines, et accords mets/vins


Bordeaux
Bordeaux Rive Droite
Bordeaux Rive Gauche
Les vins d'Alsace
Les vins de Loire
Les Vins du Sud-Ouest
Primeurs 2004
Primeurs 2005
Primeurs 2006
Rhône Nord
Rhône Sud
Vins de Bourgogne
Vins du Languedoc-Roussillon

10 avril 2007

Primeurs 2006 : La Rive Gauche : Pauillac (2)

Les vins présentés, dans cette chronique, sont depuis quelques années, les plus réguliers, avec une bonne interprétation du millésime. Une mention spéciale pour Pontet Canet qui s’améliore à chaque nouveau millésime, avec des saveurs de plus en plus pures.

Les Premiers Crus n’ont pas été dégustés, mais Lafite goûté en sélection parcellaire, avant l’assemblage final, avait un niveau supérieur aux vins commentés dans cette rubrique par la grande qualité des tannins très serrés, compacts, et très enrobés à tous les stades de la dégustation.

Haut Bages Libéral

Le nez évoque le cassis, dans une forme un peu végétale ( mais pas le poivron vert ), l’entrée en bouche est assez délicate, les fruits ne sont pas rutilants, le vin manque un peu de centre , la finale est assez courte, et tannique, les saveurs manquent d’intensité.  87-88

Lynch Bages

La robe est profonde, presque noire au coeur du verre, le nez, assez intense, évoque le cassis, la myrtille, la résine, avec quelques notes d’élevage, la bouche est riche pleine dès l’entrée, avec de beaux fruits en entrée et en milieu de bouche, les tannins sont fermes, mêmes virils, et assez durs, dans une longue finale, assez intense, épicée et réglissée, la matière est là, l’élevage sera positif.  91-93

Lynch Moussas

Le nez est frais avec des arômes de mûres, de cassis, et de café un peu grillé, l’entrée en bouche est assez ronde avec des fruits et des tannins avenants, mais le milieu de bouche manque d’envergure, la vin finit assez frais et assez fruité, pas très persistant, mais sans aspérité tannique notable. 88-90

Pichon-Longueville Baron

Le nez est net et  bien défini, cassis écrasé, réglisse, boite à épices, résine et un peu de café, la bouche est gourmande pleine, en entrée avec une belle sensation de fruits bien mûrs et qui perdurera tout au long de la dégustation, le milieu n’est pas très en relief, mais le vin est présent, la finale d’une bonne longueur, est équilibrée, assez savoureuse, avec des tannins fermes, un peu virils mais sans astringence notable  91-93

Pontet Canet

Le nez est discret mais d’une grande pureté aromatique de cassis (jus) de résine, de tabac et de cerises noires; la bouche est riche, avec de beaux tannins serrés assez veloutés en entrée de bouche, le milieu est plus tannique, mais c’est charnu et d’un bon volume, la finale est longue, avec de beaux fruits purs et épicés, les tannins sont certes assez durs et un peu astringents, mais c’est en adéquation avec la richesse du vin, l’élevage devrait être favorable à ce vin. 92-94

Posté par Daniel S à 00:08 - Primeurs 2006 - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires


  • J'en prends un

    Un Pontet Canet pour moi siouplé. Je reste fidèle à Pontet Canet, en 2006 il sera toujours présent dans la sélection pour les clients ! C'est officiel.

    Posté par Baraou, 10 avril 2007 à 09:30
  • J'en prends un

    encore un bon choix ,Laurent!!!
    A ta place ,je garderai une petite allocation pour un blanc de Pessac Léognan.

    Daniel

    Posté par Daniel S, 10 avril 2007 à 19:37
  • Je viens de consulter les notes de dégustations de Roumier ( Vinissime ) ..vous n'avez pas dégusté le même vin pour Pontet Canet et idem pour Canon La Gaffelière .
    Cette année , je vais faire une pause .quelques bouteilles Eglise Clinet et Vieux Château Certan car je n'ai plus de place dans la cave

    Amicalement : Jean Luc ...qui te contactera en privé pour notre prochaine rencontre .

    Posté par Milleret Jean Lu, 14 avril 2007 à 22:24
  • Commentaires de Jean-Luc

    Jean Luc

    j'ai vu les commentaires de Roumier, je pense que nous avons bien goûté des échantillons de Pontet Canet assez proches, je pense simplement que l'élevage fondra les tannins car la matière est très belle (pour Roumier trop extraite) . Pour m'être entretenu trois heures (fin Mars) avec Jean-Michel Comme le directeur technique de Pontet Canet, je suis sceptique quant à la notion de surextraction.
    Pour Canon La Gaffelière, je l'ai goûté 3 fois, et je maintiens mon analyse.
    J'attends ton mail privé.

    Daniel

    Posté par Daniel S, 14 avril 2007 à 22:41

Poster un commentaire